Articles avec #art et culture. tag

Publié le 10 Septembre 2016

 Le jour d’Arafat !

Le pèlerinage (Haj) à la ville sainte de la Mecque est un événement majeur pour le croyant. Cinquième pilier de l’Islam, le pèlerinage demeure le plus grand rassemblement au monde, le plus grand point de concentration d’énergie cosmique et terrestre. Du point de vue religieux, cet impressionnant rassemblement de millions de fidèles venus des différentes régions du monde, dans un endroit précis et à une époque précise, revêtus tous d’un même habillement, rappelle le jour du jugement dernier que chacun est appelé à méditer.

Le pèlerinage a été institué comme prescription divine durant la sixième année de l’Hégire. Son accomplissement est une obligation à réaliser pour tout musulman qui en a les moyens, au moins une fois dans sa vie. Le Coran nous décrit merveilleusement bien ce 5ème pilier de l’Islam dans la sourate 3,verset 196 : "Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout ; et quiconque y entre est en sécurité. Et c’est un devoir envers Dieu pour les gens qui ont les moyens d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Dieu se passe largement des mondes". Et de préciser dans la sourate 2, verset 196 : Et accomplissez, pour l’amour de Dieu, le grand et le petit pèlerinage. Ce voyage spirituel exceptionnel permet de fortifier la foi du croyant et de développer de nombreuses qualités. C’est aussi une étape de la vie qui mène le croyant vers un avenir de pureté.

Les spécialistes s’accordent à dire que nous sommes dans les dix meilleurs jours de l’année musulmane. Pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens de faire le pèlerinage ou qui ne sont pas physiquement présents dans les lieux du pèlerinage, il est fortement recommandé d’accomplir le jeûne d’Arafat. Selon Abû Qatâda (que Dieu l’agrée), le Prophète (Sallâlahou Alayhi Wasallâm) fut interrogé au sujet du jeûne d’Arafat. Il répondit : " Jeûner ce jour, expie les péchés commis entre l’année écoulée et ceux de l’année à venir." (rapporté par Muslim). Alors, si vous n’êtes pas au pèlerinage et êtes dans des bonnes prédispositions physiques, n’oubliez pas d’exécuter cette forte recommandation du prophète Muhammad (Sallâlahou Alayhi Wasallâm) en accomplissant le jeûne d’Arafat ce dimanche 11 septembre 2016.Vous serez ainsi pleinement en communion avec les hôtes de Dieu qui effectuent le pèlerinage et qui se trouvent justement ce jour à Arafat.

La fête d’El-Adha aura lieu au lendemain de ce rassemblement au Mont Arafat, c’est-à-dire le lundi 12 septembre 2016. Cette fête nous rappelle l’acte de sacrifice du prophète Ibrahim, un modèle de piété et par-dessus tout le père de l’appel à l’Unicité d’Allah avant d’en être un ardent défenseur, celui de l’unicité divine. En même temps, elle nous rappelle la miséricorde divine. Ayant pour bouclier la foi et l’intelligence, soyons fidèles à nos engagements par la méditation et des actions conformes à la volonté de Dieu. Avec endurance et persévérance, cheminons patiemment vers la source : Dieu. Nous sommes à Dieu et c’est à Lui que nous retournons.

On peut retarder un voyage, on peut annuler un rendez-vous, mais on ne peut ni annuler ni reporter la mort. Mettons à profit notre vie, dans tous ses aspects, pour rester fidèles à la voie prescrite par Dieu. Il n’est jamais tard pour bien faire. Qu’Allah agrée le pèlerinage de tous les musulmans et toutes les musulmanes et nous pardonne nos péchés. A celles et ceux qui n’ont pas encore accompli ce devoir, que Dieu leur donne tout ce qui est nécessaire pour s’en acquitter. Bonne fête à la Oumma islamique ! Fi Amanillah.(Oumma).

 Le jour d’Arafat !
 Le jour d’Arafat !
 Le jour d’Arafat !

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 3 Septembre 2016

Photo postée par Abdelaziz .A.

Une photo souvenir des enseignants de la ville de Laghouat de la fin des années 60,70,80 et 90.Ceux qui avaient marqués leurs époques et laissés des souvenirs inoubliables par leur dévouement et un don de soi sans pareil auprès des jeunes générations d'autrefois .Beaucoup d'entre eux nous ont quitté (rahmat Allah alihoum) ,longue vie à ceux qui sont toujours parmi nous!

Debout de gauche à droite : Hadj Boucebsi Djelloul,Hadj Benmouiza,Si Al Affia(R.A.) Mekhanet Aek, ?,Si H’mida Djamat (R.A.),Si Choucha,(R.A.). Assis :Hadj Abdessalem Taibaoui,Hadj Sehairi Djelloul (R.A.), H. Attia Aiwaz,Si Hamiya Oubati,Si Brahim Tadj,Si Abdelaziz (R.A.),Si Labter Madani.

Debout de gauche à droite : Hadj Boucebsi Djelloul,Hadj Benmouiza,Si Al Affia(R.A.) Mekhanet Aek, ?,Si H’mida Djamat (R.A.),Si Choucha,(R.A.). Assis :Hadj Abdessalem Taibaoui,Hadj Sehairi Djelloul (R.A.), H. Attia Aiwaz,Si Hamiya Oubati,Si Brahim Tadj,Si Abdelaziz (R.A.),Si Labter Madani.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 21 Août 2016

De Moha Diours.

Une photo souvenir,pour une cérémonie de distribution des Prix,en fin d'année scolaire,au Lycée Larbi  Tébessi,dans les années 1969/1970.  Au premier rang on peut reconnaitre:Ferhat Hadj Aissa,Règue Hadj Berrabah,Déhina El Hadj Aissa,Bouameur Hadj Atallah ,etc... Au 2em rang:El Houiti El Hadj Aek,Boucherit Hadj Tahar (dit Benchnati) ,Rezzoug Madani

Une photo souvenir,pour une cérémonie de distribution des Prix,en fin d'année scolaire,au Lycée Larbi Tébessi,dans les années 1969/1970. Au premier rang on peut reconnaitre:Ferhat Hadj Aissa,Règue Hadj Berrabah,Déhina El Hadj Aissa,Bouameur Hadj Atallah ,etc... Au 2em rang:El Houiti El Hadj Aek,Boucherit Hadj Tahar (dit Benchnati) ,Rezzoug Madani

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 6 Août 2016

La Grande troupe " THORAYA" à Alger en 1978 1ére rangée de g. à dr : Si Hadj Ahmida Benaya – Si BenAhmed Kina (ALLAH yarhmou) – Si Hadj Ahmed Hadef (ALLAH yarhmou) – ( le chauffeur ?) – Si Saad Bey Benbouzid – Si Amar Boulefaa (ALLAH yarhmou) 2éme rangée de g. à dr : Si Hadj Bchir Sarout – Si Kaddour Merad (ALLAH yarhmou) * Si Hamia Oubati – Si Hadj Laid Bousaid

La Grande troupe " THORAYA" à Alger en 1978 1ére rangée de g. à dr : Si Hadj Ahmida Benaya – Si BenAhmed Kina (ALLAH yarhmou) – Si Hadj Ahmed Hadef (ALLAH yarhmou) – ( le chauffeur ?) – Si Saad Bey Benbouzid – Si Amar Boulefaa (ALLAH yarhmou) 2éme rangée de g. à dr : Si Hadj Bchir Sarout – Si Kaddour Merad (ALLAH yarhmou) * Si Hamia Oubati – Si Hadj Laid Bousaid

Le groupe ROOTS en 1991; debout de g. à dr. : Cheikh Ali Takhi - M'hamed Gourine - Aissa Moulai  Accroupis : Mustapha Hamdi et Mohamed Benzoubir.

Le groupe ROOTS en 1991; debout de g. à dr. : Cheikh Ali Takhi - M'hamed Gourine - Aissa Moulai Accroupis : Mustapha Hamdi et Mohamed Benzoubir.

De Takhi Cheikh Ali (facebook).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2016

Proverbiale, région de héros et d’érudits emplie de charme et de beauté. Il suffit de vivre Laghouat pour la connaitre …La connaitre pour l’aimer !
Louable a plus d’un titre,millenaire,alliant tradition et modernité.
Affable et généreuse, dans ses ruisseaux se mirent poésies et sagesse du terroir
Glorieusement résistante ;de tous les combats libérateurs, toute, elle était
Hardiment ;ses ancêtres pieux et fiers ont légué la lumière de leur savoir.
Oasis somptueuse, regorgeant de palmeraies, bordées de roseraies, Ô ! Volupté
Unie dans la foi et dans l’effort, non sans honneur, jalonnée de victoires
Acquise au saint Coran, ses minarets invoquant Allah ; vers le ciel dressés.
Tolérante et rassurante, d’un sceau indélébile elle a marqué l’histoire.

Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!
Affable et généreuse ,telle est ma ville!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 22 Juillet 2016

La rue Diours dans mes lointains souvenirs(Kraa farah).
La rue Diours dans mes lointains souvenirs(Kraa farah).

J' étais bien aussi longue, comme cette rue des Serghines
Et mes belles filles se tournaient, comme pour voir un ange
De ces jeunes à bicyclettes, à l'allure divine,
Ou aux visages incertains et les cheveux en frange ...
C'est moi, cette rue, qui courait, intimiste sous vos pieds;
Mon odeur est la votre, ce dont est votre vie,
Je marche tout le temps et tout se fait par mon biais,
Silencieuse que je suis et mourante en survie...
Jadis, comme j’étais, je respirais à satiété,
Puisque mes palmiers soufflaient derrière les murets
Et mes hommes se courbaient pour me prêter une piété
En me désaltérant de ces eaux qui couraient.....
Je m'endormais, certes, sur un lit aussi calme et long,
Sans trop de bruits et les bâtisseurs déchainés
Et me réveillait très tôt, confiante en allant
Et c'est maintenant que je me trouve enchainée ....
Rien que des bâtisses dans mes jardins empiétés,
Mes seuls poumons qui m'ont été supprimés,
Ou cette nature toute faite qui faisait ma fierté
Et qui sous le béton eut été réprimée .....
Rien qui fasse, comme jadis, sourire mes tournants
Que les courants d'air frais ranimaient de fraicheur,
Ou que l'ombre de ses jeux placides et contournant
Faisait mille fois peindre, comme un tableau de fleurs....
Maintenant, que j'expire de mon dernier soupire
Qui sent le bitume, le ciment et l'insecticide
Et toutes ces villas bâtardes qui ne cessent de surgir,
Partout, où je me suis tracée un peu de vide.....M.S Laghouat.


La rue Diours dans mes lointains souvenirs(Kraa farah).
La rue Diours dans mes lointains souvenirs(Kraa farah).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 17 Juillet 2016

El Ghabou dans mes lointains souvenirs.

Me voila,comme un burnous de laine,ample et blanc
Et tombant élégamment sur un corps plein de grâce;
El Ghabou,c'est bien moi,un notable plein de cran
Et à d'aucune Rue,je ne céderais ma place ...
Ni étroite,ni trop large,ni exactement droite,
Ni trop sinueuse et les moyens font le bon
Et encore,suis-je le fils aîné de Laghouat ,
Puisque je relie les jardins aux sources du Pont...
Je côtoie mon long fleuve qui coule sous la terre
Et mes palmiers,ou ces mats regorgeant de vie,
Font les sentinelles sur mes jardins toujours verts,
Ou ces rideaux,de plantes,excitant les envies...
J'ai eu ce décret de recevoir des notables,
Issus du Rocher et de son haut piédestal,
Là où ils gouvernaient, en vieux cheikhs honorables,
Du haut de la citadelle, posée sur les dalles...
Ma bouche n’était pas celle là, ouverte sur l'artère,
Mon gosier,aussi long,eut été amputé,
Il atteignait la Place,de son eau limpide et claire,
En guise de rivière, désaltérant la Citée...
Je contenais, sans doute,tout le liquide nécessaire
Pour vivifier l'Oasis et les âmes du Rocher
Et moins longue que je suis,cet élixir très cher ,
Continuait de couler,sans jamais débrancher...
La modestie et le prestige faisaient ma devise,
Le vide et le calme,bien plus que la propreté
Et les grands fortunés, qui du temps des crises,
Ripostaient sur la famine et la sobriété...
Les sceaux des dignitaires et des aristocrates,
C’était là leur fief, d’arcades en patios et de cours,
De leurs pas mesurés, commerçants ou bureaucrates,
Sortant de leurs demeures, propres et blancs comme le jour...
C’était souvent là où se combinaient les festins
De ces grandes cuisines que décoraient les servantes,
Blanches ou métissées, qui se levaient de bons matins,
En faisant de leurs doigts, des exquises appétissantes...
Voyez-vous tous ces coins d'où sortaient une pléiade
D'artisans cordonniers, ou de marchands de jouets,
D'agriculteurs acharnés, sans demeurer en rade,
Ou de dignitaires, sans qu'ils agitent les fouets...
Et encore des artistes, comme ce vieux grand luthier,
Et ce comédien boulanger plein d'humour,
Ou toutes ces beautés, qu’on trouvait sur le sentier
Des romans d'amour, inconnus de nos jours...
M.S. Laghouat.


El Ghabou dans mes lointains souvenirs.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 1

Publié le 9 Juillet 2016

Cette magie culinaire du soir,le Couscous laghouati.

Au bout de tous les siècles, je roulais sur des plats
Faits de chênes ou de thuya, ces grands frères numides,
Et comme moi ,ce céréale, des champs hauts et plats,
Les greniers de deux mondes,sur de hautes plaines humides...
Toutes les femmes,sans exception,dans les tentes et les villes,
Pour trop d'honneur,raffolaient pour me raffermir
Dans mes petits grain,comme dans mon atome utile
Faits de grammes de vie et d'un rude élixir ....
A petit feu,je cuisais ou m'étouffais de vapeur,
Sur la marmite,alambic,contenant la trame
De toute la subsistance,jusqu'à la chaire qui meurt
Sous les coups,en pinceau,d'un rudiment de flamme...
Il convient de vous dire,que je saurais revêtir
Tous les estomacs affamés et les bouches assouvies,
Et sous les haillons et les habits des chefs d'empires,
Je saurais,comme un sage,garder la force et la vie ...
Chacun,à son compte,de se rassasier jusqu'au bout
En prenant,à la hâte,tous mes petits mages,
Les granulés,bien sorciers,qui emplissent le tout,
Délayés dans ma sauce,et qui s'en vont à la nage....
Imaginez,tous ces produits et ces matières ,
La courge ramollie,écrasée,au gout de métal ,
Ou la citrouille,bien fondue,respirant la chaudière ,
Et l'oignon, la carotte, qu’on vous pose en pétales ...
Les navets, les poids-chiches et l'extrait des épices,
Tous baignant, dans une lave digne d'un cratère ,
Faite d'un jus sirupeux, de graisse et d'anis,
Plus foncée que le cinabre, où la coulée du fer.....
Moi le repas du pauvre et le festin des riches,
De ma sauce, en miroir,je réfléchis la survie,
Qui de vos airs éternels, resurgit en triche
Et se fait immortelle, pour amasser toute une vie....
Comme de ce couscous, le soir,chez nous dans la rue,
Et que l'odeur disperse,un peu partout sous les nez,
Duquel,on se fasse des gourmets assez drus ,
Dans ces coins des foyers, où on l'appelle le "dîner".....
M.S.

Cette magie culinaire du soir,le Couscous laghouati.
Cette magie culinaire du soir,le Couscous laghouati.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 1

Publié le 4 Juillet 2016

Voeux pour l'Aid el Fitr 2016 (1437).

Voici à nouveau l’Aid el fitr qui s’approche, un temps de fête, un temps de joie.Si la vie est vécue comme un pèlerinage vers notre créateur, les fêtes sont des temps d’arrêt, consacrés au repos et à la réflexion afin de faire le point, prendre des forces mais surtout de renouveler notre détermination à continuer le chemin prescrit par le tout puissant.Alors que le Ramadhan mois du jeune se termine ,je vous prie d’accepter mes salutations les plus chaleureuses et mes vœux les plus cordiaux.Fasse Dieu le tout puissant accepter tous vos sacrifices et votre dévotion.Koul am wa antoum bi alf kheir takabala Allahou mina wa minkoum al siam wa al kiam wa fiel al kheir inchallah !Aid moubarek ! Hmed B.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 29 Juin 2016

Laghouat,  Place de l’Étoile.

Qu'il est très beau,de surgir un bon matin des années 1960,sur cette Place toujours gaie,ou de la Rue "Bab Echargui",ou de la Place Randon...Rien dans le pays,ne donne une plus solide impression d’être dans une petite Venise du Sahara.Comme vous le constatez,ces arcades,les seules qui s'y trouvent,se voudraient être uniques..Elles montent colossalement vers le haut,faites dans certain style et d'une architecture toute particulière et le tout en pierres,le décor et les socles...Une féerie inespérée,celle là,et qui ravit l'esprit Oasien,échappé du fond des deux plaines .La Place,quand à elle,est tout ce qui reste de ce cœur de l'ancienne ville,un cœur qui a cessé de battre,pour que d'autres cœurs aillent battre ailleurs .Le blanc et le bleu et cette imposante façade qui nous disent ,voila,Laghouat,elle était en avance ,dans son temps. M.S.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0