Publié le 26 Septembre 2013

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

يقولُ اللهُ تعالى (وَأَذِّن فِي النَّاسِ بِالْحَجِّ يَأْتُوكَ رِجَالاً وَعَلَى كُلِّ ضَامِرٍ يَأْتِينَ مِن كُلِّ فَجٍّ عَمِيقٍ). إنَّ فريضةَ الحجِّ فيها كلُّ الخيرِ والمنفعةِ، وبها يَنفتِحُ بابٌ واسعٌ للإنابةِ والتوبةِ إلى اللهِ سبحانه وتعالى. هذا الحج المبارك له مَزِيَّة عظيمة خصَّه الله تبارك وتعالى بها، وهي أنه يُكَفّر الكبائر والصغائر كما روى البخاري أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "مَن حجَّ فلم يرفُث ولم يَفسُق خرج من ذنوبه كيوم ولدته أمه". وقد أَخَذَتْ تَثورُ في نفوسِ كثيرٍ من المسلمينَ نوازعُ الشوقِ لأداءِ فريضةِ الحجِّ المباركةِ، يتدفّقُونَ من كلِّ حدبٍ وصوبٍ في أطرافِ المعمورةِ بالبرِ والجوِ والبحرِ، قاصدينَ الديارَ المقدسة في بلادِ الحجازِ للتلاقي بعضُهُم ببعضٍ في رحابِ منزِلِ الوحيِ، يطوفونَ حولَ الكعبةِ الشريفةِ مهللينَ ومكبّرينَ، يحدوهُم رجاءٌ واحدٌ هو طلبُ رِضى اللهِ سبحانَهُ في المكانِ الذي جَعَلَهُ مثابةً للناسِ وأمنًا.

 

3291806687 9d07880e3e s

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

 

 

 

    249 001

 

 

 

Bonjour à tous, le moment est venu pour moi d’annoncer à tous mes amis mon départ imminent bi haoul Allah aux lieux saints de l'Islam pour effectuer un pèlerinage.Takabala Allah min al jamie inchallah, Qu’Allah nous protège, nous accorde de la patience, nous couvre de sa miséricorde et accepte nos œuvres. Que le tout puissant permette à ceux qui attendent d’y aller de l’entreprendre le moment voulu inchallah !Allah ouma baleighena djamian !Amine !

Mes meilleurs pensées et mes remerciements pour votre fidélité à ce blog et surtout pour lui avoir permis de continuer d’exister jusqu’à ce jour. En effet c’est grâce aux encouragements et à l’aide de beaucoup d’entre vous qu’on a pu évoluer et atteindre les objectifs souhaités par tous ceux qui aiment L’Algérie et notre ville belle et rebelle ; Laghouat, son histoire sportive et culturelle et ses traditions ancestrales. Merci de nous avoir donné de beaux rêves et toute cette belle nostalgie.

Pour une durée que seul le seigneur connait le blog va marquer une pause..Nous espérons inchallah avec la grâce du tout puissant vous retrouver en très grande forme. Hafidakoum Allah !Salaam ! ( H'med Boukhelkhal.)

 

 

 

     

 

                              blog-en-pause01.gif

 

                              

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

Notre ami Halloub Lamine a posté une photo de classe ancienne de l'école Habib Chohra.Merci pour ce joli souvenir mon ami.

 

 

 

 

Un cadeau pour mes amis et mes camarades de classe .
cette photo date de l'année scolaire 1962/1963 ,
à l'école Habib Chohra ex école Znini .Il y a certains
qui se reconnaitront sûrement ...
 

Photo : un cadeau pour amis et mes camarades de classe . cette photo date de l'année scolaire 1962/1963 , à l'école Habib Chohra ex école Znini .Il y a certains qui se reconnaitront sûrement ...

les éléves :

-1ere rangée assis de droite à gauche :

Bensebaa Benharzallah-Aissaoui Madani- Bouchrit
Noureddine-Bait -Guibadj Méssaoud-Bensenouci Said
-Bourass (décédé)Partouche Marcel (décédé).

-2eme rangée Assis de droite à gauche :

Dali Madani-Zaabta Yahia-Guenou Ahmida-
Hadjaissa Bachir-Tiriri Ahmida-Bouchrit Moncef-
Dikeche Mohamed-Belahbib Rachid-Hadjadj Nouredine .

-3eme rangée debouts de droite à gauche :

Djoudi Hadj Ali-je n'arrive pas à l'identifier-
Hassani-Ziani Driss
Belahbib Moulay-Berjak Amar-Houiti Bachir-
Halloub Lamine (c'est moi). MOUATTAH-

-4eme rangée debouts sur des bancs , de droite
à gauche :

Guenou Ali-Djioui Elhadj-Chaoui Nouredine-
Keciba Elhachmi-Dehina Boubakeur-Marfoua Elhadj
-Guedouda Boubakeur.


-5eme rangée debouts sur un banc , de droite
à gauche :

Mouattah-Mahmoud Denden-Hadbaoui Lakhdar-
Harrat Aissa-Mekahel Mohamed-Soukhal Djamel-
Khochni-Taouti Tayeb.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

 

 

 

 

9

 

 

 

 

Je ne peux donner des solutions à tous les problèmes de ta vie,

ni répondre à tes doutes et tes craintes,

mais je peux t'écouter et essayer de chercher avec toi.

Je ne peux changer ni ton passé , ni ton futur ,

mais quand tu auras besoin de moi , je serai avec toi.


Je ne peux éviter que tu tombes ,

mais seulement t'offrir ma main

pour que tu t'accroches et puisses te relever.

 

Je ne peux t'épargner la souffrance qui te brise le coeur,

mais je peux pleurer avec toi et t'aider

à recueillir les morceaux pour les rassembler à nouveau.

Je ne juge pas tes décisions , je me contente de

t'appuyer , te stimuler et t'aider si tu me le demandes.

 

Tes joies , tes triomphes et tes succès ne sont pas les miens ,

mais je me rejouis sincèrement

quand je te vois heureux.

Je ne peux pas fixer des limites à ton action ,

mais je peux t'offrir l'espace dont tu auras besoin pour grandir.


Je ne peux te dire qui tu es , ni qui tu devrais être ,

mais seulement t'aimer comme tu es

et être ton ami.

 

Je ne peux rompre tes silences, mais juste t'écouter

Quand tu ouvres la bouche.

 

Auteur inconnu.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2013

 

 

 

 

 

AlgerieConqueteCavalier-45c54

 

 

Le réalisateur Med Chenaf au centre Le film documentaire très attendu, sur le valeureux résistant Benacer Ben Chohra (1804-1884), sera projeté en avant première à l’université Amar Telidji de Laghouat. Contacté par Liberté, Mohamed Chenaf, le réalisateur, nous a confirmé que celle-ci aura bien lieu le 25 du mois en cours à 15 H30 en sa présence et celle du producteur et de tous les comédiens qui ont participé à cette fresque historique. ‘’J'ai réalisé deux documentaires de 52 minutes chacun qui seront diffusés ultérieurement sur la chaîne Nationale et sur Canal Algérie’’, nous a confié le réalisateur. Ayant obtenu l’aval des pouvoirs publics algériens depuis des mois, le film documentaire a été réalisé pour le compte de la Télévision algérienne en coproduction avec le ministère de la Culture et de l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC). Le reportage a été réalisé en deux parties retraçant fidèlement la vie et la résistance de celui que les Français prénommés il y a 160 ans et des poussières, le “ marin du désert”. Accompagné de son scénariste et de quelques acteurs et figurants issus majoritairement de la région de Laghouat, le réalisateur Mohamed Chenaf dévoilera au public qui est cordialement invité, la bande annonce du film. Cette première projection fera certainement plaisir aux cinéphiles Laghouatis qui étaient déjà fort nombreux lors des séances de tournage du film dans plusieurs localités de Laghouat, au grand sud Algériens et en Tunisie. Il faudrait dire que le tournage de ce film documentaire n’a pas été une sinécure pour Mohamed Chenaf. Ce réalisateur-producteur a sillonné avec son équipe technique des milliers de kilomètres partout à travers le pays, dans le sud et en Tunisie, pour interviewer des personnalités et des historiens sur la vie et le combat de ce “résistant émérite”. Le premier tour de manivelle du tournage a été donné le 11 mars dernier à Laghouat, ensuite l’équipe s’est rendue à Rouissat (Ouargla), Touggourt, El-Oued, Nafta et la région du Jérid (Sud ouest de la Tunisie), Biskra, Boussaâda. Durant ce périple, le réalisateur a procédé à des interviews et pris des images des différents paysages inhérents à chaque région. Alger fut la dernière escale de ce périple sans limite, où il interviewera également des historiens algériens au sujet de ce mythique héros que l’histoire a volontairement occulté. Durant les séances de travail, M. Chenaf butera comme tous ceux qui voudraient défricher les sentiers battus de la mémoire collective sur les « non dits » véhiculés par “la tradition orale” qui est souvent battue en brèche. “C’est connu ; les autochtones n’ont pas beaucoup écrit et n’ont pas transmis leurs versions des faits”, nous a-t-il expliqué. Beaucoup de problèmes ont surgi pendant le tournage, entre autre celui de réaliser des séquences en 3D, qui n’ont pu se faire faute d’un financement conséquent. Agissant en professionnel et de surcroit originaire de la région, Mohamed Chenaf n’est pas allé par trente-six chemins pour réaliser son film documentaire. En effet, à Laghouat après avoir interviewé les descendants de la famille Ben Chohra, les Drissi et les Ferhat, il en a fait de même avec les hommes de culture de la région, notamment l’écrivain Lezhari Lebter et Amine Lotfi Soukhal, érudits en histoire de Ben Nacer Ben Chohra. Â Rouissat (Ouargla), Il a interviewé cheikh Lahcène El Hassani de la zaouïa kadiria, ainsi que d'autres personnalités imminentes férues en histoire, sachant que Bennacer Ben Chohra était Kadiri, comme son père Ben Chohra Ben Ferhat. Très minutieux dans ses recherches, le réalisateur rejoindra Nafta, ville située dans le sud-ouest de la Tunisie, pour rencontrer l'imam de la zaouïa Errahmania de Nafta. “Nous pensons que Ben Nacer Ben Chohra était en contact permanents avec les deux zaouïas en question et de toutes les Zaouïas du Pays qui l'ont aidé lui et tous les résistants qui se sont soulevés à poursuivre la lutte, 41 années durant jusqu’à son expulsion de Tunisie par le Bey’’, nous confirmera le réalisateur.

BOUHAMAM AREZKI

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2013

Un hommage émouvant de mon ami et frère Hadj Ali pour son beau père;le moudjahid Hadj AMAR ;un homme d'une bonté rare et qui fut un militant et un moudjahid de la première heure.Un autre qui a tout donné pour l'ideal commun;"Que vive l'Algérie".Notre devoir c'est de ne jamais oublier ces hommes qui se sont sacrifiés pour la nation toute entière.Rahimahou Allah.

 

 

HADJ-AMAR-2.JPG

 

 

 

L’homme dont je vous parle et à qui je rends hommage aujourd’hui, était mon père et un vrai père.  

  

Tout le monde lui reconnaît son courage et sa bravoure pendant la guerre d’indépendance, blessé lors de la bataille de Chouabir, fait prisonnier bref un grand Moudjahid ! compagnon de Abdelghani, Omar Idriss, El Fida, Maamar  Remili, Belkacem ben Chaoui et beaucoup d’autres qu’il a connu à El Gaada et d' autres régions. 

  

Il a refusé toutes les offres, camion, véhicule, lot de terre et même les postes de travail en acceptant un minable poste d’agent d’entretien au lycée Imam Al Ghazali jusqu'à sa retraite. 

Lorsque je lui demande pourquoi tu refuses ces offres, il me répond toujours que ce que j’ai fait, je l’ai fait pour Dieu et pour ma patrie.    

      

J’ai ouvert les yeux et il était là ! Il a fait en sorte que nous ne manquions jamais de rien moi, mon frère et mes sœurs, ma mère était jeune quand mon père est tombé aux champs d’honneur à 22 ans avec la responsabilité de quatre enfants. Elle devait refaire sa vie non pas pour elle mais pour sécuriser ses enfants. 

  

Hadj Amar était un homme exceptionnel, pieux, gentil, respectueux, intègre il à fait tout son possible pour nous donner une bonne éducation malgré notre jeune âge, moi qui était l’aîné, j’avais à peine 6 ans et au dépend de ses propres enfants mes  demi- frères. 

Allah Yarehmek Ya Hadj Amar pour tous les sacrifices que tu as faits pour nous rendre heureux et pour ta patience  de nous avoir supportés.  

  

Cher père, je sais que tu nous regardes de la ou tu es.  Je voudrai que tu saches que tu es toujours présent parmi nous et que nous t’aimons et t’adorant et Je me dis que la mort n'est pas une fin mais le début d'une autre vie pleine de bonheur dans un autre monde meilleur que le notre. 

  HADJ-AMAR.JPG2-copie-3.JPG

 

Repose en paix… La vie ne dure qu’un instant… L’amour pour les défunts est éternel.

   
Ton fils DJOUDI HADJ ALI.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2013

 

 

 

 

 


Posté par mon ami"Farid Halim"sur ma page facebook.

 

Une ancienne photographie de la grande J.S.M.L
de Laghouat issue des archives de mon cher ami
Mansouri M'hamed dit Tektouk .
Debout de gauche à droite

Moulay Benahmed- Sedira kouider- El houiti Badredine- Rouane Messaoud- Akkaka Aissa- feu Allali Mohamed- Bouzalekh kada-Bensalem tahar

Accroupis de gauche à droite :

Keciba madani- Mansouri m’hamed- Tidjani Bachir- Benhouache ahmed- Ferhat Mebrouk,

Ramdani Kiad.

  

Photo : Voici une ancienne photographie de la grande J.S.M.L de Laghouat issue des archives de mon cher ami Mansouri M'hamed dit Tektouk . Debout de gauche à droite Moulay Benahmed- Sedira kouider- El houiti Badredine- Rouane Messaoud- Akkaka Aissa- feu Allali Mohamed- Bouzalekh kada-Bensalem tahar Accroupis de gauche à droite : Keciba madani- Mansouri m’hamed- Tidjani Bachir- Benhouache ahmed- Ferhat mabrouk- Ramdani Kiad
 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

images--4-.jpg 

 

 

C'était un homme droit et sincère qui cherchait le chemin du bonheur et de la vérité.

 

Il alla un jour trouver un vénérable maître soufi dont on lui avait assuré qu'il pourrait les lui indiquer. Celui-ci l'accueillit aimablement devant sa tente et , après lui avoir servi le thé à la menthe, lui révéla l'itinéraire tant attendu :

 

" C'est loin d'ici, certes, mais tu ne peux te tromper, au coeur du village que je t'ai décrit, tu trouveras trois échoppes. Là te sera révélé le secret du bonheur et de la vérité."

 

La route fut longue. Le chercheur d'absolu passa maints cols et rivières. Jusqu'à ce qu'il arrive en vue du village dont son coeur lui dit très fort : " C'est là le lieu ! Oui, c'est là ! "

 

Hélas ! Dans chacune des trois boutiques il ne trouva comme marchandises que rouleaux de fils de fer dans l'une, morceaux de bois dans l'autre et pièces éparses de métal dans le troisième. Fatigué et découragé, il sortit du village pour trouver quelque repos dans une clairière voisine.

 

La nuit venait de tomber. La lune remplissait la clairière d'une douce lumière. Lorsque tout à coup se fit entendre une mélodie sublime.

De quel instrument provenait-elle donc ?

Il se dressa tout net et avança en direction du musicien.

 

Lorsque, stupéfait, il découvrit que l'instrument céleste était une cithare faite de morceaux de bois, des pièces de métal et des fils d'acier qu'il venait de voir en vente dans les trois échoppes du village.

 

A cet instant, il connut l'éveil .

 

Il comprit que le bonheur est fait de la synthèse de tout ce qui nous est déjà donné, et que notre tâche est d'assembler tous ces éléments dans l'harmonie.

 

Conte soufi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2013

 

 

 

  • 560796_491387660905224_1115516285_t.jpg
    Mohamed Hadj Aissa un grand homme , courageux et ne craignant personne lorsqu'il s'agit de dire ce qui est vrai et juste , Allah yarahmou. H'med tu peux être fier de ton père 
  • 623619_100005737210386_1651764884_q.jpg
    Tahar Didi المجاهد البطل الحاج معمر بن الرميلي من الحركة الوطنية الى الجهاد المسلح رحمه الله ، اعتب عليكم اخي احمد لعدم التعريف به كما هو اهل له 
  • 275445_100005898843102_1862970999_q.jpg
    Ange de Lumière oui un grand homme Allah yarhmou ! il a commencé très jeune le militantisme jusqu'à la lutte armée ! 
  • 211951_100003876894999_1709962715_q.jpg
    Ahmed Boukhelkhal Merci mes amis,de son vivant l'homme ne parlait jamais de lui;il ne parlait que des martyrs partis très jeunes.Rahimahoum Allah jAMIAN 
  • 6566_344887048954481_1991686597_t.jpg
    Khaled Ferhat ALLAH yarahmou ,un grand HOMME 
    Kad Benbehaz Hadj Maammar était de ces hommes comme on n'en voit plus ! Il était courageux , franc et direct ! tout jeune déjà , il milita au sein d'organisations nationalistes pour se retrouver parmi les doyens de l 'UDMA , fort de sa personnalité et de sa culture tant française qu'arabe , il ne tarda pas à rejoindre les djebels pour combattre l'ennemi et ce malgré son âge avancé ! il mérite toute notre reconnaissance et notre respect ! Ses enfants , dignes héritier du grand moudjahid , sont tout aussi courageux et nationalistes ! Allah yarhmou et protège ses valeureux fils !
  • 624116_100001915442873_205100427_q.jpg
    Farid Halim الله يرحمو و يوسع عليه لقد كان رجلا بطلا...كنا زملاء في العمل و لقد كان بمثابة ابونا. 
  • 211548_100001609684567_6814910_q.jpg
    Nasro Boub بسم الله الرحمن الرحيم
    مِنَ الْمُؤْمِنِينَ رِجَالٌ صَدَقُوا مَا عَاهَدُوا اللَّهَ عَلَيْهِ ۖ فَمِنْهُمْ مَنْ قَضَىٰ نَحْبَهُ وَمِنْهُمْ مَنْ يَنْتَظِرُ ۖ وَمَا بَدَّلُوا تَبْدِيلًا .

    اللهم ياحنان يامنان يا واسع الغفران اغفر له وارحمه وعافه واعف عنه وأ...Voir plus
     
  • 372666_100004566846169_1358217416_q.jpg
    Seghirate Mohamed allah yarahmou batal kabir min abtal etaoura . 
  • 252041_119387541479249_271331_t.jpg
    Medy Medyais allah yarehmou 
  • 293321_264849800223181_2141778135_t.jpg
    Djamal Abdenasser Soukehal un grand Monsieur, Allah yarahmou .... 
  • 252041_119387541479249_271331_t.jpg
    Medy Medyais Ce grandissime moudjahid EL HADJ MAAMMAR BOUKHELKHEL

    La question que l’on se pose aujourd’hui est de savoir si vraiment, la nation est réellement reconnaissante envers ces moudjahidines , ou si le pouvoir et les régentés sont conscients que leurs « mouqatilines » n’étaient pas que de simples marionnettes sur le champ de bataille. 
    La réponse à cette question pourrait résider dans leur engagement sans tricherie face à l’ennemi français lourdement armé. Le peuple Algériens a une obligation de reconnaissance totale et éternelle envers ses chouhadas et leurs frères combattants, sans oublier leurs familles 
    Ces combattants méritent la reconnaissance de toute la nation à travers une médaille au moins ou la dénomination d’un édifice public, au même titre que les Autres. Quand on sait que cela ne coûte rien à l’Etat. 
    Le moins que la nation puisse faire pour les nombreuses familles endeuillées par le sacrifice de ces Moudjahidines c’est de leur décerner une prise en charge totale afin de remettre les pendules à l’heure. Et ces combattans moudjahidines qui trainent toute leur vie les blessures de guerre seraient soulagés si l’Etat avait pensé à leur accorder plus de mérite. Ils pourraient au moins lever la tête.
    je retiens mes larmes. Car Je ne peux pas imaginer qu’on puisse oublier ces Mouqatilines qui en fait sont de « Braves PATRIOTES » sans exhibition aucune. Ces Hommes étaient toujours au premier rang sur les champs de bataille pour bouter l’ennemi hors de l’Algérie. Hommage à eux. Si l’Algérie les oublie ce serait un déni national. Moi je dis simplement « ouvrez les proclamations » pour leur intrépidité
    Parmi eux je cite mon voisin et père l’intrépide Moudjahid Hadj Maamar Ben Remili Boukhelkhal rahimahou Allah 

    Le30 septembre 1982, décédait, à Laghouat un grand homme ben aimé de tous ; un pieux de l’Islam, un sage portant El Koran el Karim, un patriote, un vrai combattant. Bien sûr, cet hommage tardif ne peut combler le vide qu’il laisse au sein de sa famille, ses proches et amis, et surtout ses enfants notamment celle de son fils et ami dont je vais taire ici le nom. Il se reconnaîtra. ‘’’Mon fils ! me disait-Hadj Maamar "Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux" « Certains doutaient de mon attachement et amour à l’Algérie. J’ai tellement d’amis sur place et à l’extérieur que je ne peux même pas les citer, car mon cœur ne bat que pour l’indépendance de l’Algérie et le bonheur des ses enfants » 
    Ce grandissime moudjahid , ancien Responsable de l’organisation des anciens Moudjahines de Laghouat et Président Commandant de la cellules du Parti FLN de Laghouat , Ancien participant de l’ALN jusqu’en 1962, date où il a pris sa retraite, Il était partisan dans l’association des Oulamas Musulmans Algériens en 1937. Ancien sportif de Laghouat , il a crée en 1949 : le club sportif « FARIK EL HILLAL EL AGHOUATI » équipe de Foot baal. 
    Évoquant sa carrière militaire et civile, son patriotisme ; il a su la faire vivre avec un tel éclat , il en parlait avec une ferveur partagée. Il s’est battu pour défendre notre sol, mais également pour tout ce qui fait l’honneur et le renom de notre patrie chérie l’Algérie mon Amour, pour tout ce qu’elle représente aux yeux du monde, pour ce qui en fait la gardienne vigilante des véritables traditions de liberté de justice et de fraternité humaine. Ce qui nous étreint aujourd'hui, à nous tous c'est la certitude d'avoir perdu en Si Hadj Maamar un homme de cœur, un homme de conviction et de courage, un homme de passion partagée. Plus que d'autres, qui contribuèrent, avec lui, à donner à la à sa Nation Algérienne : une belle image , il était ardent, enthousiaste, aimant les êtres et les choses autant que les idées. Écoutant et respectant, les gens, dans un dialogue simple et chaleureux jamais interrompu, il connaissait les attentes et les espoirs de ses proches. 
    Dans sa vie d'homme il avait trouvé par cette compréhension des autres, le chemin des cœurs, mais c'est très naturellement, toute sa vie et en tous lieux, que Si Hadj Maamar Boukhelkhal parlait le langage de la fraternité. 
    Ses vœux au quotidien étaient une société plus juste, plus solidaire, une société humaniste, musulmane mais dotée de ce " supplément d'âme " sans lequel il ne pouvait pas vivre. 
    Il a quitté ce monde, dont il disait volontiers qu'il en savourait d’être près de Dieu chaque minute, comme si, une dernière fois. Il a rejoint la lumière éternelle, celle qui vient de la tendresse donnée et reçue, celle qui fait reculer les frontières de toutes les nuits et ténèbres obscures !
    Laghouat et l’Algérie perdent en lui l'un de leurs meilleurs et plus ardent et compétent Savant et Moudjahid.
    Sa voix s'est tue mais nous l'entendrons longtemps dans nos cœurs.
    A votre famille (Boukhelkha) dont nous partageons la peine nous renouvelons notre fidèle amitié. 
    Pour plus d’informations ci-joint un tableau complet en arabe sur l’historique du vaillant Si Hadj Maamar Boukhelkhel
    Mon Ami et frère Si Ahmed Boukhelkhal ; avant de se quitter, je tiens à vous transmettre avec émotion, gratitude et fierté, le fraternel salut des anciens combattants et chouhadas de l’Algérie la merveilleuse, ainsi que la récompense sur Dieu

    https://www.facebook.com/Laghouati47?hc_location=stream
    Photo de Medy Medyais.
  • 211951_100003876894999_1709962715_q.jpg
    Ahmed Boukhelkhal Merci pour cet hommage à titre posthume pour celui qui incarnait le nif laghouati Allah yarehmou et qui était avant tout le père de tous.Il avait vécu en faisant un choix,celui de relever la tête et de ne jamais se prosterner sauf devant son créateur.IL en a payé le prix fort; IL l' a assumé jusqu'au bout .Merci si Aissa .

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2013

 

 

DSC02112               DSC02125

Hadj Maamar Ben Remili Boukhelkhal rahimahou Allah dans les années 70.Et à vingt ans membre du "Nadi al Adabi" del'association des oulemas musulmans algériens dans les années trente.

 

 

 

 

img097.jpg

 

img081   

Ecole du centre en 1924 classe de Mr Dieudonnet année du CEP.

 

img094

1958 dans le maquis.

 

img098

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0