Publié le 31 Août 2016

Postée par Hadj Tahar Tadj.

Une photo souvenir datant de l'année scolaire 67-68 de la classe 5e "A" de l'ancien Lycée du Schettet (école Larbi Tebessi actuellement).

‎‎

Debout premier rang :Hadj kada ahmida, Guezal Crinat, Ahmed Guellouma, Rouigui Noureddine, Benarous Ahmed‎ , Ameur Mohamed, Hadjoudja Mahmoud,‎ Telly Lakhdar‎,  Deuxième rang: Dhib lalmi, Guedouda Aboubakeur, Hechmi Bessas Messaoud, Hechmi Hamdi, Boukhelkhal Bachir, ‎, Bederina Mohamed, Sahraoui Ahmed, Djerray Ahmed, Ahmed Amrani , Bouzalekh Abdelkader,Mr Chaaban (proviseur). Assis : Mme jaquinot, Lazhari Labter, Bendaoud Benaissa, , ‎ Abbou Noureddine,Benbouzid, Chettik Attallah, ‎, Kacheba Mohamed, kouzane Tayeb, Benziane Abdelmalek,Mme villepantou‎‎

Debout premier rang :Hadj kada ahmida, Guezal Crinat, Ahmed Guellouma, Rouigui Noureddine, Benarous Ahmed‎ , Ameur Mohamed, Hadjoudja Mahmoud,‎ Telly Lakhdar‎, Deuxième rang: Dhib lalmi, Guedouda Aboubakeur, Hechmi Bessas Messaoud, Hechmi Hamdi, Boukhelkhal Bachir, ‎, Bederina Mohamed, Sahraoui Ahmed, Djerray Ahmed, Ahmed Amrani , Bouzalekh Abdelkader,Mr Chaaban (proviseur). Assis : Mme jaquinot, Lazhari Labter, Bendaoud Benaissa, , ‎ Abbou Noureddine,Benbouzid, Chettik Attallah, ‎, Kacheba Mohamed, kouzane Tayeb, Benziane Abdelmalek,Mme villepantou‎‎

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 26 Août 2016

Il fut l'un des pionniers de l'enseignement moderne dans la ville.

A vous Monsieur Lalmi Abdelaziz.....
Sous un ample burnous,fait de laine saharienne,
Apparait ce spécimen,aussi rare qu'un grain d'or,
Et son teint aussi mat,et sa figure comme la sienne
Qui nous dit "revoilà,un ancêtre qui vit encore " .....
Ou un dinosaure,qui sait ?,loupé par la nature?
Il parlait le français,épinglé à l'Islam ,
Connait Alphonse Daudet,ou la littérature,
Adorait Tidjani,et la discipline de l’Âme ....
Causait avec les français,panégyriste de cœur,
Ou louant le Bon Dieu,d'entre toutes les pauses,
Durant les dictées,et aux bouts de toutes les heures,
Ou psalmodiait un timbre,dans sa classe,vide et close...
Ce noble fauve qui aimait ouvrir les voyelles
En écartant le "A" ,à la manière d'un jaguar,
Ou celles qui vont ensemble,d'une façon plus cruelle
Et le tout qu'il rugit,en éjectant son regard....
Ou quand il s'irritait,ou quand il frappait très fort,
Et que sa voix plus rauque,que la roche des alentours,
Nous figeant sur nos sièges,ou nous ces vivants-morts,
Aussi brefs,mais sensibles,à bien marquer ce jour....
Plus propre que sacré,ce vieillard et cet ange,
Dans son pantalon flottant,aux mille plis amincis;
Son gilet se bouclant,et son turban en franges,
Dissimulant le cou,ou le cachant comme ainsi...
Rien ne le pousse à changer,ni de muer dehors,
Ni cette langue en français,ni son poste d'enseignant,
Ni de quitter Tidjani,avec tout l'argent et l'or
Qu'auraient pu lui donner,l’État et ses régnants....
Un champion que voici,un meneur très féru
Des élèves aussi jeunes,et des tas de turbulents,
Ou des têtes qui jouaient,ou des esprits dans la rue,
Ou de ces têtes égarées,ou ces esprits beaucoup lents..
Med S.Laghouat.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 24 Août 2016

Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).

La fatalité frappe encore une grande famille de notre chère ville Laghouat qui perd ses enfants l’un après l’autre et cela nous plonge dans la tristesse encore une fois en perdant l’un de nos meilleurs et valeureux enfant HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR qui nous quitte pour toujours pour un monde meilleur pour se reposer pour toujours. Cela nous afflige d’avoir perdu pour toujours un frère, un fidèle ami et un confident, et nous sommes triste.

Une autre figure mythique, une étoile, vient de s’éteindre pour toujours, le deuil nous frappe encore une fois HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR Allah Yarehmou nous quitte Il rejoint son créateur, Il vient de franchir la porte de l’au-delà avec obligeance et sans faire de bruit avec tous les honneurs qui distinguent les grands hommes ;

C’est vrai qu’il est difficile d’admettre qu’un être cher nous quitte pour toujours, mais que peut ont faire nous ne pouvons que nous incliner devant la volonté de Dieu.

HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR Allah Yarehmou fils d'une famille noble de Laghouat nous quitte à l’âge de 74 ans, né en 1942 à Laghouat comme son frère de lait HADJ ABDERAHMANE BENADJILA Allah Yarehmou il est connu et respecté pour son sérieux, sa discipline au travail, et d’autres belles qualités…

HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR J’étais ton ami et c’est un titre que je n’oublierai jamais

et c’est pour cela que cette perte nous est pénible à moi et à tous ceux qui t’ont côtoyé et qui ont eu la chance de vivre avec toi des moments de joie et de bonheur et dans des relations de respect et d’amitié, et sans hésitations je dirai tous les Laghouatis,

En cette douloureuse circonstance ma pensé va directement à ses fidèles compagnons et amis et en particulier à toute sa famille, je présente mes condoléances les plus sincères, en particulier son épouse et ses enfants, ses neveux son honorable mère que dieu la guérisse ainsi que les familles GOURINE , BENADJILA et tous les laghouatis,

Repose en paix cher HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR la vie ne dure qu’un instant et nous te joindrons puisque il faut bien mourir un jour, ne t’oublierons jamais que Dieu te bénisse et que le tout puissant t’accorde Sa Miséricorde et t’accueille dans son vaste et Éternel Paradis et qu’il t’accorde sa sainte miséricorde.

ADIEU MON AMI – TON FRÈRE HADJALI DJOUDI

Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).
Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).
Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).
Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).
Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).
Hommage de Hadj Ali à HADJ GOURINE MOHAMED HAIDAR (rahimahou Allah).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 22 Août 2016

L'école au temps de Si Djelloul (rabi yarehmou).
L'école au temps de Si Djelloul (rabi yarehmou).

Sur des sièges qui pivotent,et des tables en hêtre,
Ou le tout d'un bois ferme,noirci par l'usage,
Nous posons nos esprits,ou nos corps ou nos êtres,
D'un age de six printemps,aux rayonnants visages...
Nos mains qui,toutes petites,tâtonnaient ces outils,
Comme ces sièges qui tournaient,en grinçant la présence,
Et qui portaient nos corps,droitement blottis
Dans des places suffisantes,pour cueillir une chance....
Les godets coniques,plus blancs en la matière,
Pleins d'encre,ce liquide,qui tachait l'Algérie,
D'un Occident cramponné,ignorant les civières ,
De ce temps des cinquante,où nous muons aguerris...
Sous nos rêves aussi gauches et les décors des plumiers,
Le cuir qui sentait fort,de nos cartables à poches ,
Ou ces odeurs,bien proches,pour nos flairs de limiers
Qui détectaient le scolaire,et sa plus nette approche...
Et voila que ce Maître,intelligent et sur,
Vêtu à leur manière,et le latin pour langue;
Notre voisin,ce Maître,aussi sage que dur
De ses cours exposés,en de précieuses harangues ...
Djelloul,ce Laghouati,d'une lignée aussi pure,
Tu prononçais les mots,comme tu naissais dessus,
Et tu causais à l'aise,sous ta charmante allure;
Tu te faisais ton timbre,d'un ton inaperçu ....
Notre Maitre,Ben Derouich,qui voudrait s'énerver,
Nous frappait sur les doigts,qui s'unissaient à l'effet,
Ou nous fixait aux murs,la gifle ou la corvée
Et tout finissait bien,dans l'esprit et les faits ....
A vous,ce Djelloul et cette Kheyra des Hadrougs
L'éternel paradis,de plus beau dans les Cieux,
Vous ce Maitre qui domptiez,l'ignorance et la fougue,
Vous ce Maitre loyal,comme le veut le Bon Dieu ....
Med. S.Laghouat.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 21 Août 2016

De Moha Diours.

Une photo souvenir,pour une cérémonie de distribution des Prix,en fin d'année scolaire,au Lycée Larbi  Tébessi,dans les années 1969/1970.  Au premier rang on peut reconnaitre:Ferhat Hadj Aissa,Règue Hadj Berrabah,Déhina El Hadj Aissa,Bouameur Hadj Atallah ,etc... Au 2em rang:El Houiti El Hadj Aek,Boucherit Hadj Tahar (dit Benchnati) ,Rezzoug Madani

Une photo souvenir,pour une cérémonie de distribution des Prix,en fin d'année scolaire,au Lycée Larbi Tébessi,dans les années 1969/1970. Au premier rang on peut reconnaitre:Ferhat Hadj Aissa,Règue Hadj Berrabah,Déhina El Hadj Aissa,Bouameur Hadj Atallah ,etc... Au 2em rang:El Houiti El Hadj Aek,Boucherit Hadj Tahar (dit Benchnati) ,Rezzoug Madani

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 20 Août 2016

Voir les commentaires

Rédigé par LAGHOUATI

Repost 1

Publié le 19 Août 2016

Posté par H.D.Khanfar.

Match de gala à l'occasion du jubilé de l’ancien joueur Zemmour Abdenour champion d'Afrique avec le MCA en 1976 .

 Sélection CRB/ MCA vs Wilaya de Boumerdes....Dbt:DaG :Badaoui ex chef sûreté de Laghouat ,zenir Ait chegou Omar (vert) frère de feu Ait Chegou Djillali ..Boutaleb CRB ( vert ) Bouiche MCA (vert) Zemmour MCA ( vert) acrp: Ali moussa Bachi . Betrouni  ,Hadj Djamel Khanfar(bleu) Mechdal.MCA et feu Ait Chegou Djillali

Sélection CRB/ MCA vs Wilaya de Boumerdes....Dbt:DaG :Badaoui ex chef sûreté de Laghouat ,zenir Ait chegou Omar (vert) frère de feu Ait Chegou Djillali ..Boutaleb CRB ( vert ) Bouiche MCA (vert) Zemmour MCA ( vert) acrp: Ali moussa Bachi . Betrouni ,Hadj Djamel Khanfar(bleu) Mechdal.MCA et feu Ait Chegou Djillali

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 18 Août 2016

A vous Monsieur Lachkhem Abdelkader....(Rahimahou Allah).

Figurez-vous,ces grands,ces deux cours immenses,
Et les classes spacieuses,ornées de beaux visages,
Le Directeur,encensé,de ses récompenses
Et qui nous guidait tout droit,à de bons sillages....

Allons-y,ces petits,en ce moderne primaire,
Que gère une France,très longuement accablée
Par un peuple aussi lourd d'histoire et de misère,
Pour qui, l'empirisme ou le progrès ensablé ....

C'est ainsi qu'est venu,le sage Abdelkader,
Des mieux vêtus qu'il soit,et maitre d'entre les deux villes,
Laghouat et Djelfa,ou auprès des peuples frères,
Un Rousseau de Jean-Jacques,échappant de la file....

Tout bien fait ,ce charmant,issu des familles rigides,
D'une grosse tète,certainement,plus que souple et fluide,
Plus léger,sous la plume,et le costume splendide
Qui drapait ce grand Cid,ce missionnaire,ce Druide,

Mais oui,il est sacré,ce prêtre de la culture ,
L'un des seuls qui naissaient,à l'aube d'une liberté
Et songeant à nous mener vers la bonne pâture,
Pour que nous lisions et écrivions,à satiété....

Mais voila qu'il prenait tout un fouet en cuir
En criant gentiment,bien là bas ,tout au fond
Et qu'il nous adviendrait,qu'à nous planquer ou fuir
Parfois auprès du gite,pour se faire tout un pont.....

Et la Dame et sa fille,cette ainée bien gentille
Nous protégeaient de bon gré,sous de tendres sourires;
On y sentait l'odeur,d'une pionnière famille,
Ayant tout le penchant, d’écraser nos pires ....

Med S.Laghouat.

A vous Monsieur Lachkhem Abdelkader....(Rahimahou Allah).
A vous Monsieur Lachkhem Abdelkader....(Rahimahou Allah).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 11 Août 2016

Le souvenir d'un homme et d'une période d'exception.

El Hadj Hmida Kada....
Kada,on t'admettait,comme ce fort directeur,
Le seul,ce solide,emplissant,tous les couloirs,
Faisant trembler les vitres,et pointer les heures,
Semer la panique,ou qu'on n'aimait le voir ....
C’était toute une école,qui pesait sur nos tètes,
Amassait nos pensées,pour qu'on soit rectiligne,
Apeurait nos instincts,et nous rendre des moins bêtes,
Assouplir les effets,de nos idées malignes...
Il criait,haut et fort,sous l'écho des toitures,
D'un français en dentelles,que cousaient tous les signes,
Avec un accent typique,propre à tous les durs
Qui ont les pieds sur sol,et les tètes les plus dignes...
C'est quand il surgit,ou comme tombait l'orage
Sur une plaine asséchée,ou ces élèves croulant
Sous la médiocrité,les maux et les dommages ,
Ou que de ses gros souliers,qu'il fonçait à pas lents..
Jeunes bourriques,comme tu es,nullard et paresseux,
Les seuls de tous ces mots,humiliant tout l'ensemble,
Comme tous ces excellents,et ces malchanceux ,
Disait t-elle,cette carrure,qui voyait tout en comble ....
A l’accalmie succédait,les mille et un ordres
Comme dans un ministère,ou un gouvernorat;
De sous les tamaris,nous quittons nos désordres
Pour nous incliner ,vers ce que l'on saura ....
De nos esprits craintifs,et avides à la fois ,
Ou bien que dissipés,nous ces griffons mythiques,
Nous voyons,en Kada,le crédit et la foi,
En cette âme,cette personne,en son tergal antique...
Med.S.Laghouat.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 6 Août 2016

La Grande troupe " THORAYA" à Alger en 1978 1ére rangée de g. à dr : Si Hadj Ahmida Benaya – Si BenAhmed Kina (ALLAH yarhmou) – Si Hadj Ahmed Hadef (ALLAH yarhmou) – ( le chauffeur ?) – Si Saad Bey Benbouzid – Si Amar Boulefaa (ALLAH yarhmou) 2éme rangée de g. à dr : Si Hadj Bchir Sarout – Si Kaddour Merad (ALLAH yarhmou) * Si Hamia Oubati – Si Hadj Laid Bousaid

La Grande troupe " THORAYA" à Alger en 1978 1ére rangée de g. à dr : Si Hadj Ahmida Benaya – Si BenAhmed Kina (ALLAH yarhmou) – Si Hadj Ahmed Hadef (ALLAH yarhmou) – ( le chauffeur ?) – Si Saad Bey Benbouzid – Si Amar Boulefaa (ALLAH yarhmou) 2éme rangée de g. à dr : Si Hadj Bchir Sarout – Si Kaddour Merad (ALLAH yarhmou) * Si Hamia Oubati – Si Hadj Laid Bousaid

Le groupe ROOTS en 1991; debout de g. à dr. : Cheikh Ali Takhi - M'hamed Gourine - Aissa Moulai  Accroupis : Mustapha Hamdi et Mohamed Benzoubir.

Le groupe ROOTS en 1991; debout de g. à dr. : Cheikh Ali Takhi - M'hamed Gourine - Aissa Moulai Accroupis : Mustapha Hamdi et Mohamed Benzoubir.

De Takhi Cheikh Ali (facebook).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0