Il fut l'un des pionniers de l'enseignement moderne dans la ville.

Publié le 26 Août 2016

Il fut l'un des pionniers de l'enseignement moderne dans la ville.

A vous Monsieur Lalmi Abdelaziz.....
Sous un ample burnous,fait de laine saharienne,
Apparait ce spécimen,aussi rare qu'un grain d'or,
Et son teint aussi mat,et sa figure comme la sienne
Qui nous dit "revoilà,un ancêtre qui vit encore " .....
Ou un dinosaure,qui sait ?,loupé par la nature?
Il parlait le français,épinglé à l'Islam ,
Connait Alphonse Daudet,ou la littérature,
Adorait Tidjani,et la discipline de l’Âme ....
Causait avec les français,panégyriste de cœur,
Ou louant le Bon Dieu,d'entre toutes les pauses,
Durant les dictées,et aux bouts de toutes les heures,
Ou psalmodiait un timbre,dans sa classe,vide et close...
Ce noble fauve qui aimait ouvrir les voyelles
En écartant le "A" ,à la manière d'un jaguar,
Ou celles qui vont ensemble,d'une façon plus cruelle
Et le tout qu'il rugit,en éjectant son regard....
Ou quand il s'irritait,ou quand il frappait très fort,
Et que sa voix plus rauque,que la roche des alentours,
Nous figeant sur nos sièges,ou nous ces vivants-morts,
Aussi brefs,mais sensibles,à bien marquer ce jour....
Plus propre que sacré,ce vieillard et cet ange,
Dans son pantalon flottant,aux mille plis amincis;
Son gilet se bouclant,et son turban en franges,
Dissimulant le cou,ou le cachant comme ainsi...
Rien ne le pousse à changer,ni de muer dehors,
Ni cette langue en français,ni son poste d'enseignant,
Ni de quitter Tidjani,avec tout l'argent et l'or
Qu'auraient pu lui donner,l’État et ses régnants....
Un champion que voici,un meneur très féru
Des élèves aussi jeunes,et des tas de turbulents,
Ou des têtes qui jouaient,ou des esprits dans la rue,
Ou de ces têtes égarées,ou ces esprits beaucoup lents..
Med S.Laghouat.

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0
Commenter cet article