Le souvenir d'un homme et d'une période d'exception.

Publié le 11 Août 2016

Le souvenir d'un homme et d'une période d'exception.

El Hadj Hmida Kada....
Kada,on t'admettait,comme ce fort directeur,
Le seul,ce solide,emplissant,tous les couloirs,
Faisant trembler les vitres,et pointer les heures,
Semer la panique,ou qu'on n'aimait le voir ....
C’était toute une école,qui pesait sur nos tètes,
Amassait nos pensées,pour qu'on soit rectiligne,
Apeurait nos instincts,et nous rendre des moins bêtes,
Assouplir les effets,de nos idées malignes...
Il criait,haut et fort,sous l'écho des toitures,
D'un français en dentelles,que cousaient tous les signes,
Avec un accent typique,propre à tous les durs
Qui ont les pieds sur sol,et les tètes les plus dignes...
C'est quand il surgit,ou comme tombait l'orage
Sur une plaine asséchée,ou ces élèves croulant
Sous la médiocrité,les maux et les dommages ,
Ou que de ses gros souliers,qu'il fonçait à pas lents..
Jeunes bourriques,comme tu es,nullard et paresseux,
Les seuls de tous ces mots,humiliant tout l'ensemble,
Comme tous ces excellents,et ces malchanceux ,
Disait t-elle,cette carrure,qui voyait tout en comble ....
A l’accalmie succédait,les mille et un ordres
Comme dans un ministère,ou un gouvernorat;
De sous les tamaris,nous quittons nos désordres
Pour nous incliner ,vers ce que l'on saura ....
De nos esprits craintifs,et avides à la fois ,
Ou bien que dissipés,nous ces griffons mythiques,
Nous voyons,en Kada,le crédit et la foi,
En cette âme,cette personne,en son tergal antique...
Med.S.Laghouat.

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0
Commenter cet article