Publié le 30 Avril 2016

Voir les commentaires

Rédigé par LAGHOUATI

Publié dans #sport

Repost 1

Publié le 29 Avril 2016

Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).

De Medy Medyais: Souvenirs.

La question que l’on se pose aujourd’hui est de savoir si vraiment, la nation est réellement reconnaissante envers ces moudjahidines, ou si le pouvoir et les régentés sont conscients que leurs « mouqatilines » n’étaient pas que de simples marionnettes sur le champ de bataille. La réponse à cette question pourrait résider dans leur engagement sans tricherie face à l’ennemi français lourdement armé. Le peuple Algérien a une obligation de reconnaissance totale et éternelle envers ses chouhadas et leurs frères combattants, sans oublier leurs familles Ces combattants méritent la reconnaissance de toute la nation à travers une médaille au moins ou la dénomination d’un édifice public, au même titre que les Autres. Quand on sait que cela ne coûte rien à l’Etat. Le moins que la nation puisse faire pour les nombreuses familles endeuillées par le sacrifice de ces Moudjahidines c’est de leur décerner une prise en charge totale afin de remettre les pendules à l’heure. Et ces combattants moudjahidines qui traînent toute leur vie les blessures de guerre seraient soulagées si l’Etat avait pensé à leur accorder plus de mérite. Ils pourraient au moins lever la tête. je retiens mes larmes. Car Je ne peux pas imaginer qu’on puisse oublier ces Mouqatilines qui en fait sont de « Braves PATRIOTES » sans exhibition aucune. Ces Hommes étaient toujours au premier rang sur les champs de bataille pour bouter l’ennemi hors de l’Algérie. Hommage à eux. Si l’Algérie les oublie ce serait un déni national. Moi je dis simplement « ouvrez les proclamations » pour leur intrépidité Parmi eux je cite mon voisin et père l’intrépide Moudjahid Hadj Maamar Ben Remili Boukhelkhal rahimahou Allah Le30 septembre 1982, décédait, à Laghouat un grand homme ben aimé de tous ; un pieux de l’Islam, un sage portant El Koran el Karim, un patriote, un vrai combattant. Bien sûr, cet hommage tardif ne peut combler le vide qu’il laisse au sein de sa famille, ses proches et amis, et surtout ses enfants notamment celle de son fils et ami dont je vais taire ici le nom. Il se reconnaîtra. ‘’’Mon fils ! me disait-Hadj Maamar "Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux" « Certains doutaient de notre attachement et amour à l’Algérie. J’ai tellement d’amis sur place et à l’extérieur que je ne peux même pas les citer, car mon cœur ne bat que pour l’indépendance de l’Algérie et le bonheur de ses enfants » Ce grandissime moudjahid , ancien Responsable de l’organisation des anciens Moudjahines de Laghouat et Président Commandant de la cellules du Parti FLN de Laghouat , Ancien participant de l’ALN jusqu’en 1962, date où il a pris sa retraite, Il était partisan dans l’association des Oulamas Musulmans Algériens en 1937. Ancien sportif de Laghouat , il a Co. crée en 1949 : le club sportif « FARIK EL HILLAL EL AGHOUATI » équipe de Foot ball. Évoquant sa carrière militaire et civile, son patriotisme ; il a su la faire vivre avec un tel éclat, il en parlait avec une ferveur partagée. Il s’est battu pour défendre notre sol, mais également pour tout ce qui fait l’honneur et le renom de notre patrie chérie l’Algérie mon Amour, pour tout ce qu’elle représente aux yeux du monde, pour ce qui en fait la gardienne vigilante des véritables traditions de liberté de justice et de fraternité humaine. Ce qui nous étreint aujourd'hui, à nous tous c'est la certitude d'avoir perdu en Si Hadj Maamar un homme de cœur, un homme de conviction et de courage, un homme de passion partagée. Plus que d'autres, qui contribuèrent, avec lui, à donner à la Nation Algérienne : une belle image , il était ardent, enthousiaste, aimant les êtres et les choses autant que les idées. Écoutant et respectant, les gens, dans un dialogue simple et chaleureux jamais interrompu, il connaissait les attentes et les espoirs de ses proches. Dans sa vie d'homme il avait trouvé par cette compréhension des autres, le chemin des cœurs, mais c'est très naturellement, toute sa vie et en tous lieux, que Si Hadj Maamar Boukhelkhal parlait le langage de la fraternité. Il était vraiment l’homme qui incarnait le nif laghouati Allah yarehmou et qui était avant tout le père de tous. Il avait vécu en faisant un choix, celui de relever la tête et de ne jamais se prosterner sauf devant son créateur.IL en a payé le prix fort; IL l' a assumé jusqu'au bout. Ses vœux au quotidien étaient une société plus juste, plus solidaire, une société humaniste, musulmane mais dotée de ce " supplément d'âme " sans lequel il ne pouvait pas vivre. Il a quitté ce monde, dont il disait volontiers qu'il en savourait d’être près de Dieu chaque minute, comme si, une dernière fois. Il a rejoint la lumière éternelle, celle qui vient de la tendresse donnée et reçue, celle qui fait reculer les frontières de toutes les nuits et ténèbres obscures ! Laghouat et l’Algérie perdent en lui l'un de leurs meilleurs et plus ardent et compétent savant et Moudjahid. Sa voix s'est tue mais nous l'entendrons longtemps dans nos cœurs. A votre famille (Boukhelkhal) dont nous partageons la peine nous renouvelons notre fidèle amitié. Avant de vous quitter, je tiens à vous transmettre avec émotion, gratitude et fierté, le fraternel salut des anciens combattants et chouhadas de l’Algérie la merveilleuse, ainsi que la récompense sur Dieu.

Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).
Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).
Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).
Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 1

Publié le 27 Avril 2016

Bonne écoute à tous nos amis!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 26 Avril 2016

Voir les commentaires

Rédigé par LAGHOUATI

Publié dans #SOUVENIRS

Repost 1

Publié le 25 Avril 2016

محرزيتوج بجائزة أفضل لاعب في الدوري الإنجليزي.

توج النجم الجزائري رياض محرز جناح فريق ليستر سيتي بلقب أفضل لاعب في الدوري الإنجليزي

الممتاز لكرة القدم هذا الموسم، في الحفل الذي أقامته رابطة اللاعبين المحترفين الإنجليزية بالعاصمة لندن.

ونال محرز الجائزة متفوقًا على كل من زميله جيمي فاردي الذي سجل 22 هدفاً، وهاري كين مهاجم توتنهام هوتسبيرز وهداف البريميير ليج هذا الموسم برصيد 24 هدفاً قبل 3 جولات من نهاية المسابقة.

ويعد محرز من الركائز الأساسية لفريق ليستر حيث سجل 17 هدفاً، وصنع 11 هدفاً لزملائه، ليساهم في تفجير كبرى مفاجآت الموسم الجاري في الدوريات الأوروبية.

وأصبح محرز أول لاعب عربي وأفريقي ينال هذه الجائزة، حيث سبقه لها نجوم كبار هم إيان راش (ليفربول) عام 1984، جاري لينيكر (إيفرتون) 1986، آلان شيرر (نيوكاسل) 1997، تييري هنري (آرسنال) 2003، كريستيانو رونالدو (مانشستر يونايتد) 2007، واين روني (مانشستر يونايتد) 2010، روبن فان بيرسي (آرسنال) عام 2012، جاريث بيل (توتنهام) 2013، ولويس سواريز (ليفربول) عام 2014.

محرزيتوج بجائزة أفضل لاعب في الدوري الإنجليزي.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 24 Avril 2016

Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000

Par Monsieur Hadj Lamri Mostefa "El Idrissi" Allah Yarehmou.

Posté par Hadj Ali Djoudi.

1368 : Le Sultan Abou Hammou, de la dynastie Abd-El-Ouadite, chassé par le sultan Mérinide de Fez, rallia ses partisans à Laghouat avant de se retirer dans le M'zab.

1698 Le marabout Sidi Hadj Aissa ( mort en 1737 ), patron de la ville, s'établit à Laghouat.
1708 Le sultan du Maroc Moulay Abdelmalek, établit son camp à l'Ouest de la « cité rebelle » et lui imposa un tribut qu'elle refusa tout le temps de payer.
1727 Laghouat passe sous la domination turque.
1741 Le Bey du Titteri, à la tête d'une imposante armée, assiégea la ville. Défait, il reprit la route de Médéa .
1785 Le Bey d'Oran sur l'ordre du Dey d'Alger, mena une expédition punitive contre Laghouat qui refusait toujours de payer l'impôt annuel de 700 réaux.
1786 Nouvelle tentative menée, une fois de plus, par le Bey d'Oran. Il décida de réduire en premier, mais sans succès, le Ksar de Ain Madhi fortifié par le marabout Sidi Ahmed Tidjani. Le siège dura deux mois.
1787 Le successeur du Bey d'Oran tenta à son tour de prendre le Ksar de Ain Madhi. Il ne fut pas plus heureux que son prédécesseur. En signe de représailles, il détruisit entièrement le Ksar de Tadjmout ( fondé en 1666 par les Ouled Youssef ).
1815 Mort du Cheikh Sidi Ahmed Tidjani, fondateur de l'Ordre tidjani.
1829 Le Cheikh Moussa Ibn Hassan El- Misri, né en Egypte, à Damiette, en 1787, s'établit à Laghouat et fonde l'ordre Chadhilite.
1831 Le Cheikh Moussa Ibn Hassen El Misri proclame la guerre sainte contre l'occupant français, lève une armée et entame une résistance armée qui ne devait prendre fin qu'avec sa mort, en 1848, lors de la fameuse bataille des « Zaâtchas », sous l'étendard du Cheikh Bouziane, un autre juriste éminent de Laghouat.
1852 Une armée forte de 6000 hommes et sous le commandement de trois généraux -Pélissier-Yussuf et Bouscaren - assiège la ville de Laghouat.
La bataille s'engage le 21 novembre; le 4 décembre de la même année, Laghouat est prise d'assaut. L'extermination systématique de l'ensemble de sa population est alors ordonnée ; plus des deux tiers périssent ainsi. La ville ainsi que le reste de sa population sont sauvés de justesse par un contre-ordre.
Le célébre Benaceur Benchohra est alors de toutes le batailles. En 1875, il gagne la Syrie, âgé de plus de 70
1900 La poste P.T.T. achemine le courrier.
1910 Inauguration de la nouvelle grande église en face de la caserne" Bessiére"à la fin de la rue Emir Abdelkader et fermeture de la première qui était l'ex mosquée « IBN BOUTA » sise en aval-nord de la rue Ben-Badis avant la conquête de 1852 devenue pour la circonstance dépôt d'orge pour la cavalerie. C'était la mosquée dite "antique" des ahlaf habitant cette région est de la ville nommée quartier et la rue Hadjadj
1914 Famine Pauvreté illettrisme indigence totale voulus afin de s'assurer un réservoir humain de chair à canon pour la guerre C/l'Allemagne, appelée aussi année 4e la peste car les malades étaient isolés pour finir hors de la ville derrière des barbelés à Bouchakeur.
1915 Guerre coloniale du Rif CI Abdelkrim El- Khattabi d'où engagement des gens acculés par la pauvreté pour servir de chair à canon jusqu'en 1926.
1916 Arrivée du cheikh Med EI-Acimi professeur
libre de lettres arabes et poète, moudèrès dans les mosquées reparties

1917 Sur les conseils d'un homme de bien, le khalifa Djelloul intervient à Alger, achète ledépôt d'orge et en bonne action envers Dieu le rend à sa mission cultuelle Depuis, la mosquée ' Jamâ-El-khelifa" porte le nom de son libérateur, Mort du « pôle mystique » le Cheikh Bachir Belhadj, de la confrérie qadarite.
1920 Construction du pont sur Oued-M'zi.
1921 arrivée de cheikh Med Saïd Zahiri professeur libre de lettres arabes poète et journaliste.
1922 Fondation à Laghouat, sur l'initiative du Cheikh Zahiri, des notables et des lettrés de la ville, de la première école privée en Algérie.
1924 sur invitation du khalifa Djelloul visite du Khédive Abdelhamid Il, ex roi d'Egypte déposé par l'Angleterre, il résida chez ce dernier rue Mebarek EI-mili ex Félix Dautre-ment et dans sa résidence d'El-milok ,le khédive offrit à son hôte un mouton et un cheval, deux étalons de race dite «chami » La troupe musicale participa à cet honneur elle était composée Hassani hadj Mécheri (violon) Lamri hadj Hamida (bonjo) Dada mohamed tambourins et d'autres perdus de noms, Le Khediwi déchu d'Egypte, Abbas Hanafi II, visite Laghouat.
Les mouvements nationalistes s'implantent à Laghouat. L'histoire retiendra des noms prestigieux : Kaddour Far, un des membres fondateurs de l'étoile nord-africaine, Mohammed ben Ahmida Bensalem, un des pères du nationalisme algérien, Sayah Lamri, artiste de renom tombé au champ d'honneur en 1958, Habib Chohra, instituteur, Ahmed Taouti,universitaire, Atallah Mebtout et bien d'autres encore. De grandes personnalités politiques algériennes diront plus tard : « C'est à Laghouat que nous avons appris le sens du mot Patrie ».
1925 Encore une autre année de la famine d'où l'affaire~de la plainte de Kherroubi contre un personnage pour détournement des vivres destinés aux nécessiteux. Inondations d'oued m'zi grandes pertes humaines et matérielles.
1926 Décès du poète Abdallah ben Kerriou le mercredi 23
Rabia 02 l'an 1320 de l'hégire soit le 26 octobre à 20h45.
926 arrivée de cheikh Moubarek EI-Mili
parti en 1936 enseignant libre disciple de Benbadis fut secondé par cheikh Ben Azzouz Med Laghouati. Sous sa direction la ville souscrit à la quête de solidarité populaire culturelle et envoie trois de ses fils àl'université Zitouna de Tunis. Ce sont les cheikh Ahmed Chatta, Hadj Aissa Boubakar et Keciba Ahmed.
Renaissance de la culture populaire à travers les poètes.
Taâdmit fut une prison pour les nationalistes irréductibles dont la tribu des Ababda Lieutenant Kherroubi à Laghouat et l'Emir Khaled contemporains de la lutte c/la France.
1927 Le Cheikh Moubarek El Mili s'établit à Laghouat pour y donner son enseignement. Une première promotion d'étudiants rejoint l'université d'El Zeïtouna, à Tunis.
1928 créations de l'état civil.
1929 arrivée du téléphone a manivelle.
1930 célébrations par la France du centenaire colonial.
1930 adhésions populaires aux partis nationalistes.
1936 Arrivée de l'électricité Cie & Lebon puis E.G.A.
1937 création des Scouts Musulmans Algériens.
1937 Chaoui Belkacem premier pilote en son bimoteur dans le ciel de Laghouat.
1938 l'unique pharmacie d'Arnold remplacé par Gytar en 1948.
1939 2éme guerre mondiale d'où besoin permanent de chair à canon.
1939 Krim Belkacem fait son service militaire, Laghouat fut son école du nationalisme disait-il
Habib Bourguiba détenu politique en transit séjourna une quinzaine de jours à la caserne Bessière - famine et peste la population est délaissée à elle-même.
1945 Exil durant 75 jours à l'hôtel transat l'actuel Marhaba, du Dey de Tunisie Med Moncef Il fut déposé par la France son aide de camp Chadli était un colonel tunisien puis forcé d'abdiquer le commandant Brau fit venir à l'hôtel Cheikh Moulay Ahmed Ben Hamza cadi des Larbaâ pour le P.V. A la fin de la guerre Laghouat reçoit des vivres américains.
1945 Hirtz licencié en droit et Chemorin administrateurs civils de Laghouat.
1945 Bensalem Med et Kadda hadj Hamida prisonniers politiques jugés â Blida
1946 création de la troupe musicale Thoureya animée par Djoudi Mabrouk Reymalek et.
- Le Bey de Tunis, Moncef, est placé en résidence surveillée à Laghouat.
1947 Election de Mered Ah contre le juif Yagoub à la mairie, visite électorale de Ferhat Abbas fondateur Pt de l'UDMA il échappe à un attentat.
1947 Construction de la médersa par la population sous l'égide de l'association des oulémas.
1948 Volontaire pour la Palestine (Atallah ben Mebtoute fut refoulé du Fezzan par la Franc
e.
1948 Inauguration de la médersa par cheikh Bachir el Ibrahimi les enseignants étant directeur :chahid Ahmed chatta, et hadj Aissa Boubakeur,

1948 (septembre) explosion à 10h 45 mn de 2T de cheddite à la caserne Bessiére d'où dégâts importants dans le quartier d'el karbia le centre-ville il fut rasé puis restructuré.
1949 création par Bensalem Mèhamed de l'équipe politique de football EI-hilal la population politisée accomp
agne

son équipe par cars à Djelfa, Boussaâda, Bognari etc. en retour nos amis venaient en autocars jouer des matchs amicaux réciproquement pris en charge par la population, une fête sportive dans des retrouvailles politiques.
1950 Benadjila Mebarek 1er médecin laghouati ouvre son cabinet et son frère Alache 1er avocat fait de même.
1950 Djoudi Mmed dit 'Rey-Mélek" a introduit le luth dans la musique andalouse à son retour du Maroc.
1950 Rouighi Bachir gagne le rallye Alger le -cap en Afrique du- sud sur un camion Berliet.
1951 arrivée du gaz butane.
195l Décès de cheikh sidi Lazhari chef de la confrérie Azouzia, marabout de la grande zaouia d'El-Hetaïba, un centre de vie pour les pauvres et les orphelins.
1952 Le Dr Bessis gynécologue privé et le Dr Raymond Mialey pédiatre, ce dernier étant l'unique médecin à l'hôpital, fùt une année très riche en pluie d'où richesse du mouton et quantité de truffes jamais vue auparavant, la population en bénéficia.
1952 PELERINAGE les 1 ers départs des pèlerins par autocars Boukamel chauffeurs Bensmain kouidhi, kaouka Belkacem, Benamar Kaddour, chez la SATT Adi BachirKaddouri hadj Mekki avec son propre autocar, quant à Marfoua Med le chauffeur était Douidi hadj Tahar
TRANSPORT Il y avait comme transporteurs Boukamel vers Ghardaia et Djelfa dans des cars luxes Delaunay puis la SATT pour le même trajet dans des cars luxes
Atallah ben Ar-are vers Messaâd et Atlou un car et un gros camion aménagé
Goumiri cheikh Ah vers Ain-Madhi un camion hotchkîss vert aménagé
Hassani Arabi vers El- Houita un camion hotchkiss aménagé
ENSEIGNEMENT il n'y avait pas de lycées ni collèges les seules écoles étaient pour les garçons au chtett le directeur était Si Ah Taîbli et au centre l'actuelle Habib Chohra. Pour les filles celle dite des soeurs blanches Bd Pasteur aulourd'hui direction de l'agriculture.
1953 Construction de l'école laïque (Mahboubi ).
1954 reprise de la pharmacie Gytar par le vieux Marc Pajar av. 1er novembre
1955 Deux mois après le 1er novembre 1954, Laghouat s'engage dans la lutte armée. La liste de ses martyrs ne cesse alors de s'allonger. 1er mai émeutes c/la légion étrangère le jeune Tadj Madani fut tué par un policier.
1956
La jeunesse laghouatie prend le maquis pour participer à la lutte

Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000
Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000
Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000
Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000
Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000
Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000
Les points culminants de l'histoire de Laghouat entre 1900 et 2000

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #HISTOIRE DE LAGHOUAT

Repost 0

Publié le 24 Avril 2016

Par Hadj Ali Djoudi.

Quoi de plus naturel que de vouloir rendre hommage aux personnes qui nous ont quittés et qui ont compté pour nous et avec qui nous avons vécu tant de bons moments, avec qui nous avons partagé beaucoup de choses.

Aujourd’hui et après tant d’années de leur départ nous ressentons le besoin de les honorer ,de glorifier leur mémoire et prouver que nous les aimons ,les respectons et partageons avec leurs familles et leurs amis et tous ceux qui les ont connus les plus beaux souvenirs que nous conservons d’eux.

En ce jour saint du vendredi je voudrais rendre un grand hommage posthume à ce grand homme Laghouati HADJ BERKANE BENBEY plein de bonté d’une grande sincérité irréprochable, d’une intégrité exemplaire, d’une ample piété, respectueux, un être aimable, d’une très grande discrétion

HADJ BERKANE BENBEY je vous revois toujours empruntant les artères de votre ville Laghouat et en particulier l’avenue du 1er novembre ,avec votre élégance et la notoriété parmi les petits et les grands, toujours agréable et souriant.

HADJ BERKANE BENBEY est né le 14/05/1928 dans une famille militante, conservatrice, gardienne des traditions, des valeurs et des principes, comme tous les Algériens

Il débutera à l’école Coranique puis l’école publique qu’il quittera très-tôt pour se consacrer à la vie professionnelle comme apprenti mécanicien avec son honorable père Si Ahmed BenBey qui était tourneur ajusteur dans l’entreprise des frères Boukamel.

HADJ BERKANE BENBEY , dans les années 40 et alors qu’il n’avait que 18 ans, il fut recruté dans la même entreprise que son père . Son sérieux, son amour du métier et son désir ardent d’apprendre le métier de mécanicien en côtoyant les grands mécaniciens de cette entreprise , il apprit très vite les astuces et les ficelles du métier et ,constatant qu’il était prêt et à la hauteur de ses tâches, il décida de changer d’employeur et se fait recruter au génie militaire

C’était à peu près la seule opportunité pour prouver ce qu’il savait faire , il en était de même pour tous ses concitoyens exerçant les métiers de mécaniciens, électriciens auto , maçons, plombiers, peintres etc….

Ses compagnons et collègues de travail étaient SI HADJ YAHIA GUEDDOUDA – SI MERAD ALI-, SI DJAMATE MOKHTAR et beaucoup d’autres citoyens ayant une formation technique spécialisée.

HADJ BERKANE BENBEY voit la fin , en 1963, de sa carrière au génie militaire et se retrouve sans travail mais en octobre 1963 il décide de quitter Laghouat pour Ouargla pour y chercher du travail, la chance lui sourit et il est recruté en qualité de chef de parc auprès de la wilaya des Oasis.Tout heureux et fier il revient à Laghouat en novembre 1963 pour prendre son conjoint et ses quatre enfants.

HADJ BERKANE BENBEY et après son installation dans ses nouvelles fonctions en qualité de chef de parc de la wilaya des Oasis (de Laghouat à Tamanrasset) fonction qu’il accomplira avec succès, dévouement, sérieux et une grande responsabilité, ce qui lui valut la reconnaissance et le respect de tout le monde ( supérieurs et subordonnés ) et tous les cadres de l’exécutif de la wilaya de Ouargla.

HADJ BERKANE BENBEY vous avez inscrit votre nom en lettres d’or durant votre passage dans la wilaya des oasis , les générations qui se sont succédées l’évoquent élogieusement .Vous avez laissé des empreintes indélébiles parmi les gens de Ouargla , en commençant par vos voisins , vos collègues de travail et même ceux que vous avez côtoyés de près ou de loin et en particulier vos compatriotes cadres de Laghouat qui étaient fonctionnaires à la Wilaya des oasis à l’instar des regrettés SI ALLAL ROUIGHI – SI HADJ YAHIA KHALIFA-SI MAHMOUD REZZOUG- SI ATALLAH REZZOUG-SI MOHAMED BOUGUERRA- SI MOHAMED BENMOUSSA-SI KADDOUR KADA-SI EL MEHDI BENAHMIED- SI KADDOUR FANTAZI-SI MOHAMED MARFOUA- SI MOHAMED DHINA S/G DE LA WILAYA ALLAH YARHEMHOUM et d’autre toujours vivants que le tout puissant les bénisse à savoir SI MOHAMED REZZOUG- SI MOHAMED MEDJELLED- SI TIDJANI ABDELAZIZ-SI AMAR KHELFAOUI et SI BACHIR HASSAN .Tous ces honorables messieurs venus avec leurs familles réussirent à former une seule et même grande famille. C’était le bon temps 1960 à 1970.

HADJ BERKANE BENBEY après 13 longues années passées à Ouargla et à la suite d’une demande de mutation qui vous a été accordée, en 1976 vous regagnez avec votre conjoint et vos 07 enfants votre ville Laghouat pour votre nouveau poste à la wilaya de Laghouat redevenue siège de wilaya nouvellement créée à la suite du découpage de 1974 décidé par le gouvernement.

HADJ BERKANE BENBEY Vous avez franchi la porte de l’au-delà avec bienveillance et sans faire de bruit, avec tous les honneurs qui distinguent les grands hommes ; avec piété, patience, tu n’avais aucun doute que c’était votre destinée

HADJ BERKANE BENBEY après plus de 45 ans de travail, il bénéficiera d’une retraite méritée en 1988 à l’âge de 60 ans , il décèdera au cours de l’année 2004 à Laghouat où il sera enterré au cimetière de Sidi Yanes, accompagné d’une foule nombreuse ,il avait 77 ans.

Que le Tout Puissant lui accorde sa sainte miséricorde.

(INA LILLAH OUA INA ILAHI RADJIOUN).

Sois certain HADJ BERKANE BENBEY que votre nom restera gravé dans nos cœurs et nos esprits. Votre grandeur, votre bonté et votre générosité sont désormais pour nous un modèle et un exemple à suivre.

HADJ BERKANE BENBEY, tu nous manques, on t'aime.

Repose en paix Cher HADJ BERKANE BENBEY qu’ ALLAH bénisse et vous accorde sa Sainte Miséricorde et vous accueille dans son vaste et Eternel Paradis.

HADJ ALI DJOUDI BEN BELKACEM

Hommage à un homme au grand coeur rahimahou Allah.
Hommage à un homme au grand coeur rahimahou Allah.
Hommage à un homme au grand coeur rahimahou Allah.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 23 Avril 2016

Ouverture de "l'exposition photos du musée" aujourd'hui.

Comme prévu !Ouverture aujourd'hui de l'exposition photo qui va durer un mois environ au musée communal de Laghouat. Un public nombreux était présent dés dix heures ce matin pour découvrir cette exposition inédite .Ci joint les photos de cet événement prises à onze heures de la matinée.

De vieilles connaissances étaient présentes.
De vieilles connaissances étaient présentes.
De vieilles connaissances étaient présentes.
De vieilles connaissances étaient présentes.
De vieilles connaissances étaient présentes.
De vieilles connaissances étaient présentes.

De vieilles connaissances étaient présentes.

Un panel des photos exposés.
Un panel des photos exposés.
Un panel des photos exposés.
Un panel des photos exposés.
Un panel des photos exposés.
Un panel des photos exposés.

Un panel des photos exposés.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 23 Avril 2016

L’IRBL gagne à domicile encore ;un excellent résultat ,bon pour le moral et la suite de la compétition .Il faudrait continuer pour sauver la saison.

Résultats et classement de l'IRBL après la journée d'hier.
Résultats et classement de l'IRBL après la journée d'hier.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 22 Avril 2016

Tournoi national de pétanque à Laghouat.

Ouverture aujourd'hui du tournoi national de pétanque à Laghouat dans une ambiance belle et festive!

Photo de notre ami Bachir Attouche.
Photo de notre ami Bachir Attouche.
Photo de notre ami Bachir Attouche.
Photo de notre ami Bachir Attouche.
Photo de notre ami Bachir Attouche.

Photo de notre ami Bachir Attouche.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 1