Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).

Publié le 29 Avril 2016

Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).

De Medy Medyais: Souvenirs.

La question que l’on se pose aujourd’hui est de savoir si vraiment, la nation est réellement reconnaissante envers ces moudjahidines, ou si le pouvoir et les régentés sont conscients que leurs « mouqatilines » n’étaient pas que de simples marionnettes sur le champ de bataille. La réponse à cette question pourrait résider dans leur engagement sans tricherie face à l’ennemi français lourdement armé. Le peuple Algérien a une obligation de reconnaissance totale et éternelle envers ses chouhadas et leurs frères combattants, sans oublier leurs familles Ces combattants méritent la reconnaissance de toute la nation à travers une médaille au moins ou la dénomination d’un édifice public, au même titre que les Autres. Quand on sait que cela ne coûte rien à l’Etat. Le moins que la nation puisse faire pour les nombreuses familles endeuillées par le sacrifice de ces Moudjahidines c’est de leur décerner une prise en charge totale afin de remettre les pendules à l’heure. Et ces combattants moudjahidines qui traînent toute leur vie les blessures de guerre seraient soulagées si l’Etat avait pensé à leur accorder plus de mérite. Ils pourraient au moins lever la tête. je retiens mes larmes. Car Je ne peux pas imaginer qu’on puisse oublier ces Mouqatilines qui en fait sont de « Braves PATRIOTES » sans exhibition aucune. Ces Hommes étaient toujours au premier rang sur les champs de bataille pour bouter l’ennemi hors de l’Algérie. Hommage à eux. Si l’Algérie les oublie ce serait un déni national. Moi je dis simplement « ouvrez les proclamations » pour leur intrépidité Parmi eux je cite mon voisin et père l’intrépide Moudjahid Hadj Maamar Ben Remili Boukhelkhal rahimahou Allah Le30 septembre 1982, décédait, à Laghouat un grand homme ben aimé de tous ; un pieux de l’Islam, un sage portant El Koran el Karim, un patriote, un vrai combattant. Bien sûr, cet hommage tardif ne peut combler le vide qu’il laisse au sein de sa famille, ses proches et amis, et surtout ses enfants notamment celle de son fils et ami dont je vais taire ici le nom. Il se reconnaîtra. ‘’’Mon fils ! me disait-Hadj Maamar "Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux" « Certains doutaient de notre attachement et amour à l’Algérie. J’ai tellement d’amis sur place et à l’extérieur que je ne peux même pas les citer, car mon cœur ne bat que pour l’indépendance de l’Algérie et le bonheur de ses enfants » Ce grandissime moudjahid , ancien Responsable de l’organisation des anciens Moudjahines de Laghouat et Président Commandant de la cellules du Parti FLN de Laghouat , Ancien participant de l’ALN jusqu’en 1962, date où il a pris sa retraite, Il était partisan dans l’association des Oulamas Musulmans Algériens en 1937. Ancien sportif de Laghouat , il a Co. crée en 1949 : le club sportif « FARIK EL HILLAL EL AGHOUATI » équipe de Foot ball. Évoquant sa carrière militaire et civile, son patriotisme ; il a su la faire vivre avec un tel éclat, il en parlait avec une ferveur partagée. Il s’est battu pour défendre notre sol, mais également pour tout ce qui fait l’honneur et le renom de notre patrie chérie l’Algérie mon Amour, pour tout ce qu’elle représente aux yeux du monde, pour ce qui en fait la gardienne vigilante des véritables traditions de liberté de justice et de fraternité humaine. Ce qui nous étreint aujourd'hui, à nous tous c'est la certitude d'avoir perdu en Si Hadj Maamar un homme de cœur, un homme de conviction et de courage, un homme de passion partagée. Plus que d'autres, qui contribuèrent, avec lui, à donner à la Nation Algérienne : une belle image , il était ardent, enthousiaste, aimant les êtres et les choses autant que les idées. Écoutant et respectant, les gens, dans un dialogue simple et chaleureux jamais interrompu, il connaissait les attentes et les espoirs de ses proches. Dans sa vie d'homme il avait trouvé par cette compréhension des autres, le chemin des cœurs, mais c'est très naturellement, toute sa vie et en tous lieux, que Si Hadj Maamar Boukhelkhal parlait le langage de la fraternité. Il était vraiment l’homme qui incarnait le nif laghouati Allah yarehmou et qui était avant tout le père de tous. Il avait vécu en faisant un choix, celui de relever la tête et de ne jamais se prosterner sauf devant son créateur.IL en a payé le prix fort; IL l' a assumé jusqu'au bout. Ses vœux au quotidien étaient une société plus juste, plus solidaire, une société humaniste, musulmane mais dotée de ce " supplément d'âme " sans lequel il ne pouvait pas vivre. Il a quitté ce monde, dont il disait volontiers qu'il en savourait d’être près de Dieu chaque minute, comme si, une dernière fois. Il a rejoint la lumière éternelle, celle qui vient de la tendresse donnée et reçue, celle qui fait reculer les frontières de toutes les nuits et ténèbres obscures ! Laghouat et l’Algérie perdent en lui l'un de leurs meilleurs et plus ardent et compétent savant et Moudjahid. Sa voix s'est tue mais nous l'entendrons longtemps dans nos cœurs. A votre famille (Boukhelkhal) dont nous partageons la peine nous renouvelons notre fidèle amitié. Avant de vous quitter, je tiens à vous transmettre avec émotion, gratitude et fierté, le fraternel salut des anciens combattants et chouhadas de l’Algérie la merveilleuse, ainsi que la récompense sur Dieu.

Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).
Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).
Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).
Hommage posthume au moudjahid Hadj Maamar Boukhelkhal (rahimahou Allah).

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 1
Commenter cet article

kad benbehaz 10/11/2016 11:29

Allah yarahmou , un homme , un grand , un vrai nationaliste .
..

AISSA 01/05/2016 09:34

Allah yarham al moujahed Si Boukhalkhal Lhadj Maâmar ben Ermaïli wa jami3 amouat al mouslimine amine ya Allah rab al 3alamine.

Lazri Noureddine 29/04/2016 21:32

Salem!
Si Elhadj Maamar etait pour nous Kraafarrahistes la discipline,le respect. Moi aussi comme tout le monde a Kraafarrah j'avais peur de lui! Je me rappele trés bien qu'il avait un trés bon contacte avec mon pére. Entre autres c'est grace á lui aussi que notre chere Algerie est devenue independante.Allah yarhmou we yarhem oumetti seyidine Elhabib qsssl

MOHAMED HADJ AISSA 29/04/2016 19:18

Merci si Hadj Aissa pour ce très bel hommage rendu , effectivement , à l’un des meilleurs enfants de Laghouat . Même ceux , parmi les jeunes, qui n’ont pas connu hadj Maamar Ben Eremeili comme l’appelle le Tout Laghouat , tu as su , avec des mots justes, concis et oh combien pleines d’émotion et d’amour, leur décrire l’homme comme s’il était là devant leurs yeux.
Hadj Maamar était très connu par la population d’abord par sa stature de véritable athlète mais surtout pour sa bravoure, son courage et son franc-parler qui fait trembler les responsables un peu « trop zélés » à qui il plaisait , de par leurs charges de responsabilité , de se faire un peu trop valoir aux yeux de la population .