Publié le 23 Mai 2017

Récit Hadj MED Séghirat ,traduction de l'arabe et écriture H'med B.

Durant le voyage du retour et après avoir quitté le sol Tunisien en compagnie de nos amis venus nous accueillir .Nous nous arretâmes dans la ville de Touggourt comme à l’allée ou nous attendaient d’autres amis de Laghouat dans le domicile de Si Ahmed Marfoua directeur d’une société de forage hydraulique basée dans cette ville .L’accueil fut chaleureux ,il y avait là des têtes que l’on connaissait ; Si Ghorabi Djamel, Si Dahou Med, et Si Ahmed Bey. Nous fumes si bien reçus que nous avions les larmes aux yeux, nous étions très content de cette surprise que franchement ,nous étions loin d’attendre .Je les remercie du fond du cœur eux et leurs familles pour tant d’égards et de prévenances à notre encontre .De bon matin, le lendemain ;nous quittâmes nos amis pour nous diriger vers Laghouat et nos foyers qui nous manquaient terriblement après avoir goutté de nouveaux à cette ambiance entre Laghouatis qui reste unique en son genre ,si vous connaissez des gens de ma ville ;vous me comprendrez .Les kilomètres qui nous séparaient des nôtres, nous paraissaient interminables .Nous étions impatients de retrouver des êtres chers à nos cœurs ,cela faisait plus d’un mois que nous les avions quitté .Je songeais à Laghouat ,cette ville qui grandissait dans notre estime et notre coeur lorsque l’on s’en éloignait .Laghouat ,ma terre ,ma maison, mes parents, ma famille et tous mes amis. Laghouat ,mes souvenirs ,mes joies et mes peines ,mes brouilles et mes réconciliations .Laghouat ,l’histoire de mon peuple ;des poètes y ont écrit et peint les plus belles œuvres artistiques à toutes les époques. Notre ville séculaire, nous ouvrait les bras pour nous accueillir tendrement, et nous enlacer si fort que nous eûmes le sentiment profond que nous lui avions manqué plus qu’elle nous manqua elle-même .Il était quatre heures tapantes quand mettions les pieds sur ce sol béni ou nous attendait une foule immense venu à notre rencontre. Comme au départ, nous montions les marches de la mosquée « Essafah » pour nous prosterner devant le créateur et le remercier de toute sa bonté et de sa protection et d’avoir guider nos pas durant ce long voyage.
Ils étaient tous là ,une ambiance indescriptible s’etait vite installée ,tous voulaient nous embrasser, nous saluer .Mon père rahimahou Allah s’etait jeté sur moi dans un élan de tendresse que je n’avais jamais connu jusque-là .Nous avions les larmes aux yeux ,il arrivait à peine à croire que j’étais là devant lui debout, il m’avoua plus tard qu’il n’avait pas cru que nous rentrerions vivant de cette aventure ;il m’avait caché sa peur et son inquiétude lors du départ . Il psalmodiait des versets du saint coran et remerciait le seigneur, un moment très intense et d’une grande émotion. Dans nos foyers, nous restâmes plus d’une semaine à accueillir toute une population qui venait nous saluer et nous féliciter avec mon compagnon et mon frère Arabi .Tous voulaient savoir et connaitre les moindres détails de cette belle aventure .Nous répondions amicalement à leurs doléances et toutes leurs questions .Nous étions devenus malgré nous, la fierté de tous ; nos familles, nos amis et de toute la population.
Nous eûmes aussi droit à une interview radiophonique de notre station locale à l’aller et à notre retour .C’est sur cette aventure fut rude à certains moments mais nous avons acquis une expérience unique et franchis une maturité insoupçonnée au début. Nous avons surtout tissé des liens là ou nous sommes passés, nous avons construit des relations chez les scouts du Maghreb et de l’orient. Ce fut un pèlerinage certes mais ce fut aussi une découverte unique ; d’autres pays, d’autres gens, d’autres traditions et d’autres mentalités. Nous découvrîmes aussi cette diversité de notre nation arabo-musulmane et qui fait sa richesse tant enviée et jalousée .Riche de cette expérience et encouragés par des amis ;nous recommencions cette aventure pour un autre pèlerinage de l’année 2003 toujours avec mon inséparable frère Arabi et d’autres amis qui ont tenu à faire cette fois –ci le voyage avec nous :Belahbib Maamar,Bahi Ahmed ,Belahbib Ahmed. Nous réussîmes aussi cette nouvelle expérience et tout le long de ce long voyage nous rencontrions des gens exceptionnels qui firent ce qu’ils pouvaient pour nous aider encore et nous permirent d’aller au bout de notre rêve. Durant ce deuxième voyage j’ai rencontré à la Mecque ma défunte sœur rahimaha Allah mariée en Syrie depuis 1969 en compagnie de son époux. Il y avait aussi mon frère Boubakeur qui faisait son pèlerinage cette année-là. J’en garde un merveilleux souvenir de ces moments très forts. Nous rencontrâmes quelques problèmes en Arabie Saoudite durant ce deuxième pèlerinage mais un être formidable que le tout puissant mit sur notre chemin, nous aida à résoudre ces problèmes. Il s’agit de M.Benchaa Aek le consul général algérien. Lui et son personnel du consulat que nous ne remercierons jamais assez fort d’avoir été là pour nous au bon moment. Il eut ensuite un autre voyage pour la Mecque pour un troisième pèlerinage avec d’autres amis qui s’étaient rallier à nous Bentobal Allel ,Ziregue Mostefa, Kacheba Tahar. Nous donnâmes à notre expédition le nom du défunt Sedik Taouti ancien directeur de la banque arabo africaine de Djeddah qui rechercha de son vivant les minorités musulmanes dans le monde entier et fit construire par cette même banque une mosquée et un centre culturel islamique en Nouvelle Calédonie. Je ne m’attarderai pas sur les détails pour décrire ce dernier voyage, mais le seigneur nous assistait toujours et nous facilita cette troisième aventure .Elle fut aussi merveilleuse que les précédentes et nous la terminâmes à notre retour à Laghouat au domicile de M.Sedik Taouti ou nous fumes accueillis par ses enfants et son épouse .Nous nous prosternâmes pour remercier Dieu de toutes ses bontés envers nous à l’entrée de la demeure. A l’intérieur de la maison les scouts venus nous accueillir entamèrent des chants patriotiques ; un moment d’une émotion intense.

Je ne voudrai pas finir ce récit sans remercier tous mes amis et mes compagnons et tous ceux que Dieu mit sur notre route et qui nous aidèrent à réaliser des aventures exceptionnelles .Je remercie toute ma famille pour son soutien ;mon père rahimahou Allah ,ma mère que Dieu la garde ,mes frères et sœurs ,mes enfants et enfin ma deuxième moitié ;mon épouse qui fut mon soutien et me donna l’énergie nécessaire pour aller au bout de ce rêve et qui se chargea en plus de sa noble tâche de mère de diriger le gouvernail durant ma longue absence. Que Dieu les protège tous et réalise leurs vœux inchallah !


Hadj Maamar et Hadj Bahi rahimahoum Allah faisaient partie de cette expédition.

Hadj Maamar et Hadj Bahi rahimahoum Allah faisaient partie de cette expédition.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Evénements.

Repost 0

Publié le 23 Mai 2017

Rédigé par LAGHOUATI

Repost 1

Publié le 19 Mai 2017

Laghouat,la vallée du M'zi.

Et toi comme le sphinx tu restes la même
Laghouat qui ouvre ses portes aux passants
A cette foule bigarrée qui chante et qui aime
Et comme tant d’amoureux se consume en passion

Et l’oasis qui dort au creux de ta vague
Tu accueilles dans tes bras tant de malheureux
Comme une perle sur un doigt comme une bague
Comme l’éclat de tant de visages heureux

Du haut de ton minaret qui domine la plaine
Tu appelles Benkerriou Sidi Hakoum et tous les saints
Et toutes les splendeurs que rengorge ton domaine
Comme une image vivace, un cahier de dessins

Sidi El Hadj Aissa qui garde ta montagne
Et Rey le Maestro qui composait tes chansons
Et la brèche la haut comme un mat de cocagne
Tel un donjon forcé immaculé de ton sang

Laghouat beau tapis aux couleurs criardes
Paradis où serpente le M’ZI qui descend
Jardins ombragés conçus pour nos ballades
Ville lumière de sciences de poésie et de sons

A.L.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 1

Publié le 19 Mai 2017

Voir les commentaires

Rédigé par LAGHOUATI

Repost 1

Publié le 13 Mai 2017

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 10 Mai 2017

 

 

 

Un article de  du correspondant de presse du journal "Sports actualités" de 1969 .La plume magique de Si Med Bouguerra rahimahou Allah que mon ami Abderahmane Benbey a sorti de ses archives .Il l'offre amicalement au blog.Merci à lui au nom de tous nos amis sportifs blogueurs .

 

 

 

 

 

 

10e journée du championnat des Oasis et classement.

10e journée du championnat des Oasis et classement.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 1

Publié le 4 Mai 2017

Il y a trois ans jour pour jour,celà se passait à l'auberge de la jeunesse de Zelfana.Nous  rencontrions nos amis ,anciens scouts de Laghouat.Nous avions apprécié à sa juste valeur la présence ,la gentillesse et la disponibilité de ceux qui étaient encore là ,avant de partir vers un monde meilleur auprés de notre créateur: Hadj Bahi,Hadj Maamar Benlehbib et Hadj Mabrouk rahimahoum Allah.Et bien sur ceux qui sont encore parmi nous hafidhahoum Allah!

Ce fut une mémorable soirée!

ll y a des gens dont le regard vous améliore. C'est très rare, mais quand on les rencontre, il ne faut pas les laisser passer.Une citation qui me revient dans ces moments intenses de grandes retrouvailles. Il n'y a pas de plaisir comparable à celui de rencontrer un vieil ami.
Des moments que l'on voudrait payer au prix fort et qui auraient été impossible à réaliser. Cette rencontre avec les anciens scouts de Laghouat;groupe"Sounae al bilad" traduction :les constructeurs du pays .Dans cette reposante localité qu'est Zelfana le temps d'une agréable et belle soirée organisée pour la circonstance. Dans ce groupe j'ai retrouvé mes amis d'enfance: Si Amar Bendahgane,Hadj Tahar Kacheba,Si Moulay Benlahbib,Hadj Zahia Madani ,mon cousin Hadj Kaddour Latrech et les jeunes Hadj Maamar Benlehbib et Si Khercha ,j'en oublie c'est sur ! Mais aussi nos ainés Hadj Bahi,Hadj Mehairis,Hadj Cheikh et surtout ce grand monsieur ,ce monument du sport , de la culture et du scoutisme à Laghouat Hadj Mabrouk Zegnini.Un homme exceptionnel qui nous fit remonter le temps grâce à ses merveilleuses interprétations des chants patriotiques de notre enfance ,à ses madihs et à son génie du comédien- interprète, dont il a seul le secret. N’importe qui peut te faire sourire. Plusieurs peuvent te faire pleurer. Il faut vraiment une personne spéciale pour te faire sourire avec des larmes aux yeux. C’est quand on voit des amis pleurer qu'on sait qu'ils sont vraiment des amis et qu'on les aime plus que tout au monde, c'est cette douleur que l'on ressent au plus profond de soi, celle qui nous ferait pleurer avec eux, qui nous dit qu'on les aime . La vie est belle. La vie est pleine de possibilités. La plus grande possibilité, c’est ce que nous sommes maintenant, peu importe ce que nous faisons, ce que nous avons, ce que nous représentons, peu importe notre situation ou les problèmes qui nous accablent dans la vie. Ce qui est merveilleux à constater, c’est qu’à n’importe quel moment de notre vie, nous sommes nous même , tout simplement. Cette soirée restera à jamais graver dans nos mémoires et dans celles des délégations du nord du pays présentes à l'auberge et qui avaient tenu tout émerveillées à assister à notre joyeuse.fête.

Ce fut une mémorable soirée!
Ce fut une mémorable soirée!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 3 Mai 2017

1-Laghouat 1932 vue du Schettet.Remarque;sur cette photo et après les dernières maisons tout était plat et désertique et au prolongement du côté droit sur la montagne , on distingue le poste optique et le flanc de la montagne Nebket Benjeddou.
Derrière les maisons c’était "El Hfour" .
L’école des filles et de garçon du Schettet, les pompiers, Ksar Echouhada, El Makdar n’éxistaient pas encore.
_El Hfours c' était exactement là ou sont les deux écoles.

2-Oued M'zi 1922 et la rive.

Rahbet Zitoun années 40.

Merci à Ramus Hamel pour les photos.

Laghouat:Images inédites d'un lointain passé.
Laghouat:Images inédites d'un lointain passé.
Laghouat:Images inédites d'un lointain passé.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 1 Mai 2017

Le Schettet ,deux images pour une seule vue à 60 ans d'intervalle .
Le Schettet ,deux images pour une seule vue à 60 ans d'intervalle .

Le Schettet ,deux images pour une seule vue à 60 ans d'intervalle .

Ah ! Si le Schettet m'était conté ... je descendrais la rue Roche, plus connue sous azzgag Alkalahki, Hadja Halima m’accueillerait les bras ouverts, je verrais dans sa sguifa le dalou suspendu au plafond, je me désaltérerais de son eau fraiche à pleine gnouna. J'irais du côté de la rue Masson, où je retrouverais ashab azgagna, les copains du quartier. Je reverrais Hadj Ali le forgeron et le spectacle des chevaux et des mulets qu'il ferrait.

 

Ah ! Si le galeb parlait... je poursuivrais par azgag Belharoui, je m’enivrerais des couleurs et des odeurs des jardins et des vergers. Je tendrais le bras pour cueillir une figue, une bakoura. Je tremperais mes pieds dans la séguia. Je caresserais les murs en terre.

 

Ah ! Si Hajret Sabarni, le rocher de la patience existait encore... j'irais m'y m'asseoir et m'y tiendrais debout pour admirer la splendeur de la palmeraie. Je descendrais à Rahbet Douidi, place où je verrais nos parents jouer à la felja. Je verrais la fontaine, je verrais la boutique du Maalam qui réparait les (rares) objets en or. Je mangerais avec plaisir un beignet de Bentissa, je boirais du chnine, le petit lait de Amssilet.

 

Mais mes rêves se heurtent à la réalité et retombent à mes pieds Saidataha.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0