Publié le 31 Octobre 2012

link .   

 

Un poème de notre grand poète Cheikh Youssef Laghouati sur la situation de l'art musical local et national.Une complainte écrite avec une sensibilité intense du poète qui dénonce les invasions et les dérapages vers la médiocrité et l'attrait du gain facile de certains artistes causant un grand tort à cet art ancestral.Merci à lui pour ce beau texte.

                                         gard.jpg

 

   Tout ce qui n'est pas pur ne pourra résister .Une simple brise du temps l'effacera et le fera disparaître à jamais.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2012

 

2011-04-09_5559.JPG

 

 C'est l'histoire d'une jeune femme russe. Elle faisait partie d'une famille orthodoxe très conservatrice.Un commerçant russe lui a un jour proposé, à elle et à d'autres jeunes femmes, de l'accompagner dans un pays du golfe persique. Il parlait d'une intéressante affaire d'appareils électriques à importer.Une fois arrivés,son discours changea radicalement: il les invita à se prostituer. Pour les convaincre, il faisait valoir des arguments financiers importants et mettait en avant son entourage relationnel prestigieux. La plupart des filles cédèrent, sauf elle. Elle était une chrétienne très pratiquante, elle refusa donc son offre.Il se moqua d'elle en lui disant: « Ici, tu n 'es qu'une étrangère, personne ne t'aidera et je ne te donnerai pas le moindre sou. » Plus les jours passaient, plus son chantage se faisait pressant.Il logea toutes les filles sous le même toit et cacha leur passeport. Face à cette situation plutôt délicate, de plus en plus de filles cédèrent à sa demande;mais elle resta intransigeante.

 Elle lui a demandé à plusieurs reprises son passeport pour pouvoir s'en aller. Elle voulait tant rentrer chez elle. Mais il refusait catégoriquement de le lui donner. Jusqu'au jour ou elle finit par trouver son passeport.

 

  Elle prit la fuite. Dehors, elle ne connaissait personne. Elle errait sans trop savoir ou aller. Elle ne possédait rien si ce n'était les habits qu'elle portait. Elle n'avait pas d'argent, pas d'ami chez qui elle aurait pu se réfugier,pas de quoi manger,ni ou se loger. Elle était tellement inquiète.

Soudain, un jeune homme attira son intention. Il marchait avec trois autres femmes. Il lui fit plutôt bonne impression alors elle se dirigea vers lui et commença a lui parler en russe.

   Il s'excusa de ne pas savoir parler russe et répliqua

 

Parlez-vous anglais?

-Oui, dit-elle

  Elle sauta de joie puis pleura. Elle commença à raconter son histoire. Puis elle dit:

Je n'ai pas d'argent et pas de logement. Tout ce que je veux, c'est que vous m'hébergiez un jour ou deux, le temps d'arranger mon retour chez moi. Le jeune homme, qui s'appelait Khaled, s'est d'abord demandé si cette femme n'était pas, somme toute, qu'une arnaqueuse.

Mais son doute s'effaça quand il vit l'état dans lequel elle était. Elle n'arrêtait pas de pleurer, Il en discuta un moment avec sa mère et ses sœurs. Puis ils décidèrent de l'inviter chez eux. Les jours suivants, elle essaya de joindre sa famille par téléphone mais personne ne répondait. Les lignes étaient en dérangement en Russie. Elle rappelait tout le temps chez elle mais en vain.Toute la famille fut fort aimable avec elle. Elle se sentait vraiment comme chez elle et elle aimait beaucoup leur compagnie. Ils lui parlèrent de l'Islam mais elle ne voulait rien savoir. Elle était orthodoxe, l'Islam ne l'intéressait pas vraiment!Un jour, Khaled lui apporta des livres en russe qui traitaient en l'Islam. Il les avait trouvés dans un centre islamique près de chez lui. Elle se mit à les lire et commença à s'y intéresser. La famille de Khaled tenta de la convaincre.Les jours passèrent et elle finit par changer d'avis. Elle devint une bonne musulmane,passionnée de la religion. Elle voulait toujours apprendre plus. Elle ne fréquentait que des femmes vertueuses. Elle ne voulait d'ailleurs plus rentrer chez elle par crainte de retourner à son ancienne religion.Khaled se maria avec elle.2012 04 26 3554

 

Au marché,elle vit un jour une femme voilée, son visage était entièrement caché. C'était la première fois qu'elle voyait une femme toute voilée Étonnée, elle demanda à son mari :

Pourquoi se cache-t-elle le visage? Elle est sûrement défigurée, ou alors elle a été victime d'une maladie ou peut-être...

 

 -Non, coupa son mari. Elle porte le voile qu'Allah a recommandé pour Ses serviteurs et que Son Prophète (Alayhi salat wa salam) ordonna aux femmes musulmanes.

 

 

 Elle se tut un moment puis répliqua:

 

-En effet, c'est le voile islamique qu'Allah nous a recommandé.

 

 

-Mais en as-tu déjà entendu parlé?

 

-Oui,oui. En plus,quand j'entre dans un magasin,on n'a de cesse de me regarder et de me dévisager. Mon visage doit donc être caché pour n'être réservé qu'a mon mari. Je ne quitterai ce magasin qu'avec un tel voile. Ou peut-on se le procurer?

 

-Laisse le voile que tu portes, lui rétorqua son mari. Il est le même que celui que ma mère et mes sœurs portent. Pour moi, c'est suffisant.

 

-Je veux celui qu'Allah veut qu'on porte, lui dit-elle.

 

 Les jours passèrent. La foi de cette jeune femme grandissait chaque jour.

 

Tout le monde l'aimait. Son mari la traitait comme une reine.

 

Mais un jour, elle se rappela que son passeport allait bientôt expirer. Son renouvellement ne pouvait se faire que dans sa ville d'origine, en Russie. Elle devait donc impérativement y aller, sinon elle se retrouverait bientôt en situation illégale.

 

Khaled l'accompagna dans son voyage. Les voilà donc installés dans un avion de la compagnie aérienne russe. Fièrement, elle prit place aux cotes de son mari. Elle portait un voile qui la couvrait entièrement.

 

Khaled lui dit: « Je crains que nous ayons des problèmes à cause du voile que tu portes. » Elle lui répondit calmement: « Je ne crains qu'Allah. Ils ne me font pas peur. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent. » Les gens les regardaient bizarrement. L'avion décolla et les hôtesses servirent les repas .

 

les moqueries commencèrent à fuser;les uns regardaient les autres commentaient.

 

 

Khaled regarda, sans rien comprendre mais tout ce cirque commença vraiment à l'agacer. Elle resta calme et lui traduisit ce qu'ils disaient sur eux. Il en devint furieux. Mais elle lui répéta: « Ne t'en fais pas, ne sois pas triste. Tout ceci est négligeable comparé à ce qu'ont enduré les compagnons du Prophète (alayhi salat wa salam) et leurs épouses. »

L'arrivée en Russie

 

 Khaled raconte :

 

Une fois arrivés en Russie, je croyais que nous allions partir chez sa famille et y rester jusqu'à ce qu'on finisse de régler les formalités pour valider son passeport. Mais ma femme voyait bien plus loin. Elle me dit : «  Tous mes proches sont orthodoxes et ils ne sont pas assez intolérants... Je ne veux pas aller chez eux, du moins pour le moment. On leur rendra visite juste avant notre retour. En attendant , allons à l'hôtel ! »

 

Je m'étais dit qu'elle avait sans doute raison et nous étions donc partis louer une chambre d'hôtel. On y passa la nuit et, dés le lendemain matin, nous nous étions rendus à l'administration.

 

Là-bas, on lui demanda l'ancien passeport et des photos d'identité. Elle leur fournit des photos en noir et blanc qui ne montraient que son visage. Le fonctionnaire lui dit : «  On ne peut pas accepter ces photos. Il nous faut absolument des photos en couleur sur lesquelles le visage, cheveux et tout le cou sont apparents. »

 

Elle refusa. On vit d'autre fonctionnaires mais ils dirent tous la même chose.

 

Ma femme continua de refuser de se montrer sur ses photos. On alla voir la directrice. Ma femme fit tout pour la convaincre. Mais cela ne servit à rien. Elle insista : » Mais madame, regardez-moi bien et comparez- mon visage avec ces photos... Ne voyez-vous pas qu'il s'agit de la même personne?! » La directrice se montra inflexible.

 

Ma femme lui dit alors : «  Je n'ai que ces photos à vous donner. » La situation semblait sans issue. Finalement, la directrice de l'administration lui dit : - Allez donc voir le directeur générale du service des passeports à Moscou. Peut être qu'il vous trouvera une solution.

 

Une fois sortis de son bureau, ma femme me dit :

 

-        On part demain à Moscou pour rencontrer ce directeur.

 

-        Mais apporte-leur donc les photos qu'ils veulent, lui ai-je répondu. Tu es obligée.

 

 Allah n'impose à chaque âme que ce qu'elle peut supporter:

 

 << Craignez Allah tant que vous le pouvez.>>

On se trouve dans un cas d'extrême nécessité. En plus, ton passeport ne sera consulté que par une poignée de gens. Ce ne sont que de simples formalités administratives. Âpres, cache-le jusqu'à la fin de sa validité. Laisse ça, ne cherche pas les problèmes, s'il te plaît. Ce n'est pas la peine de faire ce voyage.

 

-Non, non et non, me répondit-elle vivement, je ne vais pas m'exhiber sur ces photos, surtout après ce que j'ai appris de la religion.

 

Devant son insistance, je n'avais pas pu refuser de l'accompagner. Nous étions partis à Moscou ou nous avions loué une chambre d'hôtel.

 

Le lendemain de notre arrivée, nous étions à la direction générale des passeports, en train de parler avec un premier fonctionnaire, puis un second, puis un troisième, jusqu'à ce que nous rencontrions le directeur général. Il fut particulièrement désagréable. Il regarda le passeport, vérifia les photos puis leva la tête.

 

-Qui me prouve que c'est bien vous sur la photo? Insinuant ainsi qu'il devait d'abord voir son visage.

 

Ma femme répondit:

 

-Vous n'avez qu'à demander à l'une des femmes travaillant dans votre service, je lui montrerai mon visage. Je ne pourrai pas le faire devant vous.

 

Il s'énerva, prit le passeport, les photos et tous les autres papiers, les jeta dans un tiroir et dit:

 

-Vous n'avez jamais eu de passeport et vous n'en aurez jamais si vous ne fournissez pas des photos d'identité que l'on peut vérifier en cas de contrôle.

 

Ma femme tenta encore de le convaincre mais il ne voulut rien savoir.

 

-Il me faut ces photos, et selon nos conditions, répéta-t-il.

 

Ils parlérent entre eux en russe. Je ne compris donc rien. Je ne pouvais rien faire et j'en etais terriblement frustré. La pauvre! Elle avait tellement essayé de le faire changer d'avis, puis elle se tut et ce figea. Je me tournai alors vers elle pour lui dire:

 

-Allah ne nous impose que ce qu'on peut faire. Ces photos sont nécessaires. Jusqu'à quand traînerons-nous dans ces bureaux?

 

Elle répondit:

 

-Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable.

 

Le ton commença à monter entre nous et le directeur.Il nous fit sortir de son bureau. On sorti de là en traînant les pieds. Mes sentiments étaient partagés, j'éprouvais à la fois de la colère contre elle et à la fois de la compassion.

 

Notre discussion continua dans notre chambre d'hôtel. J'essayais encore de la convaincre et elle essayait encore de me convaincre. Après la tombée de la nuit, nous avions prié avant de manger quelque chose. Ensuite, je m'étais couché pour dormir.

 

Quand elle me vit ainsi, son air changea. Elle me dit:

 

-Khaled tu comptes dormir?

 

J'acquiesçai de la tète, puis étonné de sa question je lui demandai:

 

-tu ne te sens pas fatiguée?

 

-Dormir? Dans ces conditions? Gloire à Allah! Tous les événements qu'on vit aujourd'hui demandent surtout qu'on se tourne vers notre Seigneur, prions Allah!

 

Je me levai alors et je priai autant que je pus. Ensuite, je m'endormis. Mais ma femme ne cessait de prier.

 

A chaque fois que j'ouvrais mes yeux, je la trouvais tantôt debout, tantôt inclinée, tantôt prosternée. Des larmes coulaient sur ses joues. Cela dura jusqu'à l'aube. Elle me réveilla, je fit mes ablutions puis nous priâmes ensemble. Elle s'allongea quelque peu, jusqu'au lever du jour.

 

A son réveil, elle me dit:

 

-Allons au service des passeports.

 

-Au service des passeports ? M'exclamais-je, Pourquoi? Qu'allons-nous leur dire? On n'a toujours pas de photos!

 

-Allons-y quand même! Ressayons. Ne désespère pas de la miséricorde d'Allah.

 

Nous y étions allés et dès qu'on mit les pieds chez eux, un des fonctionnaires nous appela. Il nous avait reconnus. Il dit à ma femme:

 

-Vous êtes bien une telle?

 

-Oui, c'est moi, lui a-t-elle répondu.

 

-Voila votre passeport.

 

Nous avions regardé ce qui y était inscrit. C'était bel et bien son passeport, avec sa photo ou elle était voilée. Elle était tellement heureuse. Elle se retourna vers moi et me dit:

 

-Je t'avais bien dit: « Et quiconque craint Allah Il lui donnera une issue favorable. »

 

                                             2011 04 09 5565

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2012

Notre ami Takhi Cheikh Ali qu'il soit remercié nous permet d'afficher des photos de son album représentant les troupes musicales  de notre cité.

 

 

 

 

 

 282379_283421971757500_692730223_n.jpg

La Grande troupe des années 70-80 EL AWTAR EDHAHABIA en 1980

Debout de g. à dr : Aissa Benaya-Hassane Karimenefs-Ahmed Sahraoui-Ferhat Guettaf-Taouti Miloudi-Ahmed Gharbi

Accroupis : Boubakeur Talbi-Tahar Berbri-Maamar Benaya – avec Aissa Benaya, Hassane Karimenefs, Aissa Moulai, Sahraoui Hadj Ahmed, Badis Lalmi, Tayeb Laidi et Aissa Hadjaissa

 

 

225827 284333641666333 119538942 n

 

Très belle photo regroupant le regreté Cheikh Rey Malek et deux de ses anciens éléves Youcef Bourezeg à g. et le regreté Hbeib Talbi à dr.

 

 

564681_281635408602823_1960585230_n.jpg

La troupe de la musique andalouse de Laghouat:DJOUDOUR Mai 2007.

 

256778 281637165269314 768764406 o

 

Djoudour à Alger Mai 2009.

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2012

 420740_378731065476747_2026431946_n.jpg

Laghouat ville d'art et de culture ,source d'inspiration de nos poètes .

 

L'héritage musical a été bien conservé et dans tous les genres musicaux mais cela ne fut pas aussi facile qu'on le croit.C'est grâce aux anciens comme notre poète et grand artiste musical M.Bourzeg Youssef "El aghouati"que dieu lui donne longue vie pour perpétuer cet art et former encore et encore des jeunes doués en pratique musicale.Ce grand monsieur qui a lui seul a à son actif une expérience de plus de cinquante ans de pratique et de créations personnelles(poèmes,chansons,madihs...)Ses oeuvres très prisées par les mélomanes sont devenues incontournables dans les différentes occasions.Lui même élève qui a appris auprès des grands à ses débuts tel que Hadj Djoudi Mabrouk,Rey Malek,Sohbane,Hadef,Bacha... tous disparus aujourd'hui rahimahoum Allah d'où la richesse et la diversité dans son innombrable répertoire. Excellent dans tout ce qu'il touche ;l'empreinte des surdoués.L'homme est resté humble ,modeste et accueillant mais il a gardé "le nif" cette fierté propre aux laghouatis qui est l'essence même de leur vie;générosité,bonté mais ne jamais s'abaisser devant n'importe quoi ni qui que ce soit.L'homme s'indigne facilement contre toutes les formes d'injustice ,la médiocrité et la cupidité.Cet ancien instituteur: fut l'un des premiers jeunes arabes diplômes après l'indépendance.Il a enseigné la langue de Molière et rivalisé avec les enseignants français sur leur propre terrain, cela mérite d'être cité.Ses anciens élèves âgés aujourd'hui en garde le meilleur souvenir".Fen bladi"La musique de notre ville créée ,il y a plus de soixante dix ans par les grands chouyoukhs d'antan et perpétuée par nos illustres artistes continue à vivre pour le plus grand bien de notre culture et notre patrimoine local et bien sur national.

 

 

303756_161260220627727_844807201_n.jpg

 

 

      Cheikh Youssef Bourzeg "Laghouati" lors d'une émission télèvisée sur la culture à Laghouat.

 

 

.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2012

Créé en 1985, l'Itihad Hassi R'mel entame actuellement sa troisième saison en division inter- régions après avoir atteint à deux reprises les 1/32è de finale de la coupe d'Algérie en 2008 et 2009. Cette année, l'IRBHR évolue dans le groupe Centre-Ouest avec un nouvel entraîneur Rouabah, ex-adjoint de Belhafiane à la JS Saoura, après avoir été renforcé par près d'une dizaine de nouveaux joueurs venus de divers horizons. Pour le président Khaled Abdelmalek, l'objectif demeure le maintien et ce, « en raison de nos moyens financiers qui sont assez limités, même si Hassi R'mel est l'une des communes les plus riches du pays », dira le président de l'Itihad. Selon notre interlocuteur, le club vit actuellement une crise financière sans précédent qui risque d'influer négativement sur les résultats de l'équipe. « Nous sommes toujours dans l'attente de subventions de l'APC, DJS et de l'APW. Nous tenons le coup par des emprunts que nous contractons auprès de nos connaissances et quelques amoureux du club, ce qui est très insuffisant par rapport à notre situation géographique ». A Hassi R'mel, on ne trouve pas d'explication au silence des responsables de Sonatrach qui auraient pu contribuer au développement du sport roi dans cette commune. «Nous avons officiellement saisi les responsables de cette firme et déposé des dossiers et des demandes d'audience au directeur, mais jusqu'à présent, aucune réponse ne nous est parvenue. Et pourtant, de nombreux enfants de travailleurs de Sonatrach sont signataires à l'IRBHR », affirmera le président du club de Hassi R'mel. Ce dernier va plus loin. « Si on trouve l'aide nécessaire, je jure que l'IRBHR fera parler de lui dans quelques années. Car, à Hassi R'mel, il y a de la compétence et les hommes pour ce genre de défis. Jusqu'à quand allons-nous gérer le club avec des dettes qui s'accumulent ' Nous lançons un appel au nom de toute la jeunesse de Hassi R'mel, au nouveau ministre de la jeunesse et des sports ainsi qu' au P-DG de Sonatrach pour venir à la rescousse de cette jeunesse. Notre but est de sortir cette commune de sa léthargie par le biais du football, mais cela exige la contribution des autorités locales comme c'est le cas des autres clubs algériens » affirmera t-il avant d'ajouter, « Sonatrach continue d'assister les grandes équipes mais délaisse les plus démunies, alors qu'à mon avis, c'est le contraire qui devrait prévaloir. Nous avons frappé à toutes les portes, mais nous n'avons reçu aucune réponse de quelque nature que ce soit. On ignore si c'est un blocage au niveau de DG de Sonatrach ou autre chose. Que va coûter l'aide destinée à l'IRBHR par rapport aux budgets alloués aux autres clubs ' Nous continuerons à lutter pour la jeunesse de notre commune, mais si la situation persiste, nous serons obligés de mettre la clé sous le paillasson », conclura t-il.

 

 Posté par notre ami:H.AISSA Med.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2012

 

 

                          11477313-d-39-echecs-rue.jpg

 

 La légende attribue l'invention du jeu d'échecs à un brahmane du nom de SESSA, ministre de Cheikh Rama, un souverain abusif du Vème siècle de notre ère.

 

SESSA avait créé le jeu pour divertir le Roi mais également pour lui faire comprendre que seul, sans la multitude de ses soldats et son peuple, il était impuissant.     10237564-des-pieces-d-39-echecs-sur-un-echiquier

 

Le Cheikh fut si heureux de ce cadeau qu'il offrit à son ministre de fixer lui même la récompense.

 

SESSA demanda alors d'être simplement récompensé en grains de blé, selon la règle suivante: pour la première case: 1 grain de blé, 2 grains pour la deuxième case, 4 pour la troisième, 8 pour la quatrième, et ainsi de suite jusqu'à la 64ème case.....

 

Le Roi sourit devant ce qu'il croyait une demande insignifiante, et dit au ministre: demande moi plutôt les revenus d'une de mes provinces, tu les mérites.

 

SESSA insista et demanda alors que l'on apporte du blé et que l'on commence à remplir des coffres...

 

Très rapidement, toutes les expéditions de blé du fond du royaume ne suffirent pas à assurer la demande de SESSA.

 

En effet, nulle génération humaine ne serait capable de fournir une telle quantité de blé:

 

En grains - 18 446 744 073 709 551 615 grains de blé.

En volume - Si l'on remplissait un hangar de 100 m de large et de 20 m de haut, il devrait faire 600 000 km de long soit 15 fois le tour de la terre.

 

Une leçon supplémentaire pour le Roi, qui voyait que, si puissant qu'il put être, il ne pouvait pas tout!

 

Moralité: L'apparence simpliste d'un montage intelligent peut révéler des puissances insoupçonnées....

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2012

 

 

  Image8.jpg

 

 

 

 

Aux Olympiades des handicapés, à Seattle, 9 athlètes, tous handicapés mentaux ou physiques, étaient sur la ligne de départ pour la course de 100 m. Au signalement du starter, la course commença. Tous ne courraient pas mais tous avaient le désir de participer et de gagner.

 

ILs couraient par 3, un garçon tomba sur la piste, fit quelques tonneaux et commença à pleurer. Les 8 autres l’entendirent pleurer. Ils ralentirent et regardèrent en arrière. Ils s’arrêtèrent et rebroussèrent chemin… Tous…

 

Une fille avec le syndrome de Down s’assis à côté de lui, commença à le caresser et lui demanda : “Ca va mieux maintenant ?" Alors, tous les 9 se prirent par les épaules et marchèrent ensemble vers la ligne d'arrivée.

 

Le stade entier se leva et applaudit. Et les applaudissements durèrent très longtemps...

 

Les personnes qui l’ont vu en parlent encore. Pourquoi ? Parce qu’au fond de nous, nous savons tous que la chose la plus importante dans la vie est bien plus que de gagner pour soi.

 

La chose la plus importante dans cette vie, c’est d’aider les autres à gagner. Même si cela implique ralentir et modifier notre course.

 

Alors, aujourd'hui, qui pourrais-tu aider à gagner ?

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 27 Octobre 2012

 

Une histoire intéressante  à lire :
                                                                     
                                               

 

 

Le boulanger d'une petite ville achetait son

 beurre à un fermier de la localité.                        images (20)

 

 Un jour en rentrant chez lui, le boulanger

 pesa le beurre qui venait de lui être vendu,

 et se rendit compte alors que le fermier

 avait réduit la quantité de beurre tout en

 exigeant le même prix.

 

 Il accusa le fermier de fraude, lui intenta

 un procès, et tous deux se retrouvèrent

devant le juge.                                                                       beurre seminaire 01

 

 Celui-ci demanda au fermier :


 - Pour peser votre beurre, avez-vous des

 poids à mesurer ?

Ah non, Monsieur...
 - Mais comment faites-vous alors pour
 mesurer le beurre que vous vendez ?
 
 Le fermier répondit :
 Et bien, lorsque le boulanger a commencé à
 acheter son beurre chez moi, j'ai pensé
 qu'il était juste que j'achète mon pain chez
 lui. Depuis ce jour, j'utilise son pain d'un
 demi-kilo comme mesure pour le beurre que je
 vends...                                                                                     images--21-.jpg
 -...

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2012

 3id aladha cards

 

                                                               bismillah-copie-1.gif 

 

 

                                                            images--18-.jpg

 

                                                           images--19-.jpg

 

 

 

L'Aïd al-Adha (en arabe عيد الأضحى, « fête du sacrifice »), appelé aussi Aīd al-Kabīr (العيد الكبير « la grande fête » , par opposition avec l'Aïd el-Fitr appelé aïd el-seghir, ou petit aïd), est la fête la plus importante de l'islam. Elle a lieu le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier du calendrier musulman, après waqfat Arafa, ou station sur le mont Arafat. Il marque chaque année la fin du haj.

Cette fête commémore la soumission d'Ibrahim (Abraham dans la tradition juive) à Dieu, symbolisée par l'épisode où il accepte d'égorger son alors unique fils Ismaël sur l'ordre de Dieu. Après son acceptation de l'ordre divin, celui-ci envoie l'archange Gabriel qui substitue au dernier moment l'enfant par un mouton qui servira d'offrande sacrificielle. En souvenir de cette soumission totale d'Ibrahim à son Dieu, les familles musulmanes sacrifient un mouton ou un bélier, mais parfois d'autres animaux comme des vaches ou des chèvres, en l'égorgeant, couché sur le flanc gauche et la tête tournée vers La Mecque, après la prière et le sermon de l'Aïd.

 

 

 

La joie et la convivialité chez nous dans l'attente de l'évènement sacré .

 

 

 018.JPG

Les enfants heureux de découvrir les moutons de l'Aid.Notre joie commence avec la leur.C'est le début du partage.Bonne fête à tous

 

015-copie-1.JPG

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0

Publié le 25 Octobre 2012

aid.jpg

 

 

   Que cette fête soit l'occasion, éventuellement, de la consolidation de la réconciliation, de la paix, de la fraternité, du pardon de nos péchés et de nos paroles et actes inconscients et involontaires. Que cette fête, soit aussi, une occasion pour nous rappeler, nos obligations et nos devoirs à l'égard des malades, handicapés, personnes âgées, pauvres sans familles, et ceux qui souffrent de maux .

,

 allah nous guide, nous protège des dérives et des dépassements, qu'il nous accorde sa Grâce Divine et qu'il pardonne nos péchés, IL est le Clément,le Miséricordieux. 

En cette heureuse occasion, il m'est agréable de vous présenter Si H'med et à tous les musulmans à travers le monde,et à tous les membres de notre cher blog mes meilleurs vœux et mes vives félicitations.AIDKOUM MABROUK.

                   Habib Allout.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Repost 0