Articles avec #sport tag

Publié le 12 Janvier 2017

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 11 Janvier 2017

La passion chez les immigrés pour l'équipe nationale.

 

De Rachid Abbad .(journaliste à Liberté).

Ce n’est un secret pour personne que les sorties de l’équipe nationale, ces dernières années, suscitent un engouement particulier tant chez les nationaux que chez les expatriés. Les deux qualifications successives aux Coupes du monde 2010 et 2014 ont rallumé cette flamme chez nos “émigrés” qui s’identifient pleinement aux Verts, devenus avec le temps leur fierté. Liberté s’est rendu dans le fief des Algériens à Paris, là où tout le monde se donne rendez-vous pour parler du pays, des affaires et de l’équipe nationale. Le quartier de Barbès-Rochechouart, sis au 18e arrondissement, grouille de monde en cette glaciale journée de samedi où chacun y va de son occupation pour subvenir à ses besoins.Nous avons repéré quelques Algériens regroupés dans un coin, sirotant un café, des gobelets à la main, exactement comme ici. Ils étaient surpris et heureux à la fois de croiser un journaliste venu du bled afin de lui raconter leur cauchemar et les éternels problèmes qu’ils endurent depuis quelques années.Axant l’essentiel de notre débat sur l’équipe nationale afin d’éviter l’amalgame lié au social, nous avons d’emblée été interpellés par Zoheir T. de la ville d’Amizour, un fervent supporter de la JSK, qui nous dira qu’il est malade de voir son club souffrir en championnat. “Je n’arrive toujours pas à croire que ma JSK n’a pas encore sorti la tête de l’eau ! Où est le problème ? Pourquoi on ne gagne plus? Ce n’est pas normal que ce prestigieux club soit à cette position ; en l’Algérie, tout le monde sait que l’argent a sali le football, la JSK est justement victime de ce complot d’argent”, nous dira-t-il amèrement.Et d’enchaîner à propos des Verts : “Heureusement que notre équipe nationale nous fait oublier les déceptions de la JSK, ces derniers temps, même cette équipe nationale ne marche plus comme avant. C’est comme si elle était frappée par le mauvais sort. Les performances réalisées par cette équipe nous ont fait oublier le mal du pays et les problèmes qu’on rencontre ici à Paris. Les deux derniers matchs contre le Cameroun et le Nigeria nous ont laissé un gout d’inachevé.On n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ce net recul? Toutefois, on garde espoir pour se qualifier au Mondial russe, il reste encore des matchs à jouer, on a une pleine confiance en cette équipe qui reste notre fierté ici devant nos voisins marocains et tunisiens. Il va falloir que Georges Leekens aille chercher cette Coupe d’Afrique pour nous donner de l’espoir, on est capable de ramener le trophée ». Son ami Omar B. de Boumedres n’est, toutefois, pas de cet avis :

“On n’a pas confiance en Leekens”
“Je ne suis pas d’accord avec toi, le président Raouraoua a mis tous les gros moyens à la disposition de cette équipe, moi je blâme les joueurs qui ont failli à leur mission, ils n’avaient qu’à battre le Cameroun à Blida, pour ne pas compromettre leurs chances. Je sais que le Nigeria et le Cameroun vont comploter contre nous, si on avait gagné chez nous, on ne serait pas là à faire des calculs, mais les joueurs n’ont plus la tête dans cette équipe, ils sont trop choyés, voilà pourquoi on a compromis nos chances de qualification. Même cet entraîneur, le Belge, ne m’inspire pas confiance, j’ai peur pour notre équipe nationale”. Nous quittons ce groupe pour aller déambuler sur le grand boulevard de Barbès, là où les Africains ont le monopole des téléphones portables cédés à des prix qui défient toute concurrence. Mamadou Touré, un Malien qui gère un magasin nous a reconnus, il nous a invité le temps de parler football. “J’avais supporté l’Algérie en Coupe du monde, elle a fait honneur à l’Afrique avec cette grosse performance au Brésil où elle avait les moyens d’aller encore loin, aujourd’hui, cette équipe a enregistré un très net recul, elle n’est plus la même. Vos joueurs ont eu trop d’argent, ils sont devenus riches, ils ne jouent plus pour les couleurs voilà pourquoi vous n’irez pas au Mondial Russe car le Cameroun et le Nigeria sont mieux que vous, c’est une génération finie, Mahrez ne pourra rien faire tout seul, Brahimi a perdu de sa superbe, l’Algérie ne fera rien à la CAN 2017”. Nous quittâmes ce magasin dont le discours du propriétaire est clair, pour continuer notre ronde. Juste à côté de la gare du métro, des Algériens avec un accent de l’Est, écoulent des paquets de Marlboro à 3 euros l’unité. Dès qu’on s’est approché d’eux, ils avaient paniqué croyant avoir affaire à des flics, avant d’être plus rassurés lorsqu’on leur a décliné notre identité

“On réclame la coupe d’Afrique de 2017”
“Moi, je suis de Guelma, la ville de l’Escadron noir qui a marqué l’histoire du football algérien avant de disparaître car il n’y a plus d’hommes compétents chez nous. Pour revenir à cette équipe nationale, je dirai tout simplement qu’elle nous a déçu, on ne comprend pas pourquoi Raouraoua change d’entraîneurs comme de chemise, il a déstabilisé cette équipe. Personnellement, je n’aimais pas trop ce Gourcuff, mais il fallait le laisser poursuivre sa mission, il a fait du bon boulot. Ne dit-on pas que les succès sont tributaires de la stabilité de l’encadrement technique ? Donc je fais porter l’entière responsabilité à Raouraoua qui a déstabilisé cette équipe nationale, qu’il assume les conséquences de son immixtion. Il doit nous ramener cette Coupe d’Afrique pour qu’on retrouve un peu notre autorité sur le football africain” concède Abdelkader M., 27 ans. Son ami Redounane L., de Skikda en veut à Leekens. “Je connais très bien le football belge, notamment cet entraîneur, je sais que Leekens ne ramènera rien à l’équipe nationale, il est très limité, je suis très pessimiste avec cet entraîneur. Je me demande pourquoi Raouraoua avec tout l’argent qu’il a dans les caisses, n’a pas ramené un entraîneur de renom. L’Algérie est devenue est une très grande équipe, il lui faut impérativement un entraîneur de renom, lorsque tu as des joueurs comme Mahrez, Slimani, Feghouli, Brahimi, Ghoulam, qui jouent tous dans des grands clubs, tu dois leur ramener un grand entraîneur, c’est évident !” nous dira ce jeune qui attend d’être régularisé pour pouvoir travailler légalement. D’autres Algériens se sont joints à nous pour se confier et nous raconter leurs problèmes.
On a pris congé d’eux pour emprunter le métro puis le RER C afin de rallier Saint-Geneviève des Bois pour rencontrer d’autres Algériens eux aussi fervents supporters des Verts. Parmi eux, Houari Arroussi, un jeune qui ne rate aucune sortie de l’équipe nationale. “En dépit des contre-performances contre le Cameroun et le Nigeria, je reste très optimiste sur le parcours restant de notre équipe. Je suis persuadé et convaincu qu’on peut se rattraper et arracher notre billet qualificatif au Mondial russe, il faut juste laisser tranquille cette équipe et ne pas la perturber” estime-t-il. D’autres Algériens nous assurent, du reste, que les Français appréhendent beaucoup les sorties des Verts, notamment dans les cités de la banlieue vu que souvent des escarmouches éclatent entre les Algériens et les CRS. “Parfois, la liesse se transforme en émeute” nous révèle Saïd K.
Nos émigrés attendent impatiemment la CAN 2017 pour avoir une idée sur le nouvel état d’esprit de l’équipe et veulent tous que cette génération douée offre le trophée à l’Algérie “Qu’ils nous ramènent ce trophée qu’on attend depuis 1990 !” conclut Jeloul J., de Mostaganem.

La passion chez les immigrés pour l'équipe nationale.
La passion chez les immigrés pour l'équipe nationale.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 5 Décembre 2016

L'équipe des SSSLaghouat volley sociétaire de la nationale une .Groupe Centre -Est saison 1968-1969. Debout:Sohbi Noureddine,Keciba Djamel,Khalifa Madani,Accroupis:Bensalem Tahar,Khalifa Med,Benkatas Kamel,Hadj Aissa Mostefa.

L'équipe des SSSLaghouat volley sociétaire de la nationale une .Groupe Centre -Est saison 1968-1969. Debout:Sohbi Noureddine,Keciba Djamel,Khalifa Madani,Accroupis:Bensalem Tahar,Khalifa Med,Benkatas Kamel,Hadj Aissa Mostefa.

Une équipe que beaucoup de nos jeunes aujourd'hui ne connaissent pas pourtant elle activait au plus haut niveau du volley national ;la nationale une ,groupe Centre Est au coté du NAHD, ESS,CACC,MOC etc..;les grandes équipes de l'époque.Elle brillait par ses jeunes joueurs:Sohbi,Keciba,Khalifa Med,Benkatas,HadjAissa Mostefa qui n'étaient encore que des lycéens ,mais ils étaient bien encadrés par Madani Khalifa ,Si Tahar Bensalem...L'équipe avait surtout l'avantage d'avoir à sa tête ,l'un des plus grand technicien du sport à l'échelle nationale feu Hadj Bachir Khalifa rahimahou Allah formé en Suisse et diplômé d'une grande école du sport helvétique en 1928.Ce grand monsieur du sport local a à son actif la formation et le coaching d'un très grand nombre de joueurs en sport CO et en Athlétisme.Il fut l'un des pionniers et le précurseur pour la pratique du sport à Laghouat et ce dès les années trente .Une vie totalement vouée au sport. H'med B


Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2016

Le "classico" tant attendu.
Le "classico" tant attendu.

 

Les commentaires vont bon train entre les amoureux du football et mème dans les contrées les plus reculées chez nous au sujet d'un match de foot pas comme les autres .Le classico du championnat espagnol "la liga" entre le FCBarcelone et le Réal de Madrid. Un match qui passionne le monde entier!

Une analyse du sujet très intéressante de Notre ami A.Ameur.

A l'approche du" Classico", un match qui divise la planète, presque, en deux ,comme on découpait une pomme! Avec tout le respect des fans ,des autres clubs ,et qui ,ne sont pas ,moins ,importants ! Seulement, pendant, les dix ,dernières années, une réalité , s'impose, c'est ,qu'on a assisté, à une domination ,quasi-totale du football espagnol, et ,une monopolisation de toutes les compétitions, que ce soit ,sur le plan de l'équipe nationale (deux coupes d'Europe, une coupe du monde!) , ou, sur ,le plan des clubs. Les clubs espagnols, ces dernières années ,se sont partagés, tous les sacres!.Les fans de ces deux grands clubs , se préparent pour cette grande fête ! D'un côté le REAL , qui demeure ,le plus grand club ,de par , son histoire (truffée de titres, créé en 1902 par le roi ) et le nombre de trophées jamais égalé! , "une vraie machine à gagner " et qui le sera, encore (surtout ,les 50/60 , avec les célèbres et grands ,Di Stefano ,Puskas ,Santamaria , Kopa ,Gento et Amancio) ! Et par son budget faramineux, qui fait ,de ce club ,le plus riche et le plus prospère. D'un autre côté le BARCA, ( club catalan créé en 1899 ) qui ,pendant, cette dernière décennie, a eu, la mainmise, sur la plupart des compétitions, et a battu , beaucoup de records ,en matière de trophés. Si le REAL ,demeure le plus grand club , Le BARCA , quant à lui ,demeure ,la plus grande équipe ,de par sa manière de jouer ,d'ailleurs, c'est le BARCA ,qui a alimenté et livré le plus grand nombre de joueurs ,pendant cette dernière décennie, au "onze" espagnol, et qui ont ,des fois ,dépassé 10 joueurs ,et qui en ont ,constitué, l'ossature !. Sa particularité , résulte de sa manière ,de pratiquer son fameux " TIKI TAKA" Elle a révolutionné le football espagnol .Grâce à l'entraineur Guardiola ,qui a eu l'idée magique, d'appliquer, une "alchimie" dont ,lui seul ,a le secret! , cette formule, qui consistait à combiner, la finesse, la technique ,ainsi que le génie créateur ,et créatif, du football espagnol , au " football total," hollandais, en mettant, à profit ,la culture , et l'expérience, cumulées et héritées , du passage, dans ce club , des grands cadres du football hollandais, tels que l'entraineur et initiateur du" football total " Rinus Michels ,suivi des grands joueurs Cruyff et Neeskens, un système qui fut pratiqué par la" Mythique" équipe hollandaise AJAX des années 70 ,avec les grands joueurs de l'époque ,tels que Cruyff, Keiser,les frères Muhren ,Neeskens, Haan ,Rep, et. en particulier, le grand, et, peu connu , entraineur, et le père de cette école ,qui avait mis, fin ,au règne du système, ultra-défensif italien "Catenaccio " du grand tacticien "Helinio Herrera ," pratiqué ,par l'inter de Milan de Mazzola ,et Facchetti ! à cette époque, et ,qui régna pendant les 70, en Europe et dans le monde! On assistera, à une confrontation, entre deux styles de jeu différents, d'un côté, le REAL , avec un jeu athlétique , basé sur le réalisme Anglo-saxon, européen, avec des joueurs athlétiques: Bale, Ronaldo,Benzema ,Kroos ,Pepe et Ramos ,et de l'autre côté, le BARCA, avec sa touche latino-américaine, avec des joueurs ,très techniques , avec de petite taille , tels que Messi, Neymar , Iniesta , Suarez ,Alba et Mascherano ,et ,dont le jeu horizontal ,est basé sur la possession du ballon et l'offensif à outrance! Donc, à vos marques..

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2016

 

De notre ami Krim Bouguerra.

Je viens d'apprendre pas le biais du journal El Watan que l'ancien joueur de l'équipe nationale et de la JSMTiaret Tahar BENFERHAT est souffrant. Souhaitons lui un prompt rétablissement inchallah. Rappelons que Tahar était un grand arrière central de très haut niveau,il avait joué aussi en séléction africaine avec feu Hadefi Miloud le libéro de l'EN et du MCOran début des 70'.

Pensée et prières pour un grand joueur.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2016

Photo postée par Hadj Med Djamel Khanfar.

Une photo souvenir de l'équipe du quartier de la rue Diours ,pourvoyeur et fournisseur des grandes équipes de la ville en joueurs de talent de différentes génerations .Beaucoup de ces joueurs ont inscrit leurs noms en lettres d'or et eurent une carriére bien remplie au sein de leurs clubs respéctifs à l'image de Zerrouk,Boutaba,Khanfar,Souffari,Hamza rabi yarehmou,Saad,Oumimou,Regue ......et la liste est longue encore.

Dada zerrouk. Oumimou aek (antar) saad Bouchouireb,Luobizi Med Bouzekri, Chama Mostfaoui aek,Benyoucef Boucherit   Assis de G.á d. : Khanfar Djamel "elhadj", Hamze Benguesmia "loubye" Allah yarhmou Nordin Regue, Aek Bouchouireb Beche.   Absents: Nordin Kaouka,Kouider Boucherit,Boutaba ,cheybe Tayeb soufari, Allaoui Aek Allahyarhmou, Djamel Bedrina Allah yarhmou, Lazri Nordin, Med Oumimou,Bouzid Hassani.

Dada zerrouk. Oumimou aek (antar) saad Bouchouireb,Luobizi Med Bouzekri, Chama Mostfaoui aek,Benyoucef Boucherit Assis de G.á d. : Khanfar Djamel "elhadj", Hamze Benguesmia "loubye" Allah yarhmou Nordin Regue, Aek Bouchouireb Beche. Absents: Nordin Kaouka,Kouider Boucherit,Boutaba ,cheybe Tayeb soufari, Allaoui Aek Allahyarhmou, Djamel Bedrina Allah yarhmou, Lazri Nordin, Med Oumimou,Bouzid Hassani.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2016

Le plus beau des souvenirs:La glorieuse équipe nationale du FLN.

L’Algérie a  fêté la date historique du 1er Novembre 1954, date du déclenchement de la guerre de libération nationale pour la reconquête de l’indépendance du pays. Pour ce faire, des hommes dignes, attachés à leur patrie et ses valeurs, à leur peuple soumis
à la pire des injustices, sur sa propre terre colonisée, se sont dressés comme un seul homme pour dire «non, on veut vivre
en hommes libres sur la terre de nos ancêtres, on veut la justice, on veut un avenir pour nos enfants et les générations futures,
on veut notre indépendance du joug de l’imposture coloniale…».

Faire sortir la France coloniale de la terre d’Algérie n’a pas été une mince affaire. C’est au prix de sacrifices, de terribles souffrances et de la mobilisation des patriotes de ce grand pays dont nous sommes aujourd’hui fiers, que l’Algérie a pu recouvrer sa liberté. Parmi les hommes dignes de ce pays, figurent des footballeurs professionnels, qui se sont joints à cette noble cause nationale, en répondant présent à l’appel so- lennel du Front de libération nationale, afin que toutes les forces vives d’Algérie se mobilisent pour libérer notre patrie.  

En 1957, le FLN décide de mettre en place une équipe nationale
A l'automne 1957, après la bataille d'Alger, les dirigeants du FLN décident de mettre en place une équipe nationale algérienne de football, afin de médiatiser la lutte de libération nationale dans le monde. Ils ont compris que le sport pouvait être exploité pour contribuer lui aussi à jouer un rôle dans le cadre de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie, notamment via le football, considéré comme un phénomène social, qui est le sport le plus populaire au monde et par conséquent mobilisateur des masses.
Cette idée des plus intelligentes était judicieuse à plus d’un titre, du fait notamment que de nombreux joueurs algériens considérés comme de purs talents, évoluaient à cette époque-là dans de grands clubs en France et que cela allait servir à aider à la médiatisation de la guerre d’Algérie dans le monde mais aussi en France. Il était clair dans l’esprit des géniteurs de cette décision de bâtir une équipe nationale algérienne de football sous l’égide du Front de libération nationale, que cette idée géniale allait avoir des répercussions et un grand écho auprès de l’opinion publique française et sur le peuple algérien évidemment.
Ainsi, les joueurs professionnels algériens évoluant en France ont été sommés de déserter leurs clubs respectifs pour rejoindre le FLN et participer  ainsi en tant que footballeurs à la lutte de libération nationale, comme préconisé par les dirigeants du front. Le communiqué du FLN du 15 avril 1958 explique l'importance de la mise en place d’une équipe nationale digne de ce nom et performante sur le plan international pour l'émergence d'une «identité nationale algérienne». Il qualifie les joueurs qui la constitueront de patriotes prêts à tout sacrifier pour l'indépendance de leur pays et les présente comme un exemple de bravoure pour la jeunesse et tout le peuple algériens.

Mohamed Boumezrag et Mohamed Allam, fondateurs de l’équipe du FLN
Les dirigeants du FLN confient la tâche de sélectionner les joueurs à Mohamed Boumezrag, à cette époque-là, directeur de la sous-division régionale algérienne de la Fédération française de football (FFF), en coordination avec Mohamed Allam qui a chapeauté l’opération en tant que représentant politique du FLN. Sellami Zamri, qui a joué le rôle de garde matériel, a œuvré avec ce duo à la création de l’équipe FLN de football. Les trois hommes sont chargés de préparer et de garder secret le projet de constitution de l’équipe du FLN. Investi de cette importante mission et pour des raisons de sécurité, Mohamed Boumezrag rend en personne visite à chaque joueur pro algérien retenu dans l'équipe du FLN. Il leur fait part de sa mission et de ce qui est attendu d’eux. De nombreux joueurs ont répondu à l’appel de la patrie sans hésitation aucune. Tout devait se faire dans un secret total et en toute discrétion pour organiser le départ des footballeurs algériens appelés à rejoindre le FLN pour former l’équipe nationale d’Algérie, au moment où la Révolution battait son plein. C’est ainsi que le plan mis en place a bien fonctionné. En France, la disparition simultanée et massive des joueurs algériens ne passe pas inaperçue. Surtout que l’équipe de France se prépare à la Coupe du monde  1958 qui doit se dérouler en Suède quelques semaines plus tard, sachant qu’elle compte au sein de son effectif  deux joueurs de grand talent, très admirés dans le championnat français. Nous avons cités Mustapha Zitouni et Rachid Mekhloufi.
La presse française, surpriss par la disparition des footballeurs algériens, titre en grosses manchettes sur la fuite des joueurs algériens. Les dirigeants du FLN qui ont eu cette idée géniale et Mohamed Boumezrag lui-même, un ancien footballeur (Bordeaux, Le Mans), qui a organisé la fuite des joueurs, et fondé l’équipe du FLN ont bien réussi leur coup, notamment sur le plan médiatique pour défendre la cause de l’Indépendance. L'équipe est fondée le 13 avril 1958. Son rôle est avant tout psychologique pour montrer aux Français de la métropole que même des footballeurs professionnels algériens s'impliquent dans cette cause, quitte à renoncer à leur avantageux statut.
Et malgré l’obtention par les autorités françaises de la non-reconnaissance de l’équipe du FLN par la FIFA, elles ne l’empêcheront pas de sillonner de nombreux pays à travers le monde, particulièrement en Afrique, en ex-Europe de l’Est et en Asie pour faire entendre la voix du peuple et de la Révolution algérienne. Le FLN réalise une tournée mondiale avec l’organisation de pas moins de 80 rencontres. Ces matchs font connaître à travers le monde la cause algérienne et sa guerre d'indépendance. «Nous étions de vrais militants, nous étions des révolutionnaires, c’étaient nos plus belles années», confie Mohamed Maouche, l’une des figures marquantes de l’équipe du FLN et l’un de ses membres les plus actifs.
32 patriotes au rendez-vous de l’histoire
Plusieurs joueurs d'origine algérienne ont porté avec succès le maillot de l'équipe de France de football, comme Abdelaziz Ben Tifour et Mustapha Zitouni, mais n’ont pas hésité une seconde à tout laisser tomber pour l’Algérie. Ils n’ont pas manqué cet important rendez-vous avec l’histoire et c’est bien pour cela que nous tenons en cette occasion du 58e anniversaire du déclenchement de la lutte de libération nationale à leur rendre un vibrant hommage à travers cet article consacré en la circonstance à cette belle page inscrite en lettres d’or dans l’histoire de l’Algérie indépendante par les footballeurs professionnels de l’époque. Parmi les footballeurs les plus talentueux qui ont joué au sein de l’équipe du FLN, on peut citer les gardiens de but Abderrahmane Boubekeur (AS Monaco) et Abderrahmane Ibrir (ex-Olympique de Marseille), le défenseur Mustapha Zitouni (AS Monaco), et les attaquants Abdelaziz Ben Tifour (AS Monaco), Saïd Brahimi (FC Toulouse), Abdelhamid Kermali (Olympique lyonnais), Mohamed Maouche (Stade de Reims), Rachid Mekhloufi (AS Saint-Étienne) et Ahmed Oudjani (RC Lens, avec Ibrir et Maouche en 1960). Cinq d'entre eux ont également été internationaux pour la France, à savoir Ibrir, Zitouni, Ben Tifour, Brahimi et Mekhloufi.
Au printemps 1958, tout est OK pour les débuts de l'équipe et sa présentation au public, y compris la manière dont les joueurs allaient s'enfuir à Tunis. Le choix de Tunis s'explique d'une part par l’accord donné par le président tunisien Habib Bourguiba, qui vante la fraternité panarabe, et d'autre part par sa proximité avec l'Algérie.
C’est le 8 avril 1958 que Mohamed Boumezrag annonce aux joueurs leur départ vers Tunis, où siège le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) où ils seront présentés au public.
C’est dans la capitale tunisienne que l'équipe commence à s'entraîner sous la houlette de Mohamed Boumezrag, aidé de Arribi, et plus tard de Abdelaziz Ben Tifour.
Les 13 et 14 avril 1958, douze footballeurs algériens désertent leurs clubs en France. Le lieu de rencontre convenu avec Mohamed Boumezrag est  Rome. Un groupe de joueurs prend le train, l'autre groupe traverse la Suisse en voiture. Cependant, Hassen Chabri et Mohamed Maouche ont des difficultés à passer les frontières françaises, à cause des garde-frontières qui les guettent après avoir pris connaissance du projet de mise sur pied de l’équipe nationale d’Algérie. Mais ils feront par la suite le nécessaire pour rejoindre leurs compatriotes.

Tunis les accueille chaleureusement
Les joueurs qui arrivent à temps à Tunis trouvent Ferhat Abbas, figure de la Révolution algérienne, et le président tunisien de l'époque, Habib Bourguiba à l’accueil avant d'être présentés à la presse. La couverture médiatique de l'événement est réussie, comme le prévoyait le FLN. L'Équipe titre ce jour-là «Neuf footballeurs algériens portés disparus», France Football aborde le sujet quatre jours plus tard avec quatre pages sur l'événement. Ils étaient  en fait 32 joueurs à répondre à l’appel du cœur :  Boumezrag, Boubekeur, Hammadi, Zitouni, Bekhloufi, Arribi, Rouaï, Mekhloufi, Ben Tifour, Kermali, Brahimi, Bouchouk, Doudou, Zouba, M. Soukhane, Defnoun, Maouche, A.Soukhane, Oudjani, Amara, A. Ibrir, Bouchache, Settati, S. Ibrir, Haddad, Benfadah, Bourtal, Chabri, Brahimi, A. Oualikène, Mazouz, Bourricha et Kerroum. Ils ont constitué la glorieuse équipe du FLN. Celle-ci dispute durant ses quatre années d'existence, plusieurs matches, en Tunisie, Maroc, Bulgarie, Pologne, ex-Union soviétique, Roumanie, Hongrie, Tchécoslovaquie, République populaire de Chine, Vietnam, Yougoslavie. Elle a été admirable dans ses différentes sorties à travers son football alerte, plaisant, fait d’engagement et de haute technicité. Aussi, le FLN a toujours insisté pour que les hymnes nationaux de chaque pays soient joués avant chaque match.
« L’équipe du FLN a écrit de belles pages de l’Histoire de l’Algérie, et elle a joué un très grand rôle dans la médiatisation de la Révolution. Elle a réussi à représenter dignement notre pays à travers le monde », affirme l’ex-star du football national, Rachid Mekhloufi. Pour Mohamed Maouche, l’équipe du FLN «a réussi à porter haut l’image de l’Algérie combattante à travers le monde». L’ancien joueur du Stade de Reims estime qu’elle a réussi à «donner un impact politique à la Révolution.
Il y avait 32 joueurs qui étaient tous au service de la Révolution. Nous avons pu lui donner un impact politique, et c’était déjà important pour nous», qualifiant d’«aventure humaine extraordinaire et inoubliable» les années qui ont vu l’équipe du FLN se produire. Parmi tout ce beau monde certains sont toujours parmi nous, d’autres nous ont quittés. Ils demeureront dans nos cœurs et dans la mémoire collective, qui continuera à raconter aux générations actuelles et futures le courage de ces hommes, qui ont bravé tous les dangers et qui ne se sont pas débinés lorsque l’Algérie a eu besoin d’eux. Figure de la Révolution algérienne, Ferhat Abbas a dit un jour cette phrase à l’adresse de l’équipe du FLN : «Vous venez de faire gagner dix ans à la cause algérienne». Aux enfants d’Algérie hommes et femmes de poursuivre le chemin de la construction, nos vaillants martyrs doivent pouvoir se poser en paix, pour avoir payé de leur sang la liberté de ce merveilleux pays… l’Algérie. Le 1er Novembre est là pour nous le rappeler à tous.
Mohamed-Amine Azzouz

Le plus beau des souvenirs:La glorieuse équipe nationale du FLN.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2016

Réflexion:le sport à Laghouat .

IL est loin le temps ou les sportifs laghouatis de tout bord s'entraînaient comme ils pouvaient , au moment ou ils voulaient et à l'endroit qu'ils choisissaient. En ce temps là chaque quartier avait ses terrains de sport ; des espaces vides transformés en aires de jeux et qui se remplissaient chaque après-midi après l'école ou le travail. Des jeunes mordus de football, d'athlétisme, ou de n'importe quel sport y trouvaient là un endroit pour donner libre cour à leurs hobbies .Les installations sportives modernes n'existaient pas encore dans la ville.C'était les années soixante, soixante dix;le pays se construisait encore .Les responsables du sport de l'époque faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour permettre aux nombreux jeunes de pratiquer leur sport favori ;ils faisaient avec ce qu'ils avaient et travaillaient avec le peu de moyens dont ils disposaient .Incroyable me direz-vous?Mais ce qui est le plus incroyable c'est que leur travail donnait des résultats plus que escomptés dans toutes les disciplines sportives et à tous les niveaux, scolaire ou civil.Des jeunes issus des quartiers devenaient des champions du sport scolaire ou autre dés qu'ils endossaient les maillots de leur lycée ou de leur équipe favorite. Le stade du quartier était un réservoir inestimable pour de nombreuses associations sportives.

De nos jours, les installations sportives modernes voire de performance existent. L’état a doté toutes les wilayas du pays de ce qu'il y a de mieux. Laghouat aussi s'est équipée de terrains de foot gazonnés de salles omnisports.Donc la pratique du sport devrait s’améliorer, les résultats aussi.Mais il y a anguille sous roche. Chez nous les résultats ont considérablement régressés jusqu'à devenir presque miraculeux lorsqu'ils arrivent.Ou est le problème car il y a un problème que les responsables du sport doivent résoudre et sans plus tarder .Les terrains de sport doivent être ouvert à tous les sportifs pour s'entraîner et non pas clos devant leur nez. Les jeunes des quartiers qui ont perdu les terrains vagues disparus avec la nouvelle réorganisation de la ville et les projets de constructions ne peuvent plus s'entraîner comme avant. Ce n'est pas normal qu'avec tous les moyens qui existent aujourd'hui , la pratique du sport de masse décline à ce point là .Les installations sont là pour la pratique du sport pour tous; des plus jeunes au vétérans. Elle ne doivent pas être conserver comme des musées, ouvertes seulement à certains privilégiés .Certaines wilayas ont déjà remplacé maintes fois le tartan des terrains de football tellement ils sont utilisés, un exemple que nos locaux doivent méditer .Avec un peu plus de volonté et plus d'implication de nos encadreurs et surtout une meilleure utilisation des moyens que nous possédons aujourd’hui; de meilleurs jours pointeront à l'horizon de notre sport local moribond.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 1 Septembre 2016

Tadjmout a enfin sa piscine,le projet est unanimement apprécié.Les jeunes de cette agréable agglomération distante de quarante kms de Laghouat peuvent enfin profiter des joies de la natation en ces jours de canicule.

Une nouvelle piscine à Tadjmout.
Une nouvelle piscine à Tadjmout.
Une nouvelle piscine à Tadjmout.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 19 Août 2016

Posté par H.D.Khanfar.

Match de gala à l'occasion du jubilé de l’ancien joueur Zemmour Abdenour champion d'Afrique avec le MCA en 1976 .

 Sélection CRB/ MCA vs Wilaya de Boumerdes....Dbt:DaG :Badaoui ex chef sûreté de Laghouat ,zenir Ait chegou Omar (vert) frère de feu Ait Chegou Djillali ..Boutaleb CRB ( vert ) Bouiche MCA (vert) Zemmour MCA ( vert) acrp: Ali moussa Bachi . Betrouni  ,Hadj Djamel Khanfar(bleu) Mechdal.MCA et feu Ait Chegou Djillali

Sélection CRB/ MCA vs Wilaya de Boumerdes....Dbt:DaG :Badaoui ex chef sûreté de Laghouat ,zenir Ait chegou Omar (vert) frère de feu Ait Chegou Djillali ..Boutaleb CRB ( vert ) Bouiche MCA (vert) Zemmour MCA ( vert) acrp: Ali moussa Bachi . Betrouni ,Hadj Djamel Khanfar(bleu) Mechdal.MCA et feu Ait Chegou Djillali

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0