Articles avec #sport tag

Publié le 3 Février 2014

 

 

 

C'était la saison 71-72 ,aprés son accession en division nationale deux la JSML jouait son premier match de la saison à Blida face à l'USMB.

Voici la photo de l'équipe pour ce match.

img010.jpg

 

Debout de gauche à droite:KADA B,SAHRAOUI,ALLALI(rahimahoum Allah.)TIDJANI B.,TASSI,KIAD etKAOUKA.

Accroupis:BENHAOUECH,MANSOURI,NEDJEM,BOUZALEKH et SEDIRA M'hamed.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 2

Publié le 28 Janvier 2014

 

Posté par Abdallah Babagayou.

 

 

 

 

img232

La JSMLAGHOUAT 1968-69.

 

C'est vrai que parfois, comme l'exprime, si bien, l'adage arabe : " une belle coïncidence vaux mieux que mille rendez-vous ", on se dit que le bon Dieu nous guide, même, dans le choix de nos décisions et destinations. 

   L'autre jour à Alger, voulant prendre la voiture de bon matin pour éviter l'infernal encombrement dont souffre la capitale, j'ai essayé de faire tourner le moteur un peu, avant de démarrer, mais le voyant témoin du niveau d'huile continuait de clignoter. Je jauge le niveau d'huile, et ce dernier n’atteignit même pas le  minimum. Pour ne pas perdre de temps, j'ai décidé de prendre un Taxi, et de régler ce problème plutard. Le temps de traverser la chaussée du boulevard Zighout Youcef et contempler, quelques instants, l'une des meilleurs baies du monde, et voila qu'un taxi qui se pointe à l'horizon, je lui ai fait signe de s’arrêter et, à ma grande joie, car, à Alger, il n'est pas évident de trouver un taxi, il actionna son clignotant et ralentit. Comme de coutumes, le chauffeur, voulant briser la glace, entama une discussion, et aussitôt que je lui ai dit que je suis de Laghouat, il a pris un bon souffle pour me raconter deux de ses meilleurs souvenir, selon lui, à savoir, le moudjahid Si Ahmed Laghouati, président du club ECA, ( Etihad Club d'Alger, oui avec un "E" ) dans les années 70. Un président qui, m'a-t-il dit, avait la générosité comme une deuxième nature, au point de payer, avec son propre argent, un voyage, en Espagne, à tous les joueurs après avoir réussi à gagner le championnat de la ligue d'Alger. J'ai essayé de savoir le nom de ce Moudjahid Laghouati, mais notre ami ne se rappelle plus, et donc je fais appel à SI Ahmida Mimouni pour nous éclairer là-dessus.

   Son second impérissable souvenir est son déplacement à Laghouat, au début des années soixante dix, en tant que joueur, avec cette même équipe.  "Je n'ai jamais vu autant de générosité, nous  passâmes trois jours à l’hôtel et les gens de Laghouat étaient tellement généreux que nous n'avions même pas eu le temps de mettre nos main à nos poches." , dit-il.   

   A cette époque, Monsieur Bouras Boualem, le fameux chauffeur de taxi,  jouait comme arrière central ( libéro ), et ce poste lui permettait d'avoir une vue dominante et scruter l'ensemble des joueurs et ,notamment, Ahmed Benhaouache dans ses grandes œuvres: " Je me rappelle de cette fameuse équipe de Laghouat, et surtout leur milieu inter-droit, le numéro huit. Depuis lors, aucun autre joueur n'a réussit à effacer de ma mémoire l'admiration que j'ai eu pour son talent, ses prouesses  techniques et surtout sa vision de jeu. Il était un inégalable stratège." dixit-il, avec l'accent algérois d'antan.  

   Quand j'ai raconté, à mon retour à Laghouat, cette petite aventure  à un autre ex-excellent joueur du RCL et de la JSML, Dali Kaddour lors d'une rencontre quotidienne au café de "Rahbét ézzaytoun", et,comme d'habitude, à la suite d'un tour d’horizon sur les principales préoccupations, faisant la une de tous les quotidiens et autres "masse média", à savoir la situation en Syrie et en Égypte, principalement, nous avons enchainé avec l'histoire de Laghouat et sa richesse en matière de culture, musique,  et surtout de sport. Dali m'affirma : "Tu sais Abdallah, le meilleur joueur de Laghouat, toute génération confondue est , sans concurrent, Ahmed Benhaouache.". Après un laps de temps de silence, accompagné d'un soupir sortant de ses tréfonds, lui permettant de puiser de sa mémoire les images de quelques phases du match qui les opposaient à l'équipe de Bordj ménail, où notre maestro Benhaouache conduisit son équipe à la victoire et quelle victoire!, ils étaient mené un but à zéro et, dix minute  après, Benhouache, sur un exploit individuel, élimina toute la défense et servit, sur un plateau, le ballon à Mabrouk Ferhat qui le  mit dans les filets et égalisa. La deuxième mi-temps, et presque à la fin du match, Benhaouache élimina, une deuxième fois, les deux joueurs qui, apparemment, avaient eu des consignes strictes de marquer, de très  près, le numéro huit, considéré comme la plaque tournante, de cette  équipe, trouble-fête, qui venait du sud pour fausser une joie préalablement considérée acquise, s'échappa sur la droite et centra en retrait sur Dali kaddour qui, par la tête, marqua un deuxième but pour la JSML. Ce fut sur le score de 2 à 0 que le match se termina sous l’amertume du gout d'inachevé tant pour l'équipe,abattue, de Bodj Menail que pour son publique . 

   Un autre bon souvenir de notre ami kaddour Dali, que je ne peux ne pas le citer, est celui d'une phase de jeu. " lors d'un match à l’extérieur face à Chlef. " A quelque minute de la fin du match où la JSML était menée par le score d'un but à zéro, une dernière chance se présenta à nous, grâce à un coup franc indirect concédé par l'équipe adverse à 35 mètres du but , et sans se dire le moindre mot  , tout le monde était conscient de cette opportunité. Je fut devant le ballon, Bouzalékh kada à quelques mètres devant, Mabrouk ferhat à ma droit pas loin de Moulay Benahmed à l’extrême droite. A ma gauche, Benhaouache et Raouane plus écarté sur la gauche, je fis un passement de jambes à droite faisant semblant de faire une passe et au même temps Benhaouache perça vers les dix-huit mètres attirant quelques joueurs du mur vers lui, et du même geste vers la  gauche, Mabrouk Ferhat accentua la brèche dans le mur, je fis une passe entre les jambes, écartées, de kada Bouzalékh et ce dernier se trouva face au gardien de but pour tirer en raz de terre et ce fut l'égalisation.", ajouta Dali kaddour, qui, selon Ahmed Benhaouache, et lors d'un entretien que j'ai eu avec lui, récement au téléphone, aurait pu excellé encore plus, si ce n'était sa brève carrière. 

   En écoutant Kaddour Dali, décrire Benhaouache, je me suis rappelé et transposé une interview de Louis Van Gaal, ancien entraineur de Bayern Munich, quand il répondait à la question suivante : " Qu’est-ce qui rend Thomas Müller si indispensable alors ?" en disant :  “Il est le seul joueur au monde qui parvient à voir en même temps l’espace, le ballon, ses coéquipiers et ses adversaires. Ajoutez à ça une condition physique de marathonien et un sens du but aiguisé et vous comprendrez mieux ce qui fait la force de ce joueur qui semble venu d’un autre temps.”.

   Mon frère ainé Mohammed Babaghayou, ancien joueur de l'IRBL et de la JSML et inspecteur, retraité, de l'éducation sportive, m'a toujours dit que Moulaye Benahmed, dit George Best, et Benhaouache Ahmed furent parmi ses idoles avec leurs élégance, maitrise et efficacité.

" Il y a eu, certes, une panoplie d'excellents joueurs à travers l'histoire du foot Laghouati, mais ce qui faisait émerger Benhaouache du lot, c'est qu'en plus des autres qualités qui leur sont communes, lui, il maitrisait la "sociométrie", dans ses relations avec ses coéquipiers, et l'anticipation, dans le jeu,que rares sont les joueurs qui en possèdent. ", dixit mon frère Mohammed. 

   Ce vocable de "sociométrie", nouveau pour moi et bien expliqué par mon frère Mohammed, m'a projeté dans le temps pour me rapeler d'une finale de coupe d’inter-quartiers, que j'eus l'honneur de  disputer contre Si H'med Benhaouache au début des année 80, opposant l'équipe du Schettet, la notre, et celle de M'gataa Edhahraoui. Un match très serré, du fait que les deux équipes finalistes se partageaient les joueurs de l'IRBL, équipe élite de l'époque. 

   Ce fut, bel bien, cette qualité qui a permis à Si H'med Benhaouache de renverser la partie en faveur de son équipe pour la conduire à la première marche du podium.  

   Quand l'éducation de la bonne famille, la technique d'un bon joueur, et les facultés intellectuelles d'un bon médecin font bon ménage, le produit d'un tel amalgame, ne fera qu'éblouir les chanceux spectateurs fans du foot, et subjuguer, par sa plume, les lecteurs à l'instar de ceux du blog de Sidielhadjaissa, entre autres. 

   Merci Si H'med pour tout ce que vous avez fait pour notre chère ville, Laghouat, et merci d'être l'exemple pour nous autres étudiants et joueurs, bien après votre génération, qui ont pu croire, grâce à votre palmarès, en la compatibilité, voir la complémentarité, entre les études et le sport. 

   Puisse Allah, le tout puissant, vous accorder un prompt rétablissement.

باسمي و باسم كلّ أصدقاء وقُرّاء هذا المنبر الكريم، و على لسان كلّ مريض كنت سببًا في شفاءه يومًا ما، أتقدّم إليك أخي أحمد بأعزّ التّماني، راجيًا من الله العليّ القدير أن يُشفيك و يشفي جميع مرضى المسلمين، إنّهُ على ذلك قدير و بالإجابة جدير..

و خير دعاء أختم به ؛ دُعاء نبيّنا محمّد عليه أفضل الصّلاة و التّسليم.    

 أذهب الباس رب النّاس، اشف وأنت الشافي، لا شفاء إلا شفاؤك، شفاء لا يغادر سقما  

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 16 Janvier 2014

De A.Babagayou(facebook).

 

 

 

 

 

 

1512668_623796384334553_1960325639_n.jpg

 

Debout de gauche à droit : Ferhat Mohammed ( entraineur ) Gafsi Ahmed ( président de section ) Benhaouache Madjid - Chrayare AEK - Saci Mohamed - Bensaad AEK - Gueffaf Amed - Benalia Bakar - Hamdi Aissa - Guelloula Nabih - Hamdi Noureddine - Khalifa Mohamed ( Président du club ). 

Assis de gouache à droit : Hadjoudja Mohamed - Brichi Mohamed ( Allah yaréhmou ) - Soufari tayeb - Nouioua Ahmed - Benzayane Mohamed ( dit boutabba ) Rabhi Khaled - Bouchareb Chaouki - Babaghayou Abdallah 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2014

 

Envoyé par Madjid Tadj.

 

 

 

 

Des photos des vétèrans de l'IRBL prises à Hassi r'mel à l'occasion du tournoi du 1er novembre 2013 face à l'équipe de la sonatrach DP.

 

 

 

1506548_736568276361381_1439684804_n.jpg

L'IRBL Vétèrans à Hassi r'mel en 2013.

 

 

1555699 736572036361005 2118053004 n

Photo souvenir des deux équipes.

1608581 736572136360995 1849406249 n

 

Des anciens préstigieux ensembles.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 7 Janvier 2014

 

Un souvenir plein de nostalgie et de reconnaissance à ceux qui donnèrent au sport dans notre cité ses plus belles heures de gloire.Ecrit admirablement avec les larmes du coeur par l'enfant qui fut l'un de ces merveilleux  acteurs de ces belles années :Abdallah Babagayou qui n'est plus à presenter.

 

 

 

 

img364.jpg

Posté par:
L'équipe des minimes de Rahbét Sidi Cheikh ( Schettet Chérgui ) de Volley-ball, entrainée par Si El Ourabi Naidjat, l’entraineur et éducateur des premières heures de l'indépendance et qui faisait un travail de fourmi dans la prospection, le suivi, tant sportif que scolaire, de nous autres enfants à l'époque. Si El Ourabi Naidjat fut l'un des rares Algériens, avec Monsieur Chtéh Dahmane ( spécialiste en football ) qui poursuivirent, au lendemain de l'indépendance, des formations de haut niveau en Allemagne pour regagner l'Algérie avec un projet grandiose, et ce fut le cas, car je me rappelle, au-moins en ce qui concerne notre quartier, qu'il y avait plusieurs catégories : les séniors avec El hadj Bougrine ( Allah yaréhmou ), Khacheba Mohammed, Chéttik Attalah, Boukhalkhal Bachir,Dada Benyouness ( Allah yaréhmou ), son frère Dada Lahcén, Sohbi Noureddine, Keciba Djamal, Younéss Attalah, le Docteur Benadjila Moubarék,Grinétte Ghézal.... et bien d'autres joueurs que je n'arrive pas à me rappeler les noms.
Il y avait aussi l'équipe des Juniors de la Rahbat : Dada Tahar, Zekoudi Mohammed, Senouci Abdelkader, Brahimi Brahim, Chettikh Djilali, Meggoussi kaddour, Benlahbib Ali et la liste est encore longue. Je m'excuse auprès des joueurs que je n'ai pas cité et c'est pour dire que l'effectif était très riche avec un florilège d'excellents joueurs toutes catégories confondues. Je remercie encore une fois Si El Ourabi de m'avoir offert cette photo qui m'a permis d'estomper un tant soit peu la nostalgie d'une belle époque où le sport faisait partie de notre quotidien, j'allais dire notre raison de vivre, et surtout pour les efforts qu'il déployait à l’égard du sport et de l'éducation Laghouatis.

 

 

Abdallah Babagayou 
 y a 2 heures)
à moi

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 7 Janvier 2014

 

 

 

 

 

 

le sport à Laghouat

 

 

 

Cette photo a été prise à Hassi R’Mel à  l’occasion des festivités du 24/02/1986  lors d’une rencontre de football entre Itihad de Laghouat et Itihad de Annaba tous deux finaliste du tournoi qui a été organisé par Sonatrach pour cette occasion.
Cette rencontre s’est soldé par un nul entre les deux équipes  et Itihad Laghouat l’a remporté au tir des penalties sans oublié que rencontre a était arbitrée par Si Tahar Djenidi.
Et comme nos amis sont tous mordus pour le foot, ils ont fait le déplacement pour assistés a ce tournoi qui a réuni quatre équipes et pas n’importe quelles équipes à savoir le CRB de Belcourt, USMO d’oran, Itihad de Laghouat et enfin Itihad de Annaba.
Assis de gauche à droite Si Kouider Zegnini Allah Yarehmou, Si Tahar Abdelhakem, Benmoussa Lamine Allah Yarehmou, Regue Kouider et Benbey Abderahmane.
Debout de Gauche à droite Belabes Mohamed, Zenikhri Moussa et Benkhelifa Bachir.
J’espère que ce souvenir vous fera plaisir.
Votre ami DJOUDI HADJ ALI BEN BELKACEM

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 4 Janvier 2014

 

 

Le racing un ancien club de la ville de Laghouat ou beaucoup de jeunes joueurs affutèrent leur première arme et firent leur début avant de poursuivre leurs carrières dans les autres club de la ville ou ailleurs.Pour le plaisir ,nous redecouvrons ici Tahar Chettik rahimahou Allah ,Ali Benix rahimahou Allah,Saouli Med (Angleterre),Bahmeidi et Mohamed (Alger) ,Saouli Bouktab,et bien sur ceux  plus connus par les jeunes d'aujourd'hui.

 

 

 

 

 

img010

 

Debout à gauche:Zaoui Laid,Bey,Mouattah,Bouktab,Benacer,Chaieb Nedjem.

Accroupis:Chettik,Mohamed(douanier),Bahemeidi,Saouli Med,Ali Benix.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 12 Décembre 2013

Hadj_Mustapha_Moulai.JPG

 

 

 

Il était le dirigeant celui qui était respecté par tous, l’ami très proche des sportifs, l’homme des situations difficiles. Le sport à Laghouat perdait avec sa disparition l’un de ses plus grands passionnés mais surtout l’un de ses plus grands serviteurs. Un homme de très grandes valeurs. Il était très important. Le football dans notre ville lui doit beaucoup. Si Mostefa Moulai Allah yarehmou ,le gentleman joueur de la grande équipe du RCL du début des années soixante .Un grand connaisseur du football et de son milieu. L’homme qui n’hésitait pas à prendre sa voiture pour aller voir un match de football dans n’importe quelle ville du pays quand cela valait le déplacement. Un amoureux fou de ce sport qui était une passion chez lui. Il était le serviteur du sport à Laghouat ; reconnu et admiré de tous. Un laghouati de la trempe des grands.Il fut l'un des grands dirigeants de la JSML au tout début l'un de ceux qui ont permis à ce grand club de cette époque d'avancer et de progresser.

C’était un homme particulièrement attachant, à l'intelligence rare, au tempérament chaleureux et généreux, entier et entièrement passionné. Il aimait les idées et il les défendait avec passion et sans jamais la moindre bassesse.

Il aura été l'homme de la situation en ce temps là : il portait avec lui les colères du philosophe et la mélancolie de l’homme d’action. Rien, absolument rien de ce qu'il disait, rien de ce qu'il entreprenait n'était médiocre.

Ses défauts, ses faiblesses, sa  sensibilité abrasive comme  ses emportements n’avaient pas entamé sa popularité aussi circonscrite que durable auprès d’un public jeune et reconnaissan;c'était les beaux jours du sport à Laghouat,le temps ou de grands hommes se mettaient au service du sport par amour,sans aucun intéret personnel. Bon père de famille et bienfaiteur des pauvres,un homme qui ne faisait surtout pas de grand bruit pour servir les autres.

Les anciens sportifs de Laghouat rendent hommage au footballeur et saluent leur frère ,leur ami et surtout l'homme de grande bonté qu'il était.Rahimak Allah Si Mostefa,ina ila Allah rajioun.(H'med B.)

 

1385148 414799571953072 1822259743 n

 

  Si Mostefa Moulai accroupis à l'éxtrème droite(Rahimahou Allah) avec le RCL en 1959-1960.

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 30 Novembre 2013

 

 

ImageResizeHandler (1)

 

 

Tout le monde aime les grandes et belles histoires sur la vie des grands hommes de ce monde qu’ils soient sportifs, artistes, politiciens, entrepreneurs, etc.
On se délecte des "sucess stories" et cela nous motive à notre tour. Leurs échecs et leurs déboires sont cependant moins mises en avant contrairement à leurs succès qui font l’actualité des média. Et parfois, lorsqu’ils deviennent des légendes vivantes, on en oublie presque que ce sont des hommes et femmes tout à fait normaux qui ont connu leurs moments sombres.
A Michael Jordan, il avait été dit qu’il ne serait jamais un joueur pro car malingre. Lionel messi souffrait d’une maladie hormonale et avait seulement 1,11 mètre à l’âge de 10 ans. Eto’o Fils, à 14 ans avait été rapatrié de France car sans papiers et avait dû rejoindre un club de formation au Cameroun d’où il a été repéré quelques mois plus tard par des recruteurs. Mais, ces 3 essais en France sont échec. Retour au Cameroun avant une autre tentative 1 an plus tard, cette fois sera la bonne.
Je vous laisse aller à la découverte de la vie d’Oprah, de Steve jobs, de Mandela, etc et de vous attarder sur leurs moments sombres, leurs échecs et ratés.

Toutes ces personnes avaient mille raisons  d’abandonner mais sans doute une seule raison de réussir, celle d’avoir une histoire à raconter. Une histoire n’est belle et captivante que lorsqu’elle contient du suspense, de la peine, de la joie, de la peur, des jours sombres, des jours ensoleillés.
S’engager à avoir une histoire à raconter, c’est accepter d’affronter les revers de la vie et à nous relever après chaque chute! Panser chaque blessure et retourner au combat. Chaque cicatrice racontera une bataille. Chaque échec sera l’engrais du prochain succès.
Une belle histoire ne s’écrit pas uniquement à l’eau de rose. Elle s’écrit aussi de larmes et de sueur. Elle nous élève et nous révèle nos richesses intérieures. Elle nous forme et nous transforme.
Nous avons tous une histoire à raconter et une belle d’ailleurs. Mais combien sont-ils prêts à en payer le prix? Le prix des choix difficiles, des changements de trajectoire, des risques à prendre, du recommencement à zéro ?
Notre histoire est écrite par nos actions, notre engagement à réaliser nos rêves, notre ambition à laisser des traces, notre volonté d’accomplir de grandes choses…
La bonne nouvelle est que nous avons tous une histoire à raconter de toute façon mais nous devons choisir de raconter une belle histoire, la plus belle possible.

Adama GOROU
Coach Formateur en Leadership et Développement Personne

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2013

Posté par Ahmed Chatta Belmécheri.

 

 

 

 

1385148 414799571953072 1822259743 n

 

Les joueurs debout de gauche à droite :Boucherit(rahimahou Allah),Akkaka,?,Hadef Bachir,Kouidri Attallah.

Accroupis:Cheraier Kaddour,Zegnini Mabrouk,Bey,Hadef Madani,Moulai.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0