Fragrances et tendances

Publié le 18 Novembre 2016

Fragrances et tendances

Par Aek Zighem de sa page facebook.

«Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants, 
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies. 
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,
Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.»

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

A l’inverse, il en est aussi, serions-nous tentés de dire, ceux enivrants comme des vinasses, entêtants comme les mauvaises émanations, synthétiques comme de sournoises alliances.

Et encore d’autres, plus ou moins ceci ou cela.

Le domaine du parfum est tellement vaste et varié qu’il reste ouvert à toutes les manipulations alchimiques possibles et imaginables. Et qui prétendrait qu’il requiert forcement un savoir faire et une maîtrise étendue du pedigree de chaque ingrédient, ainsi que la préparation des mélanges, déchantera vite en constatant qu’en Algérie, une majorité de jeunes gens s’adonne sans complexe et de façon quasi magistrale à cet art qu’est la fusion des goûts et des couleurs.

Outre cela, être «nez» chez un grand nom des parfums ne semble décourager ni rebuter quiconque parmi ces pionniers nationaux des senteurs, et qu’importe que celles-ci soient aigres et poivrées, aromatiques et exotiques ou, légères et printanières !

Depuis un certain temps déjà, l’on voit pousser comme des champignons des boutiques de parfums en tout genre. Et que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas seulement de boutiques effectuant de simples opérations d’achat et de revente, comme celles qui ont pignon sur rue ; mais, bien plus que cela !

Celles dont il est question font office de véritables laboratoires. Pourtant, elles ne sont pas aménagées pour ce faire. Et pour preuve, les « essais » à la carte n’ont pour seul support qu’un comptoir sans relief et de peu de valeur. Les préparations sont concoctées sur place, selon la commande et quelle que soit la marque souhaitée par le client ou la cliente, surtout !

On peut en avoir pour tous les goûts, même les plus raffinés. Pour les femmes, cela va de Miracle so Magic, Hypnose (Lancôme), Amor Amor, Anaïs Anaïs, Noa (de Cacharel), Dune, J’adore, Poison (Christian Dior) à Opium, Cinéma, Paris et même Elle, récente création de Yves St Laurent, en passant par Nina, Love in Paris (Nina Ricci), etc. Les hommes ne sont pas en reste et autant que la gent féminine, ils ont l’embarras du choix entre Francisco Smalto, Givenchy, Hugo Boss, Azzaro et YSL…

Eh oui, aussi surprenant que cela puisse paraître !

La question qui vient immédiatement à l’esprit porte sur le degré d’imitation de ces parfums. Le faiseur de ces mixtures, en l’occurrence le propriétaire, en dépit du regard scrutateur des passants, adopte sans complexe un profil serein comme ne doutant guère qu’entre le parfum d’origine et le sien il y a une différence énorme (devinez !) ; ce dernier, ayant le sens de la répartie, avance systématiquement qu’il est un démembrement d’un quelconque groupe industriel étranger et pour cause. Il est fourni en extraits de parfums par toutes les grandes marques étrangères.

Ils font donc toutes sortes de parfums à partir des trois éléments indispensables, à savoir l’extrait de parfum, un alcool spécifique fourni par la soi-disant enseigne, et le fixateur. Le reste, jalousement bien gardé quelque part soit, les ajouts d’extraits de fleurs, les zestes de fruits et les encens selon le goût du client, relève des indications « reçues » de la dite enseigne.

Pour la petite histoire, avant de «s’occidentaliser», ces parfumeurs commercialisaient déjà des extrait de parfums (outour charqia) importés d’Extrême-Orient : Douaa ljana, Sultane l’outour, Oud Chikha qui sert à embaumer la Kaâba, Itr Moudhila dont le chanteur charqi Mohamed Abdou faisait la réclame sur une chaîne de télévision arabe, et bon nombre d’autres variétés d’encens. Cela va du bâtonnet à l’extrait fort en liquide et en pâte comme celui le plus cher au monde, Oud Koumboudi que les « Khalijiine », les ressortissants du Golfe arabique, utilisent comme parfum pour séduire les femmes !

A juste titre d’ailleurs car, c’est un parfum pénétrant comme un aveu d’amour.

Fragrances et tendances

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Leçons de vie.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article