Publié le 17 Décembre 2013

Par 
Tahar Didi (facebook)

احياء المناسبة من طرف جمعية شباب الاغواط بالتنسيق مع قسم اللغة والادب العربي بجامعة الاغواط يومي 17 و 18 ديسمبر 2013 بتنظيم ملتقى حول اهمية

المصطلح في اللغة

1501357 181513175383255 1283026007 o
1519865 181513112049928 830900405 o

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 17 Décembre 2013

 

 

 

 

 

 

Bien souvent, nous avons plus d’atouts que nous ne le croyons.
Le plus important n’est pas tant d’essayer de s’améliorer, mais plutôt de tirer le meilleur de ce qu’on est déjà.L'histoire suivante en est une parfaite illustration bonne lecture à vous chers amis.

 

 

 images-copie-3.jpg

 

 

Un porteur d’eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d’une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules.

L’une des jarres avait un éclat, et, alors que l’autre jarre conservait parfaitement toute son eau de source jusqu’à la maison du maître, l’autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route.

Cela dura 2 ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d’eau ne livrait qu’une jarre et demi d’eau à chacun de ses voyages.

Bien sûr, la jarre parfaite était fière d’elle, puisqu’elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille.

Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu’elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable.

Au bout de 2 ans de ce qu’elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s’adressa au porteur d’eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.

« Je me sens coupable, et je te prie de m’excuser. »

« Pourquoi ? » demanda le porteur d’eau. « De quoi as-tu honte ? »

« Je n’ai réussi qu’à porter la moitié de ma cargaison d’eau à notre maître, pendant ces 2 ans, à cause de cet éclat qui fait fuir l’eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et, à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l’eau. Tu n’obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts », lui dit la jarre abîmée.

Le porteur d’eau fut touché par cette confession, et, plein de compassion, répondit:
« Pendant que nous retournons à la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs magnifiques qu’il y a au bord du chemin ».

Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit du baume au cœur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu’elle avait encore perdu la moitié de son eau.

Le porteur d’eau dit à la jarre:
« T’es-tu rendu compte qu’il n’y avait de belles fleurs que de TON côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite? C’est parce que j’ai toujours su que tu perdais de l’eau, et j’en ai tiré parti. J’ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et, chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin. Pendant 2 ans, j’ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais je n’aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses. »

F204787N1 150053 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 16 Décembre 2013

بقلم حفيده جمال الدين مشتح رحمهالله

 

 

 

 

 

img007

 

img003

img004.jpg img006

img005

 

Nos remerciements les plus sincéres à M.Lakhdar Mechattah pour nous avoir offert ces documents sur feu son pére Allah yarehmou et surtout de nous avoir permis de les diffuser.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2013

 

Posté Par:Ahmed Chatta Ahmed Belmecheri

 

 

 

600649_562904373801434_1878905902_n.jpg

 

 

 

 

homage a mon pere HADJ MOHAMED BELMECHERI CHENIGUEL qui nous a quitté le 16 decembre 1996 ;je vous raconte pas comme c'est dur de perdre une personne qu'on a tant aimé .Sa voix, je l'entends encore en douce mélodie Ce que je veux lui dire, de mon cœur je le crie c'est que Je t'aime papa, j’aurais dû mieux te le dire avant.IL m’a donné la meilleure éducation dirigée vers le chemin de ses convictions 
il a aussi tracé la route de ma profession .Dans mes tracas il fut  la grande consolation.En m’aidant, me soutenant sans modération. Si il était là, je lui dirais ma tristesse Je lui parlerais, il calmerait ma détresse J’irais vers lui et me blottirait dans ses bras. Je pense chaque moment à lui , l'oublier m'est impossible mais le revoir est aussi impossible .L'amour est une arme que même la mort ne peut  nous enlever, on te l'a promit qu'un jour on se relèverait, car on le sait bien une étoile est née et vit pour l'éternité.Mais ce que je lui demande maintenant c'est ::Protège-moi papa de là haut, je t’en prie .Mais que dire que je n'ai déjà dit sur toi ? Sans doute faut-il passer à autre chose. Mais j'aime bien l'idée de continuer à te parler ici, de temps en temps, en fonction de l'humeur du temps. Je suis sûr que ça m'a fait beaucoup de bien.Donne-moi la force, le courage, je t’en supplie ! L'unique chose que je peux faire pour lui est de prier Dieu pour lui accorder Son Infinie Miséricorde et t'accueillir dans Son Eternel Paradis. Je ne peux plus dire... papa Tu n'es plus dans mon présent Je parle de toi au passé dorénavant Pourtant pourtant je sais ce que tu m'as transmis Ce flambeau que tu m'as confié et remis Je le porte en moi comme un étendart flamboyant il coule dans mes veines sans fard Je suis ton fils (*) je ne peux rester bavard Je te relève en moi plus fort que la mort .Je marche sur cette route, jusqu au nouvel aurore .Nous nous sommes réunis pour te dire au revoir…pour te dire une dernière fois à quel point on t’aime…à quel point ta présence a embelli notre vie. 

On ne choisit pas ses parents…et pourtant si nous avions eu à choisir, nous n’aurions pas pu trouver mieux que le père que tu as été. Un père c’est celui sur qui l’on peut compter, dans les bons et les mauvais jours et c’est celui que tu as été. Tu as été un père merveilleux qui a su nous pardonner nos faiblesses et nous donner tout l’amour qu’il possédait. 
L’amour à mes yeux, se résume en trois mots « prendre soin de » car de ce qu’on aime, on  en prend soin; de ma mere ,elle qui a partagé ta vie et qui t’a tant cherché dans l’oubli de sa mémoire qui a marqué ses dernières années. 
Du plus loin de nos souvenirs, tes grandes qualités ont marquées nos vies. Nous allons garder à tout jamais dans nos cœurs l’image de l’homme généreux, serviable, habile bricoleur que tu as été. L’image d’un homme travaillant qui n’arrêtait jamais, et c’est l’exemple que nous avons suivi. Tu es celui qui aimait la vie, la compagnie et l’abondance. Que Dieu te bénisse. Allah yaramak ya hadj

 

 

 

Très émouvant  Ahmed Je ne change rien à ton bel hommage, Hadj CHENAIGUEL était un homme généreux et d'une grande bonté .Allah yerhemou!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

 

 

 

sidiabdelkader

 

 

 

 

Supposons qu’une banque dépose dans votre compte, chaque matin, un montant de 86,400$. Elle ne garderait aucun solde d’une journée à l’autre. Chaque soir, on effacerait tout ce que vous n’auriez pas utilisé durant le jour.

Que feriez-vous?

Retirer jusqu’au dernier sou, bien sûr!!!!

Chacun de nous a une telle banque. Son nom est le TEMPS.

Chaque matin, on dépose à votre compte, 86,400 secondes.

Chaque soir, on efface tout ce que vous n’avez pas

utilisé pour accomplir ce qu’il y a de mieux.

Il ne reste rien au compte. Vous ne pouvez pas aller dans le rouge.

Chaque jour, un nouveau dépôt est fait. Chaque soir, le solde est éliminé.

Si vous n’utilisez pas tout le dépôt de la journée, vous perdez ce qui reste. Rien ne sera remboursé. On ne peut pas emprunter sur « demain ».

Vous devez vivre le présent avec le dépôt d’aujourd’hui.

Investissez-le de façon à obtenir le maximum en santé, bonheur et succès!

L’horloge avance. Faites le maximum aujourd’hui.

Pour réaliser la valeur d’UNE ANNÉE,

demandez à un étudiant qui a doublé son année.

Pour prendre conscience de la valeur d’UN MOIS,

demandez à une mère qui a accouché prématurément.

Pour connaître la valeur d’UNE SEMAINE,

demandez à l’éditeur d’un hebdomadaire.

Pour connaître la valeur d’UNE HEURE,

demandez aux nouveaux mariés qui attendent de se retrouver pour la première fois.

Pour comprendre la valeur d’UNE MINUTE,

demandez à une personne qui a manqué son train.

Pour réaliser la valeur d’UNE SECONDE,

demandez qui vient juste d’éviter un accident.

Pour comprendre la valeur d’UNE MILLISECONDE,

demandez à celui ou celle qui a gagné une médaille d’argent aux Olympiques.

Apprécions chaque moment que nous avons! Et apprécions-le plus quand nous le partageons avec quelqu’un de spécial, assez spécial pour avoir besoin de votre temps. Et rappelons-nous que le temps n’attend après personne.

HIER fait partie de l’histoire.

DEMAIN demeure un mystère.

AUJOURD’HUI est un cadeau.

C’est pour ça qu’on dit que c’est le PRÉSENT !!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2013

De Ahmed Chatta Belmecheri.1462939_675934995784519_628428233_n.jpg

 

 

941512 675938142450871 1024766442 n (1)

 

 

يوم جمعة13/12/2013 انطلقت مجموعة ناس الخير الاغواط متجهتا الى سكان انفوس و ترقلل و تعتبر ابرد منطقة فى جهتنا لتوزيع الالبسة و الاغطية و المواد الغذائية على فقراء منطقة .يسرنا ان تقول لكم ايها المتبرعون لقد وصلنا الامانة و الحمد لله و شكرا على ثقتكم بنا .شكرا مرتا ثانية لكم كما نشكر جنود الخفاء على امتداد أمتنا الإسلامية العظيمة...أولئكَ الذين  يعملون،ويضحون في صمت 

السندان..ويقدمون للأمة الغالي والرخيص بعيداً عن الأضواء....فأرادوا أن ينقربوا إلى الله في أخراهم،لأنهم لم يعملوا إلا له سبحانه وتعالى

و شكراً لإخوتي وأخواتي مجوعات ناس الخير الذين متعونا بمشاركة في هذا الحدث

 

 

 

1507670_675933025784716_1621441832_n.jpg

 

 

1471186 675936969117655 87545400 n

 

 

544084 675936272451058 837378696 n

 

 

960251 675938269117525 1246262107 n

 

 

1461242_675937312450954_1689337934_n.jpg

 

 

1479372 675937285784290 1809618836 n-copie-1

 

Bravo à tous ces jeunes bénévoles qui ont bravé le froid et le long trajet pour porter les dons de leur association humanitaire à ceux qui ont en le plus besoin dans les villages isolés  en cet hiver très rude..Que Dieu vous assiste et vous garde;Hafidakoum Allah!!!

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2013

 

 

 

 

 

Takhi-Hadj-Tayeb.JPG

 

 

 

 

IL était avec ses 4 enfants en train de discuter des choses de la vie et  sans les avertir et sans leurs donner le moindre soupçon, le croyont endormi  ils finiront  de constater qu’il était déjà parti pour un autre monde meilleur et pour toujours.

C’était l’oncle maternel de ma mère et le plus respecté des Takhi. Né en 1924 à Laghouat, il est resté comme il est, pieux, modeste, gentil, respectable, humble et simple comme je l’ai connu chez nous à El Kabou ou souvent  il rend visite à sa cousine ma grande mère, il est resté le même, rien n’a changé en lui pas même  son humour et son sourire toujours le même Allah Yarehmou.

SI HADJ TAYEB TAKHI - AL WAKAF de Sidi Yanes  et l’un des premiers à avoir créer une Ecole Coranique à Laghouat avec son cousin Hadj  laalaoui takhi . SI HADJ TAYEB TAKHI est réellement parti pour rejoindre ses frères SI BRAHIM, SI ABDALLAH, il est parti l’amoureux de la nature, celui qui a entretenu nos jardins, nos maisons avec de la chaux, maçonnerie à l’occasion bref ! L’homme exemplaire à tout faire d’abord pour son plaisir parce qu’il aimait travailler et pour le nôtre, nous les enfants qui ne le lâchaient pas d’une semelle,  partout où il va dans le jardin, dans la maison de ses cousins les Takhi.

Oui ! Il est parti  SI HADJ TAYEB TAKHI laissant derrière lui un vide  qui ne  sera jamais comblé.

Laghouat et les Laghouatis et en particulier toutes les familles d' AL KABOU, DALAA, SIDI YANES son triste; petits, grands, vieux, hommes, femmes . Ils sont en deuil  pour cette perte cruelle et brutale pour l’être si cher que vous étiez et combien aimé. Elle nous chagrinent certes cette perte, mais que peut on faire si c’est la volonté du tout Puissant.                                           

La mort de notre cher SI HADJ TAYEB TAKHI nous afflige profondément et tous ceux qui l’ont connu vivant  ressentent le même sentiment.

Nous n’imaginons pas Zgag Sidi Yanes  sans SI HADJ TAYEB TAKHI  mais nous demandons au seigneur de nous  aider à surmonter cette pénible disparition.  Il restera toujours vivant dans nos cœurs.                    

En cette pénible et douloureuse circonstance je présente à toute sa famille, mes condoléances les plus sincères, Puisse dieu aider tous ses proches à surmonter cette dure et pénible  épreuve en particulier son épouse, ses enfants  DJELLOUL – NOUREDDINE et ABDELHAMID.

 

Repose en paix cher  oncle, que Dieu te bénisse et que le tout puissant t’accorde Sa Miséricorde et t’accueille dans son Eternel Paradis.

 

( INA LILLAH OUA INA ILAHI RADJIOUN).

 

HADJ ALI DJOUDI BEN BELKACEM

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2013

 

Dédié à tous mes amis qui ont tendance à le perdre ces derniers temps.

 

 

DSC00311

 

 

 

 

 

    Un sourire ne coûte rien,

mais il rapporte beaucoup.

il enrichit celui qui le reçoit

sans appauvrir celui qui le donne.

Il suffit d’un moment

pour esquisser un sourire,

mais son souvenir est parfois

inoubliable.

Nul n’est si riche ou si puissant

qu’il puisse s’en passer

et nul n’est si pauvre

qu’il ne puisse s’enrichir

en le donnant.

Un sourire crée

le bonheur au foyer,

encourage

la bienveillance en affaires

et scelle l’amitié.

Il apporte le repos

à ceux qui sont fatigués,

la joie à ceux qui sont découragés,

le soleil à ceux qui sont tristes.

C’est le meilleur antidote de la nature

contre les tracas de la vie.

On ne peut l’acheter,

l’emprunter ou le voler,

car il n’a de valeur

que lorsqu’il est donné.

Si vous rencontrez quelqu’un

qui ne vous donne pas le sourire

que vous méritez,

soyez généreux, offrez-lui le vôtre.

Car personne n’a autant besoin d’un sourire

que celui qui ne peut en accorder aux autres…

Frank Irving Fletcher

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 12 Décembre 2013

Hadj_Mustapha_Moulai.JPG

 

 

 

Il était le dirigeant celui qui était respecté par tous, l’ami très proche des sportifs, l’homme des situations difficiles. Le sport à Laghouat perdait avec sa disparition l’un de ses plus grands passionnés mais surtout l’un de ses plus grands serviteurs. Un homme de très grandes valeurs. Il était très important. Le football dans notre ville lui doit beaucoup. Si Mostefa Moulai Allah yarehmou ,le gentleman joueur de la grande équipe du RCL du début des années soixante .Un grand connaisseur du football et de son milieu. L’homme qui n’hésitait pas à prendre sa voiture pour aller voir un match de football dans n’importe quelle ville du pays quand cela valait le déplacement. Un amoureux fou de ce sport qui était une passion chez lui. Il était le serviteur du sport à Laghouat ; reconnu et admiré de tous. Un laghouati de la trempe des grands.Il fut l'un des grands dirigeants de la JSML au tout début l'un de ceux qui ont permis à ce grand club de cette époque d'avancer et de progresser.

C’était un homme particulièrement attachant, à l'intelligence rare, au tempérament chaleureux et généreux, entier et entièrement passionné. Il aimait les idées et il les défendait avec passion et sans jamais la moindre bassesse.

Il aura été l'homme de la situation en ce temps là : il portait avec lui les colères du philosophe et la mélancolie de l’homme d’action. Rien, absolument rien de ce qu'il disait, rien de ce qu'il entreprenait n'était médiocre.

Ses défauts, ses faiblesses, sa  sensibilité abrasive comme  ses emportements n’avaient pas entamé sa popularité aussi circonscrite que durable auprès d’un public jeune et reconnaissan;c'était les beaux jours du sport à Laghouat,le temps ou de grands hommes se mettaient au service du sport par amour,sans aucun intéret personnel. Bon père de famille et bienfaiteur des pauvres,un homme qui ne faisait surtout pas de grand bruit pour servir les autres.

Les anciens sportifs de Laghouat rendent hommage au footballeur et saluent leur frère ,leur ami et surtout l'homme de grande bonté qu'il était.Rahimak Allah Si Mostefa,ina ila Allah rajioun.(H'med B.)

 

1385148 414799571953072 1822259743 n

 

  Si Mostefa Moulai accroupis à l'éxtrème droite(Rahimahou Allah) avec le RCL en 1959-1960.

 

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 4 Décembre 2013

De Ramus Hamel(facebook).

 

 

 

 

Officier d’Afrique non moins typi­que que Saint-Arnaud, ce colo­nel Pein, issu du rang qui resta vingt-trois ans en Algérie (de 1840 à 1863), et qui occupa les loi­sirs de sa retraite à com­po­ser un petit ouvrage sur l’Afrique. A la dif­fé­rence de Saint-Arnaud, ce fut sur­tout dans le Sud qu’il eut à opérer.
Voici com­ment il décrit la prise de Laghouat, à laquelle il assista (2 décem­bre 1852.)
« Le carnage fut affreux ; les habitations, les tentes des étrangers dressées sur les places, les rues, les cours furent jonchées de cadavres. Une statistique faite à tête reposée et d’après les meilleurs renseignements, après la prise, constate le chifokfre de 2 300 hommes, femmes ou enfants tués ; mais le chiffre de blessés fut insignifiant, cela se conçoit. Les soldats, furieux d’être canardés par une lucarne, une porte entrebâillée, un trou de la terrasse, se ruaient dans l’intérieur et y lardaient impitoyablement tout ce qui s’y trouvait ; vous comprenez que, dans le désordre, souvent dans l’ombre, ils ne s’attardaient pas à établir de distinction d’âge ni de sexe : ils frappaient partout et sans crier gare ! »
C’est tellement l’habitude de massacrer femmes et enfants qu’une fois que le colonel Pein ne put le faire, il éprouva le besoin de s’en excuser dans une lettre

Certains géné­raux cepen­dant pré­fé­raient qu’on ne mas­sa­cre pas les femmes, mais qu’on s’en empare... et qu’on les ven­dent. Telle était la méthode pré­fé­rée de Lamoricière. Dans les let­tres qu’il écrivait à sa famille, l’un des subor­don­nés de Lamoricière, le colo­nel de Montagnac, décrit ainsi le sys­tème

Pour la Mémoire en ce 4 Décembre La vente des femmes et le massacre des enfants Officier d’Afrique non moins typi­que que Saint-Arnaud, ce colo­nel Pein, issu du rang qui resta vingt-trois ans en Algérie (de 1840 à 1863), et qui occupa les loi­sirs de sa retraite à com­po­ser un petit ouvrage sur l’Afrique. A la dif­fé­rence de Saint-Arnaud, ce fut sur­tout dans le Sud qu’il eut à opérer. Voici com­ment il décrit la prise de Laghouat, à laquelle il assista (2 décem­bre 1852.) « Le carnage fut affreux ; les habitations, les tentes des étrangers dressées sur les places, les rues, les cours furent jonchées de cadavres. Une statistique faite à tête reposée et d’après les meilleurs renseignements, après la prise, constate le chifokfre de 2 300 hommes, femmes ou enfants tués ; mais le chiffre de blessés fut insignifiant, cela se conçoit. Les soldats, furieux d’être canardés par une lucarne, une porte entrebâillée, un trou de la terrasse, se ruaient dans l’intérieur et y lardaient impitoyablement tout ce qui s’y trouvait ; vous comprenez que, dans le désordre, souvent dans l’ombre, ils ne s’attardaient pas à établir de distinction d’âge ni de sexe : ils frappaient partout et sans crier gare ! » C’est tellement l’habitude de massacrer femmes et enfants qu’une fois que le colonel Pein ne put le faire, il éprouva le besoin de s’en excuser dans une lettre Certains géné­raux cepen­dant pré­fé­raient qu’on ne mas­sa­cre pas les femmes, mais qu’on s’en empare... et qu’on les ven­dent. Telle était la méthode pré­fé­rée de Lamoricière. Dans les let­tres qu’il écrivait à sa famille, l’un des subor­don­nés de Lamoricière, le colo­nel de Montagnac, décrit ainsi le sys­tème

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0