Publié le 11 Mars 2015

Hilal Club de Laghouat (HCL) .

Hilal Club de Laghouat (HCL) .

Bonjour, cher ami
et ce petit article de contribution à ton blog qui permet de connaitre hier et aujourd'hui notre Laghouat sportive.
Salutations toutes amicales et sportives à tous d'un des leurs extra-muros mais au cœur toujours présent en la plus belle ville du monde et ses lagh
ouatis


Hilal Club de Laghouat (HCL)



En 1949 fut crée HILAL CLUB de LAGHOUAT à l'initiative entre autres de MM. Bensalem mohamed, Rahmani Abderrahmane, Dhina Mohamed, adhérents de l'UDMA (Union Démocratique du Manifeste Algérien), parti de Ferhat Abbas. Ses couleurs étaient le vert, le blanc et le rouge, celles de notre futur emblème national. Les autorités de l'époque ne permirent pas à ce club sa domiciliation à Laghouat et les dirigeants furent contraints d'accepter de recevoir à....Boghari privant la population locale de supporter son équipe.

Laghouat faisait partie des territoires du sud sous administration spéciale et chacun de nous se rappelle de l'Administrateur HIRTZ au comportement néfaste.

Une année, le Hilal se qualifia pour la finale des territoires du sud, l'autre qualifié étant celle de la légion étrangère de Laghouat. Pour priver le Hilal du soutien de la population laghouatie, il fut décidé que cette finale se déroule à Ghardaïa, à 200 km plus au sud.

Dans l'esprit de chacun, c'était un match de l'Algérie contre la France: vert, blanc, rouge contre bleu, blanc, rouge ! Au lever des couleurs précédant le match, notre équipe fit semblant de s'échauffer afin de ne pas saluer le drapeau français, ce qui alourdit encore plus l'atmosphère.

Et la rencontre s'engagea avec la présence de la clique de la légion étrangère qui, à chaque but marqué par son équipe, jouait "Tiens, tiens, voilà du boudin..." ce qui nous enrageait, nous faisait perdre nos moyens en nous mettant hors de nous! Et, comble de malchance, notre défense marqua 3 buts contre elle-même! C'était un jour sans... Score final, Légion Etrangère: 5 Hilal Club: 3. Ceux d'entre nous, encore en vie, s'en rappelent, n'est-ce pas RAYANE Brahim et Mohamed, ZAABATA Tayeb, EL HOUITI Bachir, BENGUEYOUM, KOUIDRI, les frères BENSMAIN, Tahar. Même ceux qui sont dans l'au-delà, les regrettés Benatallah "tu l'as!", Khmaila, Ahmed Lilah, Kaddour Mekhanet, Kouici, Ziane doivent se retourner dans leurs tombes à l'évocation de cette déroute...
Parmi nos supporters (était-il en même temps dirigeant?), il faut citer celui dont je ne connais que le prénom, Si Hamza, toujours habillé à la laghouatie et sa canne à la main, peut-être pour nous défendre en cas de nécessité.
En son souvenir et celui du HCL, j'ai prénommé mon premier petit-fils HAMZA et j'aurais tant voulu le faire savoir à ses enfants...
_______________________________
__
Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas

-- envoyé par Mohamed HEBBOUL

"Merci à vous Si Mohamed, c’est un honneur pour moi de recevoir une contribution au blog de la part de l'un des meilleurs fils de la ville et de l'un de ses plus illustres footballeurs sur l'une des périodes phare du football local et national;le Hillel el Aghouati .Merci encore,tous nos amis apprécieront .Dieu vous garde,Hafidak Allah vous et votre famille."(H'med B.)

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 1

Publié le 10 Mars 2015

Un endroit chargé d'histoire,un lieu magique et des souvenirs ,plein de souvenirs qui resurgissent par la simple vue d'une photo,un simple instantané pris au début des années soixante .Il immortalise des années de bonheur d'une bande de copains exceptionnels ;les gars de Rahbet Sidi cheikh .Malgré tous les problèmes de cette époque de feu et la vie difficile de tous les habitants ;les enfants et les adolescents qui y vivaient transformèrent ce lieu en un endroit des plus conviviaux de la ville.Des jeunes qui avaient su s'organiser ensemble pour se prendre en charge et y vivre leur amitié unique et leur passion du sport et de la culture .Leur créativité était un exemple.Certains d'entre eux étaient même en avance sur leur age;des liseurs de livres ,des dessinateurs,des sportifs avec en prime la réussite scolaire et l'admiration des enseignants.Je ne citerai pas de noms ,beaucoup d'entre eux étaient mes amis.Parmi eux beaucoup firent les beaux jours des clubs sportifs locaux et même nationaux en foot,volley,Handball etc.D'autres occupèrent des postes de grandes responsabilités du pays plus tard.

C'était le temps du contentement et du partage,le temps des vraies valeurs .....

Les jeunes de Rahbet Sidi Cheikh des années 60.Debout .Benyounes(rahimahou Allah) et Hocine Dada,Attallah Chettik,?,Chaieb Bougrine,Assis ;Dahmane Gafsi,Ziguem Aek,Mechikel,?.

Les jeunes de Rahbet Sidi Cheikh des années 60.Debout .Benyounes(rahimahou Allah) et Hocine Dada,Attallah Chettik,?,Chaieb Bougrine,Assis ;Dahmane Gafsi,Ziguem Aek,Mechikel,?.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 1

Publié le 8 Mars 2015

Posté par mon ami Aziz F.que je remercie beaucoup au nom de tous nos amis.

"A ceux qui ne connaissent pas l' histoire du football de Laghouat des années 1970 - 1980 . Des joueurs de très grands talents : de gauche a droite
Messaoud Rouane, Kada Bouzalekh,
Benahmed Moulai, Aissa " Dhib ", Nourredine Bensmain "khamassi" .
Je laisse à mon ami Ahmed Boukhalkhal le soin de mettre des qualificatifs justes à ces très grands messieurs du football de Laghouat,
il est plus doué que moi pour mettre l
es mots qu' il faut ."(Aziz F.)

"Merci mon vieil ami pour tant de considération pour ma modeste personne ,mais tu viens de présenter de la meilleure façon qui soit ces footballeurs illustres d'une autre époque qu'on a eu la chance de côtoyer ensemble et dont nous gardons le meilleur des souvenirs. Ceux qui nous ont quitté rahimahoum Allah et ceux à qui nous souhaitons longue vie inchallah!.De grands messieurs avec en plus le talent qu'ils mettent au service de l'équipe .C'était un autre temps et d'autres mœurs.C'était les jours heureux du sport en général et du foot en particulier dans notre cité si fière de son passé.Un bel exemple aujourd'hui!Allah ijib al kheir inchallah!

C'était le temps du beau jeu avec les résultats en prime.
C'était le temps du beau jeu avec les résultats en prime.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 8 Mars 2015

Article du journal Liberté sur la disparition de Hadj Maamar Belahbib.

L’enfant scout d’El-Qabou nous quitte .par Bouhmam Arezki

Laghouat est en deuil. Elle se souviendra toujours d'un homme qui lui a tant donné. Un homme qui a préféré rester scout tout au long de sa vie. Un homme qui a été toujours disponible pour les scouts, toujours réconfortant pour les pauvres et les malheureux, toujours gentil avec les grands et les petits, un homme nommé Hadj Maâmar Benlehbib, un chef qui fait partie de l'histoire du scoutisme musulman algérien de Laghouat.
Cet homme, très estimé, a vu le jour en 1960 à Laghouat dans une de ces modestes familles conservatrices, où l'homme drapé dans une dignité ancestrale a su se façonner en dépit de la rigueur du climat et de l'austérité de la nature. Dès sa prime jeunesse, il a rejoint la troupe d’El-Qabou, à Laghouat, où il a participé aux différents camps d'été dans différents endroits en Algérie comme à l’étranger. Le défunt avait, nous dit-on, cette faculté innée de “sentir’’ la pédagogie active du scoutisme et de l'enseigner avec sa manière propre pour faire passer le “message” d'aimer les autres et de se faire aimer. Il a promené parmi ses camarades scouts, pendant de belles et longues années, sa silhouette et son sourire engagé.
Il a su être le chef, l'aîné, le camarade et l'ami. Il a fréquenté l’école coranique à l'instar de ceux de sa génération, avant d’intégrer l’école du centre Habib Chohra. Il débutera sa carrière professionnelle à Sonacome de Laghouat, ensuite à la DNC et enfin dans une coopérative de commercialisation des agrégats pour le secteur du bâtiment, tout en consacrant le reste de sa vie à sa passion qui n’est autre que le scoutisme, et ce, jusqu’à mercredi passé, jour de son décès.
Il a franchi la porte de l’au-delà avec obligeance et sans faire de bruit avec tous les honneurs qui distinguent les grands hommes, après avoir longtemps résisté au mal qui le rongeait.

B. A.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 8 Mars 2015

Un joli souvenir des beaux jours de l'IRBL et du foot à Laghouat,c'était la fin des années 70 et le début des années 80.

Debout de gauche à droite:Nouai,Boumegouas,M'hamed sedira(rahimahou Allah),Hacen,Hamedi,Arabi  B, ?,Oubati,Regue,Rayane.Accroupis:Bouzalekh,Gueffaf,Guelloula,Ahmed Benhaouach(rahimahou Allah ,Allaoui(rahimahou Allah)Chaieb N,Benziane,Souffari,Chouireb.

Debout de gauche à droite:Nouai,Boumegouas,M'hamed sedira(rahimahou Allah),Hacen,Hamedi,Arabi B, ?,Oubati,Regue,Rayane.Accroupis:Bouzalekh,Gueffaf,Guelloula,Ahmed Benhaouach(rahimahou Allah ,Allaoui(rahimahou Allah)Chaieb N,Benziane,Souffari,Chouireb.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 6 Mars 2015

Laghouat sous la neige en Décembre 1960.
Laghouat sous la neige en Décembre 1960.

Laghouat sous la neige en Décembre 1960.

Avenue de la mosquée,La mosquée et la place du marché début du siècle dernier.
Avenue de la mosquée,La mosquée et la place du marché début du siècle dernier.
Avenue de la mosquée,La mosquée et la place du marché début du siècle dernier.

Avenue de la mosquée,La mosquée et la place du marché début du siècle dernier.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 4 Mars 2015

Décès de Hadj Maamar Belahbib.

La nouvelle est tombée brusquement comme un couperet ce matin ;Hadj Maamar nous a quitté. L'homme au grand cœur,l'ami fidèle ,le scout dévoué n'est plus ,il a rejoint son créateur .On le savait malade ,il luttait contre la maladie.Stoïque,avec un courage exemplaire .Il avait la foi,il nous rassurait à chaque rencontre.Il gardait son sourire qui ne le quittait jamais.Malade,il n'avait jamais abandonné ses camarades scouts ,il était là à toutes les occasions,même pour les lointains déplacements;il en était l'un des meilleurs animateurs.Il croyait dure comme fer à sa noble mission de scout ;engagé pour la construction d'un monde meilleur pour son pays et sa ville Laghouat dont il était l'un des gardiens des belles valeurs.Il avait de l'amour pour les autres et on le voyait dans sa conduite avec autrui.Il était un exemple de vitalité et de fidélité. Les scouts ,le monde de la culture et Laghouat perdent l'un de leurs meilleurs enfants.Nous sommes tristes de perdre un fils,un frère et un ami .Ainsi est la vie.Le tout puissant l'a voulu ,telle était sa volonté.Ina lilah wa ina ilayhi rajioun,rahimahou Allah!Notre peine est grande,ma pensée va à toute sa famille et à tous les amis scouts abattus aujourd'hui à la suite de cette terrible perte.Sincères condoléances!

Hadj Maamar rahimahou Allah avec de ses amis lors du dernier déplacement dans le grand sud.
Hadj Maamar rahimahou Allah avec de ses amis lors du dernier déplacement dans le grand sud.

Hadj Maamar rahimahou Allah avec de ses amis lors du dernier déplacement dans le grand sud.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 3 Mars 2015

Le premier rallye de chars à voiles à travers les oasis en 1969 dont le départ fut donné à partir de Laghouat plus exactement à la daia d'essadikia jusqu'à El goléa.On avait 13 ans à cette époque et on y était avec tous les potes lycéens de mon age .( proposé par mon vieil ami Omar Marfoua) à voir absolument.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 3 Mars 2015

Debout gauche droite:Berrabah ,Miloudia (rahimahoum Allah),Gafsi D,Chettik,Miles,Bensemain M.Assis:Zaza,Benbey,M'hamed(rahimahou Allah)Tayeb Kouzane,Oubati.

Debout gauche droite:Berrabah ,Miloudia (rahimahoum Allah),Gafsi D,Chettik,Miles,Bensemain M.Assis:Zaza,Benbey,M'hamed(rahimahou Allah)Tayeb Kouzane,Oubati.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 1 Mars 2015

La maison qu’habitait alors mes parents adoptifs, est située dans une rue étroite et tortueuse de la ville ; appelée Kradich ou rue taga .Cette maison appartient à d’autres aujourd’hui, La rue taga d’autrefois n’était que de grands jardins dont la végétation luxuriante débordait des murs en toub qui servaient de clôture. Je me rappelle si bien tous les visages des habitants qui étaient nos voisins et surtout les belles senteurs du cocktail végétal de cette saison, il me suffisait d’ humer l’air frais de cette ambiance unique faite de lumière d’orée ou même le gazouillement des oiseaux avait une place privilégiée. Les cris derrière moi me réveillèrent de mes songes, j’étais presque dans la ruelle, encore,il fallait tenir .Mes poursuivants s'étaient rapprochés dangereusement,ils étaient à cent mètres moins peut-être,je m’en fichais .Seul importait mon rythme ,j’avais l’impression d’être un coureur de fond. Les cris se rapprochaient : « Arrêtez-le !Il s’est sauvé de la Mahadra ! »Je courais maintenant dans la ruelle,mes pieds nus me portaient vers le salut,les gens surpris me regardaient avec stupeur,ils ne comprenaient pas ce qu’il se passait. Ça y est ,plus que cent mètres ,j’étais arrivé au niveau de la maison Benharrath qui était un centre de surveillance de l’armée coloniale . Des soldats du contingent étaient sur la terrasse et ils avaient vu la scène de cette poursuite impitoyable de loin .,Ils riaient et m’encourageaient en tapant des mains : « MIMOUN !MIMOUN ! ».Il ne me manquait que ceux là,je ne comprenais rien à ce qu’ils disaient,j’arrivais enfin au but. J’étais tout près de chez moi. Je priais du fond de mon être afin de trouver la porte de la maison entrouverte .Enfin, j’y étais, je poussais la porte qui s’entrouvrit au moment ou,ils allaient me mettre la main dessus .je criais de toutes mes forces : « Maaa !Maa !Ils veulent me battre tous ensemble,yethamaou fia ! »Elle arriva comme une lionne pour sauver son petit ,ma chère l’Hadja .Je me laissais tomber par terre ,heureux,soulagé d’être arriver sain et sauf. J’étais la première proie que ces limiers venaient de perdre,un bambin de cinq ans ;la sentence du taleb sera rude pour eux aussi. Ma mère les chassa,tout en leur criant dessus : « Vous n’avez pas honte !Trois grands gaillards contre un petit garçon,attendez !Vous aurez de mes nouvelles auprès de vos parents ! »Et d’un coup sec, elle leur claqua la porte au nez.


Me portant malade ,j’évitais de fréquenter la Mahadra pendant une semaine,mes égratignures guérirent vite. Le vieux qui me servit d’atterrissage n’avait rien aussi,il ne fréquenta plus le bain de la mosquée du schettet habitait par les djinns à jamais.Le gérant du Hammam me pardonna mais ,il m’interdit de m’approcher des lieux lui vivant .Beaucoup plus tard ,j’ai appris qu’un certain Ali Mimoun avait gagné une médaille olympique aux dix mille mètres pour la France aux jeux olympiques de 48.il était d’origine algérienne.


Quelques jours après ,mon père me ramena à la Mahadra,il s’excusa devant moi auprès du taleb qui s’était beaucoup inquiété pour moi après la chute. J’ai embrassé Sidi sur la tête ,il me demanda de rejoindre mes camarades qui me regardaient avec un autre regard maintenant,j’avais forcé leur respect, je n’étais plus le bambin insignifiant,mais une célébrité. Un peu plus tard , j’appris aussi à mes dépends que ,le taleb n’avait pas encore dit son dernier mot après cet affront de ma part……Un tris
te épisode que je vous épargne mes amis et que je préfère garder pour moi.. .(H'med Boukhelkhal)

C'était le temps de la MAHADRA.(Partie 02)

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0