Publié le 16 Mars 2016

L'hommage de Hadj Ali Djoudi à Hadj Tahar Djoubar(rahimahou Allah).

HADJ TAHAR DJAOUBAR BEN AISSA:

HOMMAGE POSTHUME A UN SAGE

ET UN BIENFAITEUR

La mort ! Une fatalité que personne ne peut détourner ni en échapper, elle est aussi une fin de vie qui peut vous faire oublier des êtres chers,

une fois mort. Face à cette destinée, il y’a des personnes qui passent entre les mailles du filet de cette tragédie et malgré leur départ pour un autre monde, ils restent vivants parmi nous avec tout le respect que nous leur avons voués de leurs vivant et parmi eux, je citerai,

HADJ TAHAR DJAOUBAR

HADJ TAHAR DJAOUBAR nous quitte en ce jour sacré du vendredi 11 mars 2016 comme il l’a toujours souhaité.

Le deuil nous frappe encore une fois à Laghouat, cette ville indulgente et bienveillante qui perd ses meilleurs enfants l’un après l’autre .Ses habitants vivent cette tragédie avec patience en accepte avec résignation la volonté divine .

Que cette pensée au moins nous fasse nous résigner aux volontés du Seigneur des Mondes. ;Nous devons encore l’adorer quand il nous porte ses plus rudes coups, ce sont de grands avertissements pour nous détacher de ce monde, où nous ne faisons que passer, Nous reverrons celui qui nous fut si cher, car ALLAH laisse cet espoir à l’homme.

HADJ TAHAR DJAOUBAR C’est vrai qu’il est difficile d’admettre qu’un être cher nous quitte pour toujours, mais que pouvons nous faire ,nous ne pouvons que nous incliner devant la volonté divine.

HADJ TAHAR DJAOUBAR avait de la part de ses concitoyens un grand respect et avait , parmi la population, une grande notoriété pour toutes les qualités dont il jouissait, sa patience, sa gentillesse, son intégrité, son dévouement, ses relations humaines et surtout son amour pour cette ville qui l’a vu naitre, grandir et qu’il a choisie pour abriter son corps dans ses entrailles.

HADJ TAHAR DJAOUBAR ta disparition, nous afflige profondément et tous ceux qui connaissaient tes mérites ou qui avaient reçu des preuves de ta bonté et de ton zèle à rendre service te pleurent aujourd’hui.

HADJ TAHAR DJAOUBAR Allah Yarehmou fils d'une famille conservatrice de Laghouat nous quitte à l’âge de 60 ans, né en 1956 à Laghouat.

HADJ TAHAR DJAOUBAR J’étais ton ami, ton camarade de classe, ton confident et cela me suffit et m’honore .Ces titres je ne les oublierai jamais et c’est pour cela aussi que cette perte nous est pénible à moi et à tous ceux qui t’ont côtoyé et qui ont eu la chance de vivre avec toi des moments de joie et de bonheur ,dans des relations de respect et d’amitié, et sans hésitation je dirai tous les Laghouatis,

HADJ TAHAR DJAOUBAR tu as franchi la porte de l’au-delà Avec obligeance et sans faire de bruit, tu nous as surpris mais avec tous les honneurs qui distinguent les grands hommes ; avec piété, patience au mal qui te rongeait et que tu tolérais avec un grand courage, parce que tu croyais pertinemment que c’était ta destinée et avec ta piété tu acceptais la volonté du seigneur des cieux et des terres.

HADJ TAHAR DJAOUBAR je te dirai tout simplement que Laghouat, ta ville que tu as tant aimée, ne sera plus Laghouat sans toi, Snaoubar,Safah, Rahbet Ezaytoun,Schettet,Kabou,Zgag El Hedjaj qui nous ont rassemblés perdront à jamais leur charme sans toi.

HADJ TAHAR DJAOUBAR tu possédais tous les atouts d’un homme exceptionnel, brillant depuis ton jeune âge et particulièrement les mathématiques. Tu étais un génie et ton intelligence dépassait la norme sans oublier tes autres qualités de gentillesse, d’humour, d’humanisme.

Une photo souvenir de la classe de CM1 année 61/62 Ecole du centre à Laghouat.

Je m’excuse d’avance pour les noms ou prénoms que j’ai oubliés.

Oui ! Allah Yarahmek HADJ TAHAR DJAOUBAR Tu nous quittes à jamais en nous privant de ta générosité, de ta bonté, de ton affection, ta gentillesse, ton humour et tes conseils.

A tous les membres de sa famille, Laghouat et les Laghouatis pleurent avec vous Celui que nous venons de perdre HADJ TAHAR DJAOUBAR qui était notre frère, notre ami et si quelque chose peut cependant modérer notre chagrin, c’est le souvenir de ses vertus.

La ville de Laghouat, les Laghouatis sont sous le choc à cause de cette perte brutale qui nous endeuille mais HADJ TAHAR DJAOUBAR restera toujours vivant dans nos cœurs

En t’évoquant mon cher ami et frère HADJ TAHAR DJAOUBAR dans la tristesse et l’émotion, je dirai tout simplement que tu étais connu par tout le monde comme étant le meilleur voisin, le charitable pour les démunis, le généreux pour ses hôtes et ses amis et surtout attentif à tous les problèmes des membres de ta grande famille et ceux de la population de Laghouat et en particulier tes donations en médicaments introuvables pour tous les souffrants de la ville et sans discriminations.

HADJ TAHAR DJAOUBAR Tu étais pour nous un modèle et un exemple à suivre, et malgré ton départ pour toujours tu resteras vivant dans nos cœurs et nos souvenirs toi qui a voué toute ta vie au service des autres.

HADJ TAHAR DJAOUBAR Notre peine est immense et ton décès toi qui nous était très proche, est une vraie douleur au cœur et à l’âme, et avec l’aide du tout puissant nous croyons que ta mort n’est pas une fin de vie mais que ton départ et le début d’une nouvelle vie dans le paradis AL Firdaous al Ala incha ALLAH.

HADJ TAHAR DJAOUBAR je voudrais en premier lieu vous demander de me pardonner pour vous avoir fait revenir parmi nous sans vous avoir demandé d’autorisation, mais j’ai exaucé le vœu comme dans mes habitudes de vous rendre hommage.

Maintenant que c’est fait et Comme à chaque fois dans mes hommages à des personnalités riche ou pauvre intellectuelle ou illettrée, je demande à ce que soit crée une page Hommage par un ami ou un proche afin que son souvenir ne se perde pas .

Deux jours sont passés depuis votre décès, mais pourquoi ne pas vous rendre cet hommage en vous créant une page hommage vivante et moderne sur internet pour garder de vous une belle image dans la mémoire collective de tous les Laghouatis et tous ceux qui vous ont connu afin qu’au travers de leurs témoignages et leurs commentaires, vous puissiez continuer à vivre parmi nous et échapper ainsi à l’épreuve de l’oubli.

Nous qui avons aimé, respecté HADJ TAHAR DJAOUBAR comme il nous a aimés, nous, qui avons eu la chance de le connaitre, de le côtoyer, ayons une pensé pour lui et prions le tout puissant qu’il apaise son âme et de l’accueillir dans son vaste paradis.

HADJ TAHAR DJAOUBAR était honnête, intègre ,serviable et généreux, il était un grand homme à principes et un gardien des valeurs.

En cette douloureuse circonstance ma pensée va directement puis à toute sa famille ainsi qu’à ses et fidèles amis,

Je présente mes condoléances les plus sincères, en particulier à sa compagne et ses enfants, son frère Belkheir et aussi ses neveux ainsi que les familles Djoubar, Benmebarek et tous les Laghouatis,

Repose en paix cher HADJ TAHAR DJAOUBAR la vie ne dure qu’un instant et nous te rejoindrons puisque il faut bien mourir un jour, nous ne t’oublierons jamais que Dieu te bénisse et que le tout puissant t’accorde sa Sainte Miséricorde et t’accueille dans son vaste et Éternel Paradis

HADJ TAHAR DJAOUBAR mon ami et mon frère ! Laghouat et tous les Laghouatis sont tristes de ton départ brutal et te remercient pour tout ce que tu as fait pour eux et déjà tu leur manques.

HADJ TAHAR DJAOUBAR Toutes les expressions de condoléances, les peines partagées, le deuil qui commence, inscrivent à jamais des pensées pour toi en nos cœurs pour que notre souvenir de toi ne meure jamais.

Adieu l’Ami, le Frère… Repose en Paix… Nous t’aimons à jamais

(INA LILLAH OUA INA ILAHI RADJIOUN).

classe de CM1 année 66/68 Ecole du centre à Laghouat. Je m’excuse d’avance pour les noms ou prénoms que j’ai oubliés. Professeur : ROUIGHI ALI ALLAH YAREHMOU 1ere rangée : ROUIGHI MESSAOUD – ZAHIA MADANI – REGUE KOUIDER – DJOUDI HADJ ALI 2eme rangée : SEBAA-ZAABTA YAHIA-OUAR LAMINE-DJABOURABI-BENLEHBIB RACHID- X -BENYAHIA –BENMEBAREK LAKHDAR-KELBIT KAMAL- BABAGAYOU-LAZRI MUSTAPHA-DJOUBAR TAHAR- 3eme rangée : HARRAT BAILICHE-BENADJILA HACHEMI-KAOUKA-BENBRIKA LAMINE-GUETAF LAZHARI- BADER BENATALLAH-BENBAHAZ BACHIR-NEKAA MOHAMED- X- TADJ BACHIR – ZAID AISSA.

classe de CM1 année 66/68 Ecole du centre à Laghouat. Je m’excuse d’avance pour les noms ou prénoms que j’ai oubliés. Professeur : ROUIGHI ALI ALLAH YAREHMOU 1ere rangée : ROUIGHI MESSAOUD – ZAHIA MADANI – REGUE KOUIDER – DJOUDI HADJ ALI 2eme rangée : SEBAA-ZAABTA YAHIA-OUAR LAMINE-DJABOURABI-BENLEHBIB RACHID- X -BENYAHIA –BENMEBAREK LAKHDAR-KELBIT KAMAL- BABAGAYOU-LAZRI MUSTAPHA-DJOUBAR TAHAR- 3eme rangée : HARRAT BAILICHE-BENADJILA HACHEMI-KAOUKA-BENBRIKA LAMINE-GUETAF LAZHARI- BADER BENATALLAH-BENBAHAZ BACHIR-NEKAA MOHAMED- X- TADJ BACHIR – ZAID AISSA.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 15 Mars 2016

On tremblait un jour,de tous nos membres,pour vouloir aller acheter de ces "Romans-Photos",ou ces "Illustrés" ,de chez Bouameur le Libraire.Certes,c’était toute une fébrilité de lire n'importe quoi et n'importe quand;une fièvre,celle là ,plus intense que celle de la maladie...Bouameur,ce vendeur bien distingué,bien achalandé,mieux que tout autre commerçant,nous servait de ses gestes entreprenants;il n'avait qu'à se tourner,à proximité ,vers son rayonnage,pour en tirer de tous ces petits trésors.L'odeur du magasin était de ce parfum expressément culturel,artistique et historique,aussi,puisque le Musée Oriental, s’ouvrait,tout près de nous..Ou que ce soit Madani,ou que ce soit Dine,tous ces deux se nourrissaient de notre avidité de lire..Nous en achetions,de cet argent,à grands sous,ou de toutes ces pièces assez rondes et aussi métalliques,le seul argent qui circulait chez nous ,quand tous les billets se cachaient dans de lointaines et invisibles poches.Nous retournons,à mêmes nos chemins,plus satisfaits qu'en n'aurait donné la vie et dans des coins semi-secrets,nous essayions d'aller au loin dans nos rêves. C’etait,soit le débarras,qui nous servait d'une école clandestine, soit les jardins,aux multiples petites brousses, en tapinois,où là nous lisons,à yeux beaucoup plus voraces,ces histoires de héros réels que nous nous faisions et de là nous sortions,mieux rassasiés,que tous les autres jours,avec cette idée de "héros" dans la cervelle,et ça continuait ...M.Sabeg.
On tremblait un jour,de tous nos membres,pour vouloir aller acheter de ces "Romans-Photos",ou ces "Illustrés" ,de chez Bouameur le Libraire.Certes,c’était toute une fébrilité de lire n'importe quoi et n'importe quand;une fièvre,celle là ,plus intense que celle de la maladie...Bouameur,ce vendeur bien distingué,bien achalandé,mieux que tout autre commerçant,nous servait de ses gestes entreprenants;il n'avait qu'à se tourner,à proximité ,vers son rayonnage,pour en tirer de tous ces petits trésors.L'odeur du magasin était de ce parfum expressément culturel,artistique et historique,aussi,puisque le Musée Oriental, s’ouvrait,tout près de nous..Ou que ce soit Madani,ou que ce soit Dine,tous ces deux se nourrissaient de notre avidité de lire..Nous en achetions,de cet argent,à grands sous,ou de toutes ces pièces assez rondes et aussi métalliques,le seul argent qui circulait chez nous ,quand tous les billets se cachaient dans de lointaines et invisibles poches.Nous retournons,à mêmes nos chemins,plus satisfaits qu'en n'aurait donné la vie et dans des coins semi-secrets,nous essayions d'aller au loin dans nos rêves. C’etait,soit le débarras,qui nous servait d'une école clandestine, soit les jardins,aux multiples petites brousses, en tapinois,où là nous lisons,à yeux beaucoup plus voraces,ces histoires de héros réels que nous nous faisions et de là nous sortions,mieux rassasiés,que tous les autres jours,avec cette idée de "héros" dans la cervelle,et ça continuait ...M.Sabeg.
On tremblait un jour,de tous nos membres,pour vouloir aller acheter de ces "Romans-Photos",ou ces "Illustrés" ,de chez Bouameur le Libraire.Certes,c’était toute une fébrilité de lire n'importe quoi et n'importe quand;une fièvre,celle là ,plus intense que celle de la maladie...Bouameur,ce vendeur bien distingué,bien achalandé,mieux que tout autre commerçant,nous servait de ses gestes entreprenants;il n'avait qu'à se tourner,à proximité ,vers son rayonnage,pour en tirer de tous ces petits trésors.L'odeur du magasin était de ce parfum expressément culturel,artistique et historique,aussi,puisque le Musée Oriental, s’ouvrait,tout près de nous..Ou que ce soit Madani,ou que ce soit Dine,tous ces deux se nourrissaient de notre avidité de lire..Nous en achetions,de cet argent,à grands sous,ou de toutes ces pièces assez rondes et aussi métalliques,le seul argent qui circulait chez nous ,quand tous les billets se cachaient dans de lointaines et invisibles poches.Nous retournons,à mêmes nos chemins,plus satisfaits qu'en n'aurait donné la vie et dans des coins semi-secrets,nous essayions d'aller au loin dans nos rêves. C’etait,soit le débarras,qui nous servait d'une école clandestine, soit les jardins,aux multiples petites brousses, en tapinois,où là nous lisons,à yeux beaucoup plus voraces,ces histoires de héros réels que nous nous faisions et de là nous sortions,mieux rassasiés,que tous les autres jours,avec cette idée de "héros" dans la cervelle,et ça continuait ...M.Sabeg.
On tremblait un jour,de tous nos membres,pour vouloir aller acheter de ces "Romans-Photos",ou ces "Illustrés" ,de chez Bouameur le Libraire.Certes,c’était toute une fébrilité de lire n'importe quoi et n'importe quand;une fièvre,celle là ,plus intense que celle de la maladie...Bouameur,ce vendeur bien distingué,bien achalandé,mieux que tout autre commerçant,nous servait de ses gestes entreprenants;il n'avait qu'à se tourner,à proximité ,vers son rayonnage,pour en tirer de tous ces petits trésors.L'odeur du magasin était de ce parfum expressément culturel,artistique et historique,aussi,puisque le Musée Oriental, s’ouvrait,tout près de nous..Ou que ce soit Madani,ou que ce soit Dine,tous ces deux se nourrissaient de notre avidité de lire..Nous en achetions,de cet argent,à grands sous,ou de toutes ces pièces assez rondes et aussi métalliques,le seul argent qui circulait chez nous ,quand tous les billets se cachaient dans de lointaines et invisibles poches.Nous retournons,à mêmes nos chemins,plus satisfaits qu'en n'aurait donné la vie et dans des coins semi-secrets,nous essayions d'aller au loin dans nos rêves. C’etait,soit le débarras,qui nous servait d'une école clandestine, soit les jardins,aux multiples petites brousses, en tapinois,où là nous lisons,à yeux beaucoup plus voraces,ces histoires de héros réels que nous nous faisions et de là nous sortions,mieux rassasiés,que tous les autres jours,avec cette idée de "héros" dans la cervelle,et ça continuait ...M.Sabeg.
On tremblait un jour,de tous nos membres,pour vouloir aller acheter de ces "Romans-Photos",ou ces "Illustrés" ,de chez Bouameur le Libraire.Certes,c’était toute une fébrilité de lire n'importe quoi et n'importe quand;une fièvre,celle là ,plus intense que celle de la maladie...Bouameur,ce vendeur bien distingué,bien achalandé,mieux que tout autre commerçant,nous servait de ses gestes entreprenants;il n'avait qu'à se tourner,à proximité ,vers son rayonnage,pour en tirer de tous ces petits trésors.L'odeur du magasin était de ce parfum expressément culturel,artistique et historique,aussi,puisque le Musée Oriental, s’ouvrait,tout près de nous..Ou que ce soit Madani,ou que ce soit Dine,tous ces deux se nourrissaient de notre avidité de lire..Nous en achetions,de cet argent,à grands sous,ou de toutes ces pièces assez rondes et aussi métalliques,le seul argent qui circulait chez nous ,quand tous les billets se cachaient dans de lointaines et invisibles poches.Nous retournons,à mêmes nos chemins,plus satisfaits qu'en n'aurait donné la vie et dans des coins semi-secrets,nous essayions d'aller au loin dans nos rêves. C’etait,soit le débarras,qui nous servait d'une école clandestine, soit les jardins,aux multiples petites brousses, en tapinois,où là nous lisons,à yeux beaucoup plus voraces,ces histoires de héros réels que nous nous faisions et de là nous sortions,mieux rassasiés,que tous les autres jours,avec cette idée de "héros" dans la cervelle,et ça continuait ...M.Sabeg.

On tremblait un jour,de tous nos membres,pour vouloir aller acheter de ces "Romans-Photos",ou ces "Illustrés" ,de chez Bouameur le Libraire.Certes,c’était toute une fébrilité de lire n'importe quoi et n'importe quand;une fièvre,celle là ,plus intense que celle de la maladie...Bouameur,ce vendeur bien distingué,bien achalandé,mieux que tout autre commerçant,nous servait de ses gestes entreprenants;il n'avait qu'à se tourner,à proximité ,vers son rayonnage,pour en tirer de tous ces petits trésors.L'odeur du magasin était de ce parfum expressément culturel,artistique et historique,aussi,puisque le Musée Oriental, s’ouvrait,tout près de nous..Ou que ce soit Madani,ou que ce soit Dine,tous ces deux se nourrissaient de notre avidité de lire..Nous en achetions,de cet argent,à grands sous,ou de toutes ces pièces assez rondes et aussi métalliques,le seul argent qui circulait chez nous ,quand tous les billets se cachaient dans de lointaines et invisibles poches.Nous retournons,à mêmes nos chemins,plus satisfaits qu'en n'aurait donné la vie et dans des coins semi-secrets,nous essayions d'aller au loin dans nos rêves. C’etait,soit le débarras,qui nous servait d'une école clandestine, soit les jardins,aux multiples petites brousses, en tapinois,où là nous lisons,à yeux beaucoup plus voraces,ces histoires de héros réels que nous nous faisions et de là nous sortions,mieux rassasiés,que tous les autres jours,avec cette idée de "héros" dans la cervelle,et ça continuait ...M.Sabeg.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Nostalgie.

Repost 1

Publié le 14 Mars 2016

Ou plutôt le crépuscule qui montait là haut, d’une lumière bleuâtre, ou d'une couleur turquoise et tous ces nuages, en flocons qui s’amoncellent par ci, par là, noircis, en partie, par une obscurité de l'envers....Plus qu'on regarde au loin, et plus que cette voûte s'enflamme, c’est le soleil tout près, qui agit de son dernier feu ...Le vaisseau, au loin,et plus proche à la fois, semble sortir d'un naufrage et toute cette dorsale que couvrent un Fort ,digne d'un petit morceau de Versailles, et cette Mosquée typiquement façonnée à la Maghrébine, par des mains et de l'esprit ,venant d'un hors Continent. Mais sans qu'on oublie ,tous ces vieux quartiers ,malgré tout séculaires et qui en tout, ne semblent plus servir qu'à soutenir nos rêveries. Le noir, tout près, semble nous dire aussi, voila ,la ville avait bien vécu le jour ,pour revenir se rendormir ,le soir ,aussi calme que dans le passé ,tellement que le paysage ,ne voudrait en aucun cas changer ,ou nier tous ces rochers qui en sont à la fois, le support et la colonne vertébrale.......M.Sabek.

Ou plutôt le crépuscule qui montait là haut, d’une lumière bleuâtre, ou d'une couleur turquoise et tous ces nuages, en flocons qui s’amoncellent par ci, par là, noircis, en partie, par une obscurité de l'envers....Plus qu'on regarde au loin, et plus que cette voûte s'enflamme, c’est le soleil tout près, qui agit de son dernier feu ...Le vaisseau, au loin,et plus proche à la fois, semble sortir d'un naufrage et toute cette dorsale que couvrent un Fort ,digne d'un petit morceau de Versailles, et cette Mosquée typiquement façonnée à la Maghrébine, par des mains et de l'esprit ,venant d'un hors Continent. Mais sans qu'on oublie ,tous ces vieux quartiers ,malgré tout séculaires et qui en tout, ne semblent plus servir qu'à soutenir nos rêveries. Le noir, tout près, semble nous dire aussi, voila ,la ville avait bien vécu le jour ,pour revenir se rendormir ,le soir ,aussi calme que dans le passé ,tellement que le paysage ,ne voudrait en aucun cas changer ,ou nier tous ces rochers qui en sont à la fois, le support et la colonne vertébrale.......M.Sabek.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0

Publié le 14 Mars 2016

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 11 Mars 2016

L'IRBL gagne encore et se rassure!

l'IRBL recevait aujourd'hui l'Olympique Oued Fodha au stade du 18 Février en match comptant pour la vingtième journée du championnat inter ligues centre ouest.Sur le score sans appel de 4 buts à un ,les locaux s'adjugent les trois points du gain du match et rassure par la même occasion leurs supporteurs par la qualité du jeu pratiqué par l'équipe.Les buts ont été l'oeuvre de Haoudachi (doublé) ,Benalia et Bentourkia.Bravo pour cette victoire!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 11 Mars 2016

C’est une nouvelle triste que je viens d’apprendre ce matin,un ami de longue date, vient de s’éteindre à l’étranger après une longue maladie .En ces instants douloureux ; je compatis et partage la douleur de sa famille, de ses proches, de tous ses amis. , sa femme, ses enfants, sincères condoléances, ...Nous nous soumettons à la volonté divine .Allah yarehmou !


صادق العزاء و خالص الدعاء راجين من الله عز وجل أن يتغمد روح الفقيد برحمته الواسعة و يسكنه فسيح جنانه و يلهم ذويه الصبر و السلوان.
"وَلَنَبْلُوَنَّكُمْ بِشَيْءٍ مِّنَ الْخَوْفْ وَالْجُوعِ وَنَقْصٍ مِّنَ الأَمْوَالِ وَالأنفُسِ وَالثَّمَرَاتِ وَبَشِّرِ الصَّابِرِينَ ، الَّذِينَ إِذَا أَصَابَتْهُم مُّصِيبَةٌ قَالُواْ إِنَّا لِلَّهِ وَإِنَّا إِلَيْهِ رَاجِعُونَ ، أُوْلَئِكَ عَلَيْهِمْ صَلَوَاتٌ مِّن رَّبِّهِمْ وَرَحْمَةٌ وَأُولَئِكَ هُمُ الْمُهْتَدُونَ، "
''كُلُّ نَفْسٍ ذَائِقَةُ الْمَوْتِ ثُمَّ إِلَيْنَا تُرْجَعُونَ''
"هُوَ الَّذِي خَلَقَكُم مِّن تُرَابٍ ثُمَّ مِن نُّطْفَةٍ ثُمَّ مِنْ عَلَقَةٍ ثُمَّ يُخْرِجُكُمْ طِفْلا ثُمَّ لِتَبْلُغُوا أَشُدَّكُمْ ثُمَّ لِتَكُونُوا شُيُوخًا وَمِنكُم مَّن يُتَوَفَّى مِن قَبْلُ وَلِتَبْلُغُوا أَجَلا مُّسَمًّى وَلَعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ"
"هُوَ الَّذِي يُحْيِي وَيُمِيتُ فَإِذَا قَضَى أَمْرًا فَإِنَّمَا يَقُولُ لَهُ كُن فَيَكُونُ"
"كُلُّ مَنْ عَلَيْهَا فَانٍ، وَيَبْقَى وَجْهُ رَبِّكَ ذُو الْجَلالِ وَالإِكْرَامِ ،"
"نَحْنُ قَدَّرْنَا بَيْنَكُمُ الْمَوْتَ وَمَا نَحْنُ بِمَسْبُوقِينَ "
" يَا أَيَّتُهَا النَّفْسُ الْمُطْمَئِنَّةُ، ارْجِعِي إِلَى رَبِّكِ رَاضِيَةً مَّرْضِيَّةً، فَادْخُلِي فِي ع
ِبَادِي، وَادْخُلِي جَنَّتِي، "

Triste nouvelle;notre ami HadjTahar Djoubar nous quitte.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Hommage.

Repost 0

Publié le 10 Mars 2016

Une photo de nos anciens volleyeurs qui s'exprime d'elle même!

Cette photo a été prise dans un aeroport(fin des années 80)

Debout de gauche à droite :Hadj Med Seghirate,Keciba Aek, ?,Bousmaha,Med Lamri(rahimahou Allah),Hadj Bachir,Benadjila Mebarek,Hadj Bouakaz Med.

Accroupis :Le jeune Dada,Younes,Nouai Rabah,Benyounes Dada (rahimahou Allah).

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0

Publié le 9 Mars 2016

La pluie bienfaitrice est enfin arrivée après de longs mois d'attente. Laghouat et sa région ont connu hier des chutes de pluie durant la soirée et la matinée d'ou une forte baisse de la température.

Photos de la ville sous un manteau gris hier.
Photos de la ville sous un manteau gris hier.
Photos de la ville sous un manteau gris hier.

Photos de la ville sous un manteau gris hier.

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #ACTUALITES LAGHOUAT ET SA REGION

Repost 0

Publié le 7 Mars 2016

Voir les commentaires

Rédigé par LAGHOUATI

Publié dans #GOUHIRI MED BACHIR

Repost 1

Publié le 5 Mars 2016

Les cadets de l'ITIHAD de Laghouat drivés par M.Benhamed Tahar se sont qualifiés brillamment pour le quart de finale de la coupe d''Algérie, face à l'équipe de Amal Bousaada par le score de un but à zéro.Ils affronteront pour le prochain match la JSKabylie.Bravo aux jeunes cadets et à l’entraîneur qui mérite les encouragements pour le travail qu'il est en train d'accomplir au sein de cette équipe! .

La joie des joueurs et du public après la qualification!
La joie des joueurs et du public après la qualification!

La joie des joueurs et du public après la qualification!

Voir les commentaires

Rédigé par HMED B.

Publié dans #sport

Repost 0