Hommage Posthume.

Publié le 22 Février 2014

 

 

 

 

038 001

 

 DJERIDANE HADJ BACHIR (DIT SENTINELLE) est né  le 19 Juillet  de l’année 1951 à Laghouat dans une famille conservatrice ; comme l'étaient toutes les familles Laghouatis.

 

DJERIDANE-BACHIR.JPG

Après  une enfance normale et heureuse  parmi les siens ; à sept (07) ans il est scolarisé à l’école du centre (HABIB CHOHRA aujourd’hui ) du 01 octobre 1958  au 10 juin 1964.Une scolarité réussit ; ses instituteurs lui reconnaissent  ses capacités et son intelligence en classe ,ils lui témoignaient  du respect et de l’admiration malgré son jeune âge.


Mais ,le décès de son père à un moment crucial de sa vie d’enfant ;changea le cour de celle-ci. Il opta pour une formation professionnelle afin d’apprendre un métier et subvenir aux besoins de toute la famille avec son frère ainé
Hadj Kaddour collégien et qui était devenu, la seule ressource de revenus ; c’était de 1965 à 1969.Hadj Bachir ,Sentinelle surtout pour ses amis intimes était un être attachant pour tous ceux qui l’avaient connu, bon et plein d’humour. Un gars qui ne peut être oublier, c’était une personnalité dans son quartier.


1970 il fut recruté au sein de  l’entreprise ENC puis EDIED jusqu'à 1982. Il nous quitta le 01 janvier 1983 à l'hôpital Parnet d’Hussein Dey à Alger des suites  d’une maladie.

Beaucoup de temps a passé depuis son décès, mais cet hommage posthume à un ami via internet  est un témoignage vivant  pour se remémorer et garder pour toujours  de notre défunt cette belle image dans la mémoire collective  .


Nous, qui avions eu la chance de connaitre DJERIDANE HADJ BACHIR (DIT SENTINELLE), de le côtoyer,  nous qui l’avions aimé, nous  qui savions qu’il n’avait  pas eu une vie facile et qu’il avait  traversé des moments difficiles. Prions le tous puissant qu’il apaise son âme  et  qu’il l’accueille dans son vaste paradis.

Adieu mon frère et ami DJERIDANE HADJ BACHIR (DIT SENTINELLE) ou plutôt au revoir car nous nous révérons un jour certainement.

Ton ami, ton frère et ton complice.


 

HADJ ALI DJOUDI Ben Belkacem.

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0
Commenter cet article