Ce que nous enseigne le Ramadan.

Publié le 8 Août 2013

 

 

  images 5

 

 

 

Dans un discours prononcé, à l'ocasion de l'Aid El Fitre, à la mosquée Al Aksa, au Pakistan, l'Imam répondait à des questionnements de jeunes qui se demandent pourquoi leur Aïd était extrêmement ennuyeux. Quand ils comparent l’Aïd avec les fêtes mondaines ils arrivent à la conclusion qu’il est terne. En effet, à l’occasion de l’Aïd, il n’est pas prévu d’aller se divertir dans les salles de spectacle, d’aller au cinéma... En un mot il n’existe dans notre Aïd aucune de ces actions qui caractérisent les fêtes de ce monde. « Que devons nous faire ? », demandent-ils, « Nous sommes fatigués de rendre des visites de courtoisie, d’aller de maison en maison pour souhaiter « Aïd Moubarak » ; nous sommes contraints de consommer quelque chose dans toutes ces maisons et notre estomac, qui après le Ramadan n’est pas encore habitué à absorber beaucoup d’aliments, nous cause beaucoup de problèmes. » Plusieurs personnes en sont malades, certains souffrant de troubles digestifs et doivent consulter un médecin. Ils demandent si c’est là l’Aïd présentée par l’Islam, la meilleure des religions. Ils n’arrivent pas à comprendre pourquoi cette Aïd qui est si renommée est aussi ennuyeuse que cela.
L'Imam commença par la phrase suivante : L’Aïd n’est pas une fête de ce monde, pour argumenter son idée par un l'axiome qui dit toute action qui est accomplie en oubliant son but ultime produit l’ennui, et donna l'exemple de gens qui sont allés voir un match de hockey et que l’on leur demande d’assister à une démonstration de danse en attendant le début du match, il est fort probable que le terrain sera le théâtre de jets de pierres. Ces mêmes gens qui, en en temps normal, auraient pris beaucoup de plaisir à assister à une séance de danse soulèveraient un tel tollé que le match aurait été annulé. Donc l’une des causes de l’ennui c’est de se départir du but fixé.
pour dire ensuite que pour comprendre l’Aïd il faut comprendre l’arbre dont il est le fruit : cet arbre c’est le Ramadan. Tout comme on reconnaît l’arbre à ses fruits de même on peut reconnaître le fruit à l’arbre. Parfois le fruit nous aide à comprendre ce que doit être l’arbre. Si vous ne comprenez pas le fruit, alors examinez l’arbre et réfléchissez à ce que devrait en être le fruit. Le mois sacré du Ramadan nous apporte beaucoup de leçons, dont deux principales, qui sont en même temps le résumé de toutes les religions. L’une d’elle est l’adoration d’Allah. L’autre c’est de témoigner une sympathie sincère, de l’amour et d’un esprit d’entre aide à l’égard de l’humanité et de participer aux peines et aux bonheurs des autres.
Ce sont là les deux leçons importantes que nous enseigne le Ramadan. Si donc, sur cet arbre vous essayez d’accrocher un fruit autre que l’adoration d’Allah, et que vous essayez d’en tirer du plaisir selon vos désirs, vous serez complètement déçus. Sur cet arbre, il ne peut pas se trouver d’autre fruit que l’adoration d’Allah. Si vous célébrez votre Aïd après avoir compris le fruit de l’adoration, alors seulement vous jouirez de cette fête. Cette Aïd doit apporter le fruit du service à l’humanité. Si vous essayez de célébrer cette Aïd avec quelque autre objectif en tête, alors vous tomberez dans l’ennui.

Abdellah Babagayou (facebook)

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 0
Commenter cet article