Visite au vieux Ksar d'El Ménia.

Publié le 29 Mars 2017

La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.
La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.

La visite du vieux Ksar par les anciens de l'IRBL.

La découverte d'un vestige touristique presque à l'abandon.

La découverte d'un vestige touristique presque à l'abandon.

Le vieux ksar est une citadelle érigée sur une colline qui surplombe la vallée et la palmeraie d'El Menia, anciennement El Goléa l Un monument historique d'une grande valeur archéologique et touristique.
Tout visiteur à El Menia doit y faire un tour pour admirer la beauté étincelante qu'offre Dame nature. Malheureusement, rares sont les documents et écrits qui permettent de mieux connaître le vieux ksar. Le vieux ksar d’El-Menia, anciennement dénommé El-Goléa, (275 km au sud de Ghardaïa) souffre d’un manque flagrant de valorisation et de protection contre les agressions de toutes sortes et se retrouve dans une situation de dégradation avancée.
Implanté à la croisée des pistes commerciales qui reliaient l'Afrique du Nord de l'époque médiévale à l'empire Songhaï subsaharien, sur une colline de 75 mètres d’altitude surplombant la palmeraie, ce ksar, qui porte aussi l’appellation de "Taourirt" (colline en Tamazight), constitue une configuration urbaine témoignant depuis des siècles de vestiges d’une civilisation citadine organisée ayant existé dans la région et évoquée par les chroniques du sociologue Ibn-Khaldoun et également de l'historien arabe El-Aïchi (1862).
Pourvu d’une tour de forme pyramidale, le ksar d’El-Menia (cité impériale) comporte de nombreuses habitations troglodytiques et semi-troglodytiques étroites caractérisées par une architecture simple et dépouillée, truffée de niches et étagères, ainsi que de petites ouvertures pour l’éclairage et l’aération.
Selon des historiens, ce vieux Ksar qui a connu de nombreuses appellations "Taourirt", "Kalaâ" et "El-Goléa", a joué par le passé un rôle de refuge pour la population et un grenier pour leurs récoltes dans les moments difficiles. L'histoire du ksar d'El-Menea reste toutefois sujette à controverses dont certains historiens la font remonter jusqu'au 4ème siècle.
La configuration urbaine du ksar, fondé sur une colline surplombant le flanc Est de la palmeraie, avec une mosquée comme point focal autour duquel gravite une spirale descendante d'habitations creusées à même la roche calcaire, un puits collectif et des dépôts de stockage de denrées alimentaires, constitue une curiosité pour de nombreux chercheurs, universitaires et autres touristes étrangers.
Considéré comme un des sites les plus visités par les touristes étrangers dans la région d’El-Menia, l’idée de la réhabilitation de ce patrimoine vernaculaire et sa mise en valeur, constitue, pour les responsables de la culture, une opportunité pour un développement durable, notamment dans le secteur touristique pourvoyeur d’emplois et générateur de valeur ajoutée.
Il est également un témoin sociologique et historique de la région en reflétant les capacités créatrices de ses bâtisseurs à s’adapter à leurs environnements, un environnement hostile caractérisé par un climat désertique, pour subvenir à leurs besoins.
Dans ce sens, de nombreuses associations soutiennent que la réhabilitation de ce joyau permettra d’exploiter, en parallèle, les richesses et les métiers artisanaux que recèle la région d’El-Menia, notamment la tapisserie, afin de permettre aux nombreuses femmes tisserandes d’écouler leurs produits et par la même encourager les jeunes à s’orienter vers les emplois de service pendant la période touristique.

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Art et culture.

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article