La complainte de la Porte d'Alger.

Publié le 19 Avril 2016

La complainte de la Porte d'Alger.

J'essayais de me contenir, rien que dans ce petit espace du milieu, craignant la revanche et les hordes du temps, et de mon air timide, je regardais, sans réplique, ce boulevard qui s'était tranché devant moi. Mes deux ailes que composaient de fausses portes, ont été systématiquement enlevées et là je me débarrassais de toute une muraille gênante, croyant ,à mon rôle ornemental et d'apparat......
Mais je me déployais, mieux qu'avant, tout en augmentant de volume, devant les dernières générations; ma pierre se faisait aussi grande, ma coiffure et mes murs d'aplomb s'exhibaient davantage. Je me dotais d'un parc aussi rond, avec des pelouses en croissants sur le pourtour....Le rosier, le jasmin et le bougainvillier ne demandaient pas mieux qu'à me servir, en grimpant sur mes deux cotés et les sapins en fuseaux me faisaient une garde, plus que durable. Je servis, pour beaucoup d'occasions, à des cérémonies et les dignitaires, comme les notables qui ont bien voulu me démolir, sont venus là ,sur mon toit ,pour rabâcher des discours, ou mentir, comme il le fallait, sur mon toit et devant les foules.....
Puis vint le moment, où je ne devenais qu'un spectre, un intrus, en dernier moment, ou quand tous les mensonges ont marqué leurs pauses et les enfants, ces petits enfants ,qui ont défilé devant moi un jour ,sont venus me mordre du brise-roches, l’excavatrice et la pioche et ainsi, je disparaissais pour toujours....
Mais on mentait, le plus souvent, puisque cette fois-ci un autre fantôme, bien admis, celui-ci, prenait ma place, bien en guise de ce que j’étais, mais avec du parpaing et des ceintures ferrées, de la pierre en habit difforme et mal cousu, le tout en disgrâce et disharmonie qui plairait à des générations qui n'ont jamais rien vu. Ce fantôme, se croirait, lui aussi éternel; il reste là ,comme debout, blotti sur soi-même, craintif et gaucher et mouillé ,comme une p
oule ..M.S.

La complainte de la Porte d'Alger.

Rédigé par HMED B.

Publié dans #Nostalgie.

Repost 0
Commenter cet article